jeudi 15 avril 2021
Accueil Politique Stéphane Valeri : « Monaco doit surmonter cette période en étant un modèle »

Stéphane Valeri : « Monaco doit surmonter cette période en étant un modèle »

Publié le

Après la séance extraordinaire du 10 mars 2021, le président du Conseil national, Stéphane Valeri en fait un bilan, et se tourne vers l’actualité politique du printemps et de l’été 2021. Interview.

Pourquoi avez-vous souhaité que se tienne une session extraordinaire au Conseil national le 10 mars ?

Je souhaitais que l’assemblée se réunisse en session extraordinaire, afin de faire le point en séance publique, avec le gouvernement, concernant les différents aspects de la crise. En effet, quasiment un an après la mise en place d’un confinement historique et une première résolution votée par les conseillers nationaux le 19 mars 2020, cette crise reste au centre de toutes les préoccupations de la population. Il s’agissait, tout d’abord sur le plan sanitaire, de formuler des propositions pour accélérer la sortie de crise, notamment grâce à la vaccination du plus grand nombre de résidents, puis des salariés de la principauté, sur la base du volontariat. Ensuite, il fallait rappeler la volonté du Conseil national de soutenir le plus possible les salariés et les acteurs économiques les plus impactés, aussi longtemps que nécessaire, en attendant des jours meilleurs avec la reprise. Il faut en ce domaine aussi s’adapter en permanence au caractère évolutif de la situation. Enfin, nous voulions soutenir les positions des conseillers nationaux en matière de relance économique, d’éducation et de jeunesse. Dans ce domaine plus précisément, j’ai proposé, pour les jeunes, compte tenu qu’ils sont profondément touchés par les conséquences de cette crise, la création d’un poste de délégué interministériel, pour une action plus coordonnée, plus transversale, et donc plus efficace, des services du gouvernement, en leur faveur.

Que retenez-vous de cette séance publique ?

Cette soirée a été l’occasion pour le gouvernement, par la voix du ministre d’Etat, de faire d’importantes annonces, comme l’accès à la vaccination pour les résidents dès 55 ans, au lieu du seuil des 60 ans prévu jusque-là. Je retiens également l’arrivée de près de 6 000 doses de vaccins dans les jours qui suivraient la séance. Enfin, la poursuite du chômage total temporaire renforcé (CTTR) jusqu’à la fin du mois de juin 2021, ce qui a permis de répondre à l’inquiétude de nombreux salariés qui y sont soumis, et de donner de la lisibilité pour les prochains mois aux acteurs économiques concernés.

« Il faut travailler avec le gouvernement à l’assouplissement des mesures de restrictions, dès que la situation le permettra. Je pense notamment à l’ouverture des restaurants le soir pour les résidents, et au retour des activités sportives »

Les relations avec le ministre d’Etat et son gouvernement semblent au beau fixe ?

Comme nous avons eu l’occasion de le rappeler lors de cette séance publique, les très nombreuses réunions du comité mixte de suivi Covid-19, instauré par le prince souverain il y a bientôt un an, pour permettre la concertation indispensable entre le gouvernement et les élus, ont porté leurs fruits. Le Conseil national joue donc tout son rôle de relais des attentes et des besoins de la population, et le gouvernement peut ainsi optimiser les mesures qu’il propose à la décision du prince. Les relations entre nos deux institutions sont actuellement efficaces. Elles se déroulent dans le respect mutuel et sans polémique. C’est dans ce climat que le ministre d’Etat et moi-même voulons travailler. Ces relations sont tout simplement conformes à l’esprit de la Constitution. Vu le caractère très évolutif de cette crise, le Conseil national continuera pour autant d’adapter en permanence ses demandes au gouvernement, ce qui ne manquera pas de susciter des débats légitimes et même souhaitables entre nous.

Le 11 mars 2021, certains pays européens ont suspendu l’utilisation du vaccin AstraZeneca, et lundi 15 mars, la France a suivi l’Allemagne en ce sens : Monaco doit-il faire de même ?

Il faut d’abord préciser qu’à ce jour, Monaco n’a reçu aucune dose de ce type de vaccin. Personne à Monaco n’est donc concerné par ce problème. Mais, bien évidemment, au nom du principe de précaution, je suis favorable à la suspension de l’utilisation de ce vaccin AstraZeneca, tant que les études en cours n’auront pas démontré qu’il ne représente pas de danger pour les personnes vaccinées.

Quels sont les dossiers les plus urgents à traiter, dans les semaines à venir ?

C’est bien sûr la réussite de notre sortie de crise qui concentrera l’essentiel de notre action dans les prochaines semaines encore. Nous l’avons écrit dans notre résolution votée à l’unanimité des élus, dans l’union nationale : Monaco doit surmonter cette période en étant un modèle, dans tous les domaines. Il faut continuer de rechercher le meilleur équilibre entre la protection sanitaire de la population et le redéploiement progressif d’une vie économique et sociale. Il s’agit tout d’abord de dossiers sanitaires, avec l’accélération de la vaccination et la mise en place des tests salivaires. Il y a également les mesures économiques avec l’accentuation du soutien de l’Etat à travers la commission d’accompagnement de la relance économique (Care) d’une part, et l’utilisation optimale des fonds dédiés à la relance, d’autre part. Il faut aussi continuer de porter une attention toute particulière aux différents plans de sauvegarde de l’emploi et aux restructurations. Et puis, il faut travailler avec le gouvernement à l’assouplissement des mesures de restrictions, dès que la situation le permettra. Je pense notamment à l’ouverture des restaurants le soir pour les résidents, et au retour des activités sportives.

« Je suis favorable à la suspension de l’utilisation de ce vaccin AstraZeneca, tant que les études en cours n’auront pas démontré qu’il ne représente pas de danger pour les personnes vaccinées »

Quels textes seront votés d’ici l’été 2021 ?

Lors de cette session de printemps, qui débutera le 1er avril et se terminera le 30 juin 2021, seront votés le projet de loi sur l’aménagement concerté du temps de travail, deux textes concernant la reconnaissance des enfants du pays et la sauvegarde du secteur protégé d’habitation, qui leur est principalement destiné. Ces trois textes comporteront de très nombreux amendements du Conseil national. Il y aura également le vote d’un projet de loi relatif à l’incrimination des agressions sexuelles, ainsi qu’une proposition de loi relative à la profession de marchand de biens. Enfin, entre autres, seront votés deux projets de loi concernant, pour l’un, la modification de la procédure civile, qui est un texte important pour les professions juridiques, et pour l’autre, la création d’une allocation compensatoire de loyer, qui va concerner les petits propriétaires du secteur protégé. Vous le voyez, l’activité législative du Conseil national reste très soutenue, malgré la crise.

Publié le

Les plus lus

Georges Vigarello : « Aujourd’hui on revendique sa propre beauté »

Monaco Hebdo a interrogé l’historien français né à Monaco Georges Vigarello (1), spécialiste de la représentation du corps, et directeur d’études à l’école des hautes études en sciences sociales (EHESS), sur la manière dont les critères de beauté ont évolué à travers les époques.
Monaco Hebdo