jeudi 5 août 2021
Accueil Politique Monaco Safe Pass, le sésame vers la liberté ?

Monaco Safe Pass, le sésame vers la liberté ?

Publié le

Après plusieurs mois de tractations, la principauté s’est enfin dotée de son pass sanitaire. Calqué sur celui de la France, le Monaco Safe Pass offrira à son détenteur un accès à certains établissements, et lui permettra aussi de voyager dans l’Union européenne.

En revanche, pour les personnes qui n’opteraient pas pour ce dispositif, les questions demeurent.

Il s’est fait attendre, mais il a finalement fini par pointer le bout de son nez, jeudi 24 juin 2021. Plus de deux semaines après la France, le gouvernement princier a présenté Monaco Safe Pass, le pass sanitaire monégasque, au cours d’une conférence de presse au ministère d’État. « Nous nous étions engagés sur un point parmi d’autres, que les Monégasques et résidents disposent du pass sanitaire au début du mois de juillet 2021 », a rappelé le ministre d’État, Pierre Dartout, en préambule. La promesse est donc tenue, puisque le pass monégasque sera disponible à partir du 5 juillet. Mais il aura tout de même fallu attendre plusieurs semaines avant de voir la principauté adopter un dispositif calqué sur celui du pays voisin. Car, sans surprise, les autorités ont suivi le modèle de la France, où le pass sanitaire est officiellement entré en vigueur depuis le 9 juin 2021. « L’objectif était de permettre aux ressortissants monégasques et aux résidents de voyager dans les mêmes conditions que l’ensemble des autres Européens avec la spécificité que Monaco ne fait pas partie de l’Union européenne (UE) mais est associé à cette démarche », précise le ministre d’État, avant d’indiquer que Monaco Safe Pass pourra également être converti en pass français/européen et ainsi, être valable dans l’ensemble des pays membres de l’UE. Un sésame indispensable pour toutes celles et ceux qui souhaiteraient se rendre à l’étranger (1) pendant les grandes vacances. « Nous devrons pour cela procéder à un échange de données avec la France. Mais cet échange d’informations ne sera que transitoire. Les données des ressortissants de Monaco ne seront jamais stockées sur des systèmes français », tient à rassurer Julien Dejanovic, directeur des services numériques.

« L’objectif est de permettre aux ressortissants monégasques et aux résidents de voyager dans les mêmes conditions que l’ensemble des autres Européens avec la spécificité que Monaco ne fait pas partie de l’Union Européenne (UE) mais est associé à cette démarche » 

Pierre Dartout. Ministre d’État

QR Code

Concrètement, le pass sanitaire monégasque se présente sous la forme d’un QR Code individuel au format numérique ou papier. Mais, contrairement à la France, il ne sera pas nécessaire de télécharger une application pour disposer de son pass sur smartphone. « Nous avons fait le choix de la simplicité pour les usagers. Nous n’avons pas voulu forcer à l’usage d’une application », justifie Julien Dejanovic. Le détenteur du pass sanitaire monégasque aura donc le choix entre conserver toujours avec lui son attestation au format papier, prendre en photo son QR Code, ou bien télécharger une version numérique pour le stocker sur son smartphone. Cet « élément stratégique de sortie de crise » comme aime à le décrire Frédéric Genta, délégué interministériel à la transition numérique, permet de vérifier le statut vaccinal, le résultat d’un test PCR négatif, ou le certificat de rétablissement d’une personne. Le tout grâce à un QR code qui contient plusieurs données personnelles. Le nom et le prénom bien sûr, mais aussi la date de naissance. Et c’est tout. À en croire les services de l’État, aucune information médicale (nombre de doses reçues, type de vaccin, statut sanitaire…) ne sera accessible, ni transmise aux personnes qui procéderont aux contrôles de ces fameux pass. « Toutes les informations sont sécurisées », insiste Julien Dejanovic, soutenu par Frédéric Genta : « Il s’agit d’une application qui fonctionne “offline” [sans connexion Internet – NDLR], ce qui garantit la protection des données personnelles, puisqu’aucune donnée n’est transférée ou conservée sur un serveur ».

© Photo Michael Alesi / Direction de la Communication

À quoi sert le pass sanitaire ?

Cette preuve sanitaire permet à son détenteur de voyager en Europe via la version française — Monaco ne faisant pas partie de l’UE — mais aussi d’avoir accès à certains établissements de la principauté, comme les hôtels, les restaurants, ou encore les bars. Les contrôles se feront à l’aide d’une application, qui permettra au professionnel de scanner le QR Code pour vérifier les informations d’état civil de l’usager (nom, prénom et date de naissance). Une couleur verte s’affichera alors à l’écran « si le cycle vaccinal est terminé depuis plus de 14 jours, s’il est issu d’un test PCR négatif de moins de 48 heures, ou d’un certificat de rétablissement dont la dernière date de prélèvement positif est supérieure à 15 jours, et inférieure à six mois ». À défaut, le code couleur sera rouge, et le contrôleur pourra alors refuser l’accès à l’usager, sans pour autant avoir d’informations sur les raisons de l’invalidité du pass sanitaire présenté. Dans le cadre d’un voyage dans l’un des États membres de l’UE, la demande de conversion en passeport sanitaire européen doit se faire au moment de la vaccination ou lors des démarches en ligne pour les personnes déjà vaccinées. Le précieux sésame offrira à son détenteur les mêmes facilités de déplacement que n’importe quel autre ressortissant européen. Pour les voyages hors UE, la principauté reste, en revanche, soumise aux accords passés entre la France et l’UE. Il est donc vivement conseillé aux voyageurs monégasques de consulter les dernières informations concernant les modalités de déplacement en provenance du territoire français avant leur départ. À noter enfin que le pass sanitaire monégasque sera également reconnu en France pour la plus grande satisfaction de Pierre Dartout : « C’est un passeport qui sera reconnu par la France. Il permettra de voyager dans le pays voisin et dans tous les lieux où celui-ci exige un pass sanitaire ».

