lundi 18 octobre 2021
AccueilPolitiquePasse sanitaire, sérologie, vaccination : où en est-on ?

Passe sanitaire, sérologie, vaccination : où en est-on ?

Publié le

Alors que la politique sanitaire provoque un certain nombre d’inquiétudes et d’interrogations en principauté qui se sont soldées par plusieurs manifestations depuis le 4 septembre 2021, le gouvernement princier a fait le point sur ces dernières décisions en conférence de presse.

Pas d’extension de l’obligation vaccinale

L’ensemble des salariés et professionnels de Monaco ne devraient pas être touchés par l’obligation vaccinale, stricto-sensu. En effet, concernant la politique vaccinale, le projet de loi en vigueur a été examiné ce mardi par le Conseil national et, comme annoncé, il concerne strictement, à ce jour [Monaco Hebdo bouclait ce numéro le mardi 14 septembre 2021 — NDLR], les membres du personnel soignant, salariés comme libéraux, dont la mission revient à accueillir des personnes fragiles ou vulnérables. Y compris le personnel administratif. Pas question, selon le gouvernement princier, de l’étendre à d’autres catégories socioprofessionnelles. C’est ce qu’a rappelé le ministre d’État, Pierre Dartout, en conférence de presse, vendredi 10 septembre 2021 : « Ce n’est absolument pas envisagé. Nous considérons que les professions de santé sont des professions à part, car elles sont plus en contact que les autres avec les personnes fragiles et vulnérables. »

Revalorisations salariales pour les soignants

Les salaires du personnel soignant, travaillant dans les établissements médico-sociaux, seront bien revalorisés dans le cadre des accords du Ségur de la Santé. L’information a, là encore, été confirmée par Pierre Dartout, en conférence de presse : « Ce n’est pas neutre, d’un point de vue budgétaire, mais nous avons décidé d’appliquer les accords du Ségur de la Santé au personnel des hôpitaux, et ce de façon rétroactive, à compter du 1er janvier 2021. » Ces accords, instaurés de l’autre côté de la frontière, entre le gouvernement français et les partenaires sociaux, prévoient, en effet, de revaloriser les salaires du personnel soignant des établissements médico-sociaux. En juin 2021, lors d’un conseil de gouvernement, il a été décidé d’appliquer ces mêmes accords à Monaco, en remerciement des efforts déployés lors de la crise sanitaire notamment.

« Ce n’est pas neutre, d’un point de vue budgétaire, mais nous avons décidé d’appliquer les accords du Ségur de la Santé au personnel des hôpitaux, et ce de façon rétroactive, à compter du 1er janvier 2021 »

Pierre Dartout. Ministre d’État

Pas de vaccins pour les moins de 12 ans

Il y aurait, si l’on en croit Pierre Dartout, un certain nombre d’inquiétudes exprimées en principauté, liées à l’âge de la vaccination. Des inquiétudes infondées, selon le ministre d’État : « Nous avons lu que nous avions en tête une obligation de vaccination pour les moins de 12 ans, et notamment pour les bébés. C’est tout à fait inexact. C’est même impossible, au regard des textes français et européens auxquels nous sommes liés. » Le ministre d’État a également affirmé que le passe sanitaire ne serait pas étendu aux écoles de la principauté.

Troisième dose encadrée

La troisième dose a été ouverte à Monaco, mais uniquement aux personnes disposant d’un certificat médical, établissant que leur système immunitaire est affaibli. « Il s’agit principalement de personnes ayant fait l’objet d’une greffe ou présentant des pathologies spécifiques pour lesquelles elles prennent des médicaments qui affaiblissent leur système immunitaire. Ou encore des personnes ayant des problèmes cardiaques, ou sous traitement anticancéreux », a expliqué le conseiller ministre de la santé et des affaires sociales, Didier Gamerdinger. Il n’est toutefois pas exclu, selon le conseiller-ministre, de l’étendre à d’autres personnes en principauté, comme c’est le cas dans d’autres États, comme Israël et le Québec, « à condition qu’un organisme de certification donne son accord. » Actuellement, 120 personnes ont reçu une troisième dose du vaccin en principauté selon le gouvernement princier.

Toujours des suivis de sérologie

Depuis le 29 juin 2021, le gouvernement rappelle que les résidents de Monaco peuvent réaliser un suivi de sérologie gratuitement, sur rendez-vous (1), auprès du Centre scientifique de Monaco (CSM). À l’aide d’une prise de sang, il est ainsi possible de déterminer le niveau de protection du patient au Covid-19. Cela en mesurant la présence d’anticorps neutralisants dits « anti S », les seuls capables de bloquer l’introduction du virus dans les cellules, qui attaquent la protéine de surface Spike (S). En réalisant la prise de sang, il est donc possible de connaître à la fois son niveau de protection en mesurant les anticorps neutralisants anti-S, mais aussi de savoir si l’on a été infecté par le virus, en mesurant les anticorps de liaison anti-N et anti-S. Le but étant de répondre à l’incertitude des vagues successives de contamination au virus, et d’anticiper au maximum un éventuel rebond de l’épidémie. En cas d’un faible niveau d’anticorps neutralisants dans l’organisme, les personnes seront invitées par le CSM à se faire vacciner, ou à consulter leur médecin traitant. La réalisation régulière du dosage pourrait permettre ainsi au médecin de déterminer le moment du rappel de la vaccination, selon le gouvernement princier.

1) Les rendez-vous sont à prendre par téléphone, auprès du Centre scientifique de Monaco (CSM) au 92 05 55 00.

Publié le

Monaco Hebdo