mardi 20 avril 2021
Accueil Politique Covid-19 : De nouvelles restrictions, mais pas de couvre-feu à Monaco

Covid-19 : De nouvelles restrictions, mais pas de couvre-feu à Monaco

Publié le

Le 23 octobre 2020, le ministre d’Etat, Pierre Dartout, a annoncé, lors d’une allocution télévisée, les nouvelles restrictions décidées par son gouvernement, afin de tenter d’enrayer l’épidémie de Covid-19 à Monaco.

Enregistrée dans les salons de la résidence du ministre d’Etat, Pierre Dartout, l’allocution télévisée du 23 octobre 2020 a fixé de nouvelles règles sanitaires. Et comme tout le monde s’y attendait, ces règles se resserrent alors que le nombre de contaminations augmente et qu’en France le conseil scientifique a jugé la situation sanitaire « difficile, voire critique », quelques jours plus tard, le 26 octobre 2020 (voir encadré). « Aujourd’hui, nous connaissons presque tous quelqu’un qui a dû se mettre en quarantaine ou qui est ou a été diagnostiqué positif au virus. Cela démontre très clairement que le virus circule activement. Nous sommes dans la deuxième vague », a affirmé Pierre Dartout. Avant d’ajouter : « Même si la situation à Monaco est moins préoccupante qu’ailleurs, je dois vous dire qu’elle demeure grave. » Citant le taux d’incidence, c’est-à-dire le nombre de personnes contaminées sur une période de 7 jours ramené à 100 000 habitants, le ministre d’Etat s’est livré à une comparaison afin d’éclairer son propos : « Le département voisin enregistre 153 contaminations pour 100 000 habitants, la France dans son ensemble est à 251,5. C’est ce qui a justifié les mesures de couvre-feu dans la région voisine. A Monaco, nous sommes à 81,58. » Du coup, le couvre-feu instauré en France ne se justifie pas en principauté, a jugé Pierre Dartout, tout en précisant bien : « Pour l’instant. » Mais comme en une semaine le taux d’incidence a doublé à Monaco, pas question de rester passif.

Raisonnable

Sur instruction du prince Albert II, le gouvernement a donc décidé, en concertation avec les élus du Conseil national, de durcir quelque peu le ton pour contrarier la circulation du coronavirus en principauté. Fermeture des bars et restaurants à 23 h 30, réservations obligatoires en soirée, casino fermé, sorties non sportives en dehors de Monaco interdites, nombre de passagers dans les bus limité… Les limitations et les interdictions s’ajoutent (voir encadré) et rien ne dit que cela va s’arrêter là. « Si la situation sanitaire devait s’aggraver, nous pourrions être amenés à devoir prendre des mesures plus strictes, a d’ailleurs prévenu Pierre Dartout. Mais nous voulons l’éviter au maximum pour maintenir le plus possible un équilibre entre la protection sanitaire et l’activité économique indispensable à nos emplois et notre prospérité. » En attendant, même si c’est dans la sphère privée qu’a lieu une contamination sur deux, le gouvernement ne souhaite pas intervenir. Alors, face à ce constat, le gouvernement ne peut qu’inciter à respecter les règles sanitaires élémentaires, à défaut d’intervenir dans une sphère privée qui doit rester sanctuarisée, estime l’exécutif : « Nous constatons que près d’une contamination sur deux se produit dans le cadre de réunions familiales élargies. Certes, nous sommes heureux de nous retrouver entre nous, dans une ambiance détendue, mais, malheureusement, le virus en profite pour se propager. Ainsi, ces moments de convivialité sont souvent synonymes de baisse de vigilance dans le respect des gestes barrières. C’est pourquoi, nous devons être responsables, y compris dans notre cercle privé, et respecter les mesures barrières. » Et, bien entendu, le ministre d’Etat appelle chacun à rester raisonnable, quitte à faire quelques sacrifices dans le cadre de sa vie privée : « Il est vivement recommandé d’éviter les grandes réunions entre amis ou en famille. Il s’agit de prendre soin de soi et des gens que l’on aime. » Dans les écoles, 648 tests ont été effectués depuis la rentrée de septembre 2020 et seulement 2 cas positifs ont été recensés.

