dimanche 19 septembre 2021
AccueilPolitiqueCovid-19 : Monaco sous la menace d’un nouveau confinement

Covid-19 : Monaco sous la menace d’un nouveau confinement

Publié le

Alors que tous les indicateurs de suivi de l’épidémie de Covid-19 ont désormais viré au rouge en principauté, le gouvernement a procédé à un nouveau tour de vis, vendredi 5 février, pour tenter d’enrayer la propagation du virus.

Un ultime sursis, une dernière chance que les autorités se donnent avant le reconfinement.

« La situation concernant l’épidémie de coronavirus s’est singulièrement aggravée à Monaco. Depuis les fêtes, elle était préoccupante, mais aujourd’hui je n’hésite pas à dire qu’elle est grave ». Tels ont été, le 5 février 2021, les mots du ministre d’État Pierre Dartout, pour décrire la situation sanitaire actuelle en principauté. Il suffit d’ailleurs de jeter un œil aux indicateurs de suivi de l’épidémie pour se rendre compte à quel point elle s’est dégradée ces derniers jours. 

Les indicateurs virent au rouge

À commencer par le taux d’incidence (1), cet indicateur de référence a allégrement dépassé la barre des 400 (il était à 436,84 jeudi 4 février 2021) pour atteindre un niveau comparable à celui des Alpes-Maritimes (445), l’un des départements les plus touchés de l’Hexagone. Autre indicateur inquiétant, le nombre d’hospitalisations liées au Covid-19 a littéralement explosé depuis le début de l’année. À l’heure où Monaco Hebdo bouclait ce numéro, mardi 9 février 2021, 70 personnes étaient en effet prises en charge au centre hospitalier princesse Grace (CHPG), dont 11 en réanimation. Un record depuis le début de l’épidémie, il y a pratiquement un an. Présent en conférence de presse vendredi, le docteur Mathieu Liberatore, président de la commission médicale d’établissement, a d’ailleurs reconnu que « la situation était préoccupante et tendue au CHPG, mais nous faisons front ». Enfin, dernier marqueur de la dégradation de la situation épidémique, le nombre de décès a été multiplié par cinq depuis le début de l’année 2021. Alors que trois résidents étaient décédés des suites du virus entre février et décembre 2020, 17 autres sont venus s’ajouter en à peine un mois en 2021. Sans oublier les personnes non-résidentes décédées au CHPG, qui ne sont pas comptabilisées dans les chiffres officiels du gouvernement.

La menace d’un confinement plane sur Monaco

Tous ces éléments ont donc poussé le gouvernement à opérer un nouveau tour de vis pour tenter d’enrayer la propagation du virus. Il s’agit, selon Pierre Dartout, de la dernière chance pour éviter un nouveau confinement. Car la situation est telle, que ce scénario n’est désormais plus écarté par les autorités. « Il faut que tout le monde prenne conscience que la situation est grave. Si on ne réussit pas aujourd’hui avec ces mesures à changer les comportements, la prochaine fois, il n’est pas exclu que ce soit le confinement », a prévenu le ministre d’État, conscient que l’équilibre entre sanitaire et économie ne tient désormais plus qu’à un fil. En haussant le ton, l’exécutif espère donc créer un électrochoc, et susciter une prise de conscience collective, alors qu’est constaté un certain relâchement dans les gestes barrières en principauté. Notamment dans la sphère privée, où ont lieu la majorité des contaminations aujourd’hui. « Il faut absolument que les gens changent leur comportement », insiste Pierre Dartout conforté par son conseiller-ministre des affaires sociales et de la santé, Didier Gamerdinger : « Il nous faut une attitude à la fois collective et individuelle beaucoup plus responsable. Nous avons le sentiment que cet esprit de responsabilité est aujourd’hui perdu de vue. Mais il faut rester mobilisé et cesser de considérer que la maladie et la mort liée au Covid-19 sont une fatalité ». Les Monégasques et résidents ont désormais jusqu’au 19 février pour inverser la tendance et éviter une mise sous cloche du pays. 

  1. Le taux d’incidence correspond au nombre de cas positifs enregistrés sur les 7 derniers jours, rapporté à 100 000 habitants.

Publié le

Monaco Hebdo