lundi 20 septembre 2021
AccueilPolitiqueConcession des boucles thalassothermiques : c’est signé

Concession des boucles thalassothermiques : c’est signé

Publié le

D’une durée de 30 ans, le traité de concession des boucles thalassothermiques du Larvotto et de la Condamine a été signé le 26 octobre 2020 par le ministre d’Etat, Pierre Dartout, et par Thomas Battaglione, administrateur directeur général de la Société monégasque de l’électricité et du gaz (Smeg), au nom du groupement Smeg/Soget/Mes. « Il s’agit d’un projet exigeant et très vertueux qui va permettre de réduire l’utilisation d’énergies fossiles et contribuer directement et significativement à la transition énergétique du pays. Concrètement, Monaco pourra compter, après la première grande phase de travaux, sur une production locale d’environ 35 GWh d’énergie décarbonée, soit une économie de 6 025 tonnes de CO2, au bénéfice de 3 500 logements », a détaillé Thomas Battaglione dans un communiqué de presse du gouvernement princier. « La principauté s’est fixé comme objectif de réduire ses émissions de CO2 de 50 % en 2030. Nous voulons aussi atteindre la neutralité carbone en 2050. Ces deux boucles thalassothermiques contribueront de manière importante à remplir cet engagement », a estimé dans ce même communiqué le ministre d’Etat, Pierre Dartout. Les immeubles du Larvotto et de la Condamine seront équipés de pompes à chaleur qui prendront en charge la climatisation, l’eau chaude des sanitaires et chaleur, avec une consommation électrique présentée comme « très faible » par le gouvernement. Au total, ces deux boucles thalassothermiques couvrent 200 000 m2 raccordantes, ce qui représente près de 7 % de la surface utile totale des bâtiments de la principauté. Ils se situent pour les trois quarts dans le quartier du Larvotto. La toute première pompe à chaleur sur eau de mer a été installée au stade nautique Rainier III en 1963 pour chauffer l’eau de la piscine. Actuellement, plus de 80 pompes à chaleur sur eau de mer sont installées à Monaco, notamment au musée océanographique, au Grimaldi Forum, à l’auditorium Rainier III, ou encore dans les établissements de la Société des bains de mer (SBM). Enfin, le quartier de Fontvieille dispose également d’un réseau de ce type. Il dessert les entreprises de cette zone de Monaco ainsi qu’environ 2 000 logements.

Publié le

Monaco Hebdo