Contrôle

Puis, évoquant les conséquences économiques de telles mesures, Pierre Dartout a cherché à se montrer rassurant. Et il a promis : « Nous avons été, nous sommes et nous serons toujours aux côtés des entrepreneurs et des salariés. Nous maintenons bien évidemment les mesures de soutien comme le Chômage total temporaire renforcé (CTTR) et les allègements de cotisations sociales. Et bien sûr comme vous le savez, le gouvernement princier déploie un ambitieux plan de relance à hauteur de 75 millions, approuvé par le Conseil national, pour soutenir notre économie. » Face à une situation mouvante, le gouvernement a promis de constamment remettre en cause un dispositif qu’il veut le plus évolutif possible, comme l’a souligné le ministre d’Etat devant les caméras de Monaco Info : « Ces mesures feront l’objet d’une évaluation permanente. Cette évaluation sera […] évoquée régulièrement avec le comité mixte en liaison avec le Conseil national. Les mesures nouvelles qui pourraient être nécessaires seront soumises au prince souverain. » Face à cette deuxième vague, Pierre Dartout a assuré que ces nouvelles restrictions sanitaires ont aussi pour objectif de protéger les structures de santé de la principauté. « Nos infrastructures hospitalières et de suivi des patients en ville sont performantes. Elles sont prêtes. Depuis le début de la crise, notre politique sanitaire nous a permis d’assurer une réponse efficace de l’hôpital, en évitant son engorgement », a indiqué le ministre d’Etat. La ligne directrice poursuivie par les autorités monégasques doit donc permettre de continuer à protéger notamment le centre hospitalier princesse Grace (CHPG) qui, pour le moment, n’a pas été pris à défaut par le Covid-19. Pour que la situation reste sous contrôle, la politique de dépistage va se poursuivre. « Nous poursuivons et amplifions le dépistage. Rien que la semaine dernière, ce sont 1 400 tests PCR qui ont été réalisés. Proportionnellement, nous sommes parmi ceux qui en font le plus en Europe », a assuré Pierre Dartout, tout en indiquant que Monaco est capable de réaliser 1 850 tests PCR par semaine et que, du 12 au 18 octobre 2020, 1 399 tests PCR ont été menés.

Les principales mesures valables du 24 octobre au 1er décembre 2020 :

• Bars et restaurants : la fermeture est fixée à 23 h 30. La réservation est désormais obligatoire le soir, pour les dîners. Les tables sont limitées à 6 personnes maximum, contre 10 auparavant. Il est interdit de consommer autour de tables hautes, qui ont donc été supprimées.

• Jeux : l’accès au casino est interdit depuis le 23 octobre 2020 à minuit.

• Sport : les sports de combat non professionnels et les sorties sportives amateur hors de Monaco qui ne s’inscrivent pas dans le cadre de championnats territoriaux ou qualificatifs pour des compétitions ultérieures sont supendus.

• Les sorties non sportives, hors de la principauté, proposées par des associations de jeunesse sont désormais interdites.

• Le nombre de passagers dans les bus de la Compagnie des autobus de Monaco (CAM) est limité. Pour compenser, la CAM augmentera la fréquence de ses bus aux heures de pointe.

• Les déplacements « non nécessaires » dans des régions fortement touchées par le Covid-19 sont déconseillés par le gouvernement monégasque.

• Attestations : lorsqu’ils quittent Monaco, les salariés qui habitent dans les Alpes-Maritimes, le Var ou l’Italie doivent avoir sur eux une attestation française de déplacement pour motif professionnel, pour chacun de leur déplacement avant 6 heures du matin et après 21 heures.

Publié le

Les plus lus

Boris Herrmann raconte son Vendée Globe

Sur le site du Yacht Club de Monaco (YCM), l’internaute peut découvrir une émission de 1h40 consacrée au skipper allemand Boris Herrmann.

Une Seat Leon qui roule au gaz

Monaco Hebdo