« [À propos du pass sanitaire européen] Nous devrons procéder à un échange de données avec la France. Mais cet échange d’informations ne sera que transitoire. Les données des ressortissants de Monaco ne seront jamais stockées sur des systèmes français »

Julien Dejanovic. Directeur des services numériques

Comment l’obtenir ?

Le pass sanitaire monégasque n’entrera officiellement en vigueur que le 5 juillet prochain, mais les personnes vaccinées à Monaco avant cette date peuvent d’ores et déjà demander leur attestation. Pour cela, rien de plus simple. Il suffit de se rendre sur le site du gouvernement dédié au coronavirus, www.covid19.mc et de remplir un formulaire en quelques clics. Pour éviter toute fraude, il est demandé à la personne vaccinée de renseigner sa date de vaccination, ainsi que le numéro de lot du vaccin. Ces informations figurent sur l’attestation remise lors de la vaccination. « Il est ensuite demandé à la personne concernée si elle veut bénéficier du seul pass monégasque ou du pass valable dans l’ensemble de l’UE », indique Didier Gamerdinger, conseiller-ministre aux affaires sociales et à la santé. La gestion des demandes de ces près de 20 000 personnes vaccinées est une priorité pour les autorités, qui redoutent un afflux des demandes avant les départs en vacances. « Nous avons conscience qu’il faudra répondre très rapidement à leurs attentes. C’est la raison pour laquelle nous avons mis en place un dispositif de deux équipes de 12 personnes qui va fonctionner de 8 heures à 20 heures, 7 jours sur 7, pour prendre en compte et traiter les demandes qui nous arriveront », explique Didier Gamerdinger, qui estime pouvoir fournir un QR Code à tous ces vaccinés, « si les demandes nous parviennent dès à présent ». Celles et ceux qui se feront vacciner après le 5 juillet recevront une attestation de vaccination, ainsi que leur pass sanitaire, monégasque ou européen selon leur choix, après l’injection. À partir du 5 juillet, les personnes réalisant un test PCR en principauté recevront, comme d’habitude, leur résultat par SMS et pourront télécharger leur pass sanitaire par la même occasion. Enfin, dernier cas de figure, les personnes rétablies, c’est-à-dire ceux disposant d’un test positif de plus de 15 jours et de moins de six mois, doivent, elles aussi, effectuer une demande en ligne avant de recevoir leur pass par mail après traitement et validation du centre de vaccination. À noter que seuls les salariés de la principauté, testés et/ou vaccinés à Monaco, peuvent bénéficier du pass sanitaire monégasque.

Des questions toujours en suspens

Si les autorités locales ont souhaité mettre au point un dispositif simple « en tout point conforme aux spécifications de l’UE », des questions restent toutefois en suspens. L’une d’elle concerne l’accès aux événements culturels et sportifs (concerts, expositions, congrès, compétitions sportives…). Un pass sanitaire sera-t-il nécessaire pour y assister ? Aucun élément ne permet aujourd’hui de l’affirmer. Autres questions restées sans réponse : à partir de quel âge, et jusqu’à quand cette preuve sanitaire sera-t-elle exigée ? Là encore, le gouvernement princier n’a apporté aucune réponse. Idem pour celle relative aux contrôles des établissements censés exiger un pass sanitaire. Aucune réponse. Pas plus de précisions, non plus, sur le caractère obligatoire ou facultatif du pass sanitaire. Ni sur un éventuel carnet de rappel (2). Autant de questions restées sans réponse qui entretiennent le flou sur ce dispositif. De l’autre côté de la frontière, l’arrivée du pass sanitaire continue en tout cas de susciter de vifs débats, en raison notamment de son caractère liberticide. Certains y voient, en effet, une obligation implicite à se faire vacciner. Se faire vacciner pour retrouver une vie « normale », ou presque. Comme une sorte de chantage aux libertés. « Le pass sanitaire n’est pas un gadget, mais un élément stratégique de sortie de crise », estime Frédéric Genta. Il n’en reste pas moins qu’un tel dispositif pourrait, à terme, créer une société à deux vitesses : ceux qui adhéreront au principe, et ceux qui ne voudront pas s’y résoudre. Que deviendront-ils alors ? À quels accès pourront-ils prétendre à Monaco ? Le gouvernement semble avoir tranché, en présentant son pass sanitaire comme l’ultime alternative à une sortie de crise. Mais qu’en penserait Benjamin Franklin (1706-1790), l’un des pères fondateurs des États-Unis qui, déclarait ainsi : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité, ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux ».

(1) Le pass sanitaire européen est officiellement entré en vigueur jeudi 1er juillet 2021. Il permet à leurs détenteurs de voyager dans tous les États membres de l’Union Européenne ainsi que dans quatre pays hors UE, membres de l’espace Schengen : l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

(2) En France, un carnet de rappel numérique sous la forme d’un QR Code permet aux personnes ayant fréquenté un café, un restaurant, une salle de sport ou un établissement culturel d’être prévenues en cas de risque de contamination.

Publié le

Les plus lus

Secteur protégé : la loi est votée

Sans surprise, le Conseil national a voté un projet de loi qui vise à proposer aux enfants du pays des logements à des tarifs abordables.
Monaco Hebdo