Mardi 11 février, le conseiller-ministre de l’intérieur, Patrice Cellario, a présenté la nouvelle équipe de policiers attelée à la préservation du cadre de vie.

Cette unité compte 11 agents, dont les missions se concentrent sur la circulation et les nuisances sonores, ainsi que le dépôt d’ordures sauvage.

Vous les avez sûrement déjà aperçus dans les rues de Monaco. La nouvelle unité de préservation du cadre de vie (UPCV) a débuté son travail le 1er février 2020. Vêtus de gilets bleus, ces agents de police parcourent les rues de la ville à vélo électrique, casque rouge et blanc sur la tête. Issus de la dernière promotion de police, sept hommes et trois femmes ont été sélectionnés pour les besoins de cette nouvelle équipe, chapeautée par un gradé. Les onze agents que compte l’unité sont assignés à plusieurs missions, afin de « veiller au cadre de vie des résidents de la principauté », comme l’indique la présentation faite mardi 11 février à la sûreté publique. Ces missions se déclinent ainsi : fluidification de la circulation, lutte contre les nuisances sonores, et contre les dépôts sauvages de déchets. Cette nouvelle unité de police ajoute donc des nouvelles formes de « contrôle » et de « répression », notamment pour le stationnement gênant aux abords des chantiers et des zones de livraison pour la partie contrôle, sur les voies de circulation en double file pour la partie répression. Le but étant de fluidifier le trafic aux endroits les plus encombrés. La mobilité des agents sera coordonnée par le Centre intégré de la gestion de la mobilité (CIGM), aidé par le Centre de supervision et de commandement opérationnel de la sûreté publique (CSCO). A noter qu’une brigade la circulation avait déjà été testée il y a deux ans, pour un résultat plutôt mitigé.

[adning id=”30478″]

Fêtes, moins de bruit

L’unité consacrera également son action au contrôle du bruit en principauté, sujet récurrent de doléances. Aussi, l’UPCV veillera à contrôler le bruit des véhicules pétaradants à l’aide de sonomètres. Puis, ce sont les chantiers, publics ou privés, qui seront la cible de l’attention des policiers. Mais également, les établissements publics de nuit. Pour rappel, Serge Telle, le ministre d’Etat, avait annoncé une baisse de décibels autorisés sur les terrasses des bars, passant de 85 à 75, ainsi qu’un renforcement du contrôle des fermetures de ces terrasses à 22 heures. « Lorsque cela s’avèrera nécessaire, des sanctions [seront] prévues à cet effet », a indiqué le gouvernement. Enfin, l’UPCV « participera aussi à la lutte contre les dépôts sauvages de déchets des particuliers ou des sociétés ». Cette question de la qualité de vie à Monaco est l’un des chevaux de bataille de la majorité du Conseil national Priorité Monaco (Primo !), depuis le début de leur mandat, en février 2018. Le gouvernement y répond ici par la création d’une nouvelle unité. A voir si celle-ci aura une réelle efficacité sur la préservation du cadre de vie, qu’il faudra évaluer par la suite. Ou si elle se révèle être un artefact communicationnel pour contenter les demandes du président du Conseil national, Stéphane Valeri, suite à la consultation citoyenne de novembre 2019.