vendredi 27 novembre 2020
Accueil Politique De nouveaux services en ligne d’ici fin 2020

De nouveaux services en ligne
d’ici fin 2020

Publié le

Monaco accélère sa transformation numérique : quatre nouveaux services en ligne seront disponibles d’ici la fin de l’année 2020.

Avec un triple objectif : améliorer le confort des usagers, apporter plus d’efficacité et réduire les dépenses liées aux envois et traitements des papiers.

Monaco poursuit son évolution vers la digitalisation de ses services, laquelle doit apporter plus de confort aux habitants. Quatre nouveaux services en ligne seront lancés d’ici la fin de l’année 2020. Ceux-ci ont été présentés au début du mois d’octobre. Rappelons en effet que, depuis le lancement en avril 2019 du programme Extended Monaco, le gouvernement souhaite faire du numérique « un levier pour augmenter la qualité de vie et notamment la relation à l’administration et ses procédures ». Dont acte : les quatre prochains téléservices, qualifiés de « prioritaires » par les pouvoirs publics, répondent manifestement à des besoins concrets et réguliers des habitants de la principauté. « Notre objectif est de travailler à la dématérialisation de la relation entre l’usager et l’administration, non pas pour se substituer à un service, mais pour améliorer la qualité de cette relation, que l’on soit un parent d’élève, un automobiliste, un fonctionnaire ou un locataire », explique ainsi Julien Dejanovic, directeur des services numériques, en charge notamment de la mise en œuvre des téléservices. Quels sont ces services ? Citons, tout d’abord, le paiement de la cantine en ligne. Déjà en cours de déploiement, ce service connecté concerne quelque 3 200 élèves, répartis dans 10 établissements de Monaco. Grâce à lui, les parents peuvent choisir de payer leurs factures par prélèvement sur compte ou par carte bancaire. Pour la Direction de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports (DENJS), c’est la promesse de plus de simplicité et de rapidité : ce service permet d’éviter le traitement de plus de 5 000 chèques par an. Actuellement en phase de test, et lancée tout prochainement, l’application Mon Espace Domaines permettra aux locataires des domaines d’accéder à l’ensemble de leurs documents (les quittances, les factures…), de communiquer avec l’administration des domaines, de recevoir des informations sur leurs immeubles et de payer en ligne leurs factures. Il faut dire que, chaque année, ce sont 120 000 documents qui sont envoyés aux locataires des 4 200 appartements. Avec l’application, ce volume devrait être considérablement réduit. Les locataires devraient, pour leur part, bénéficier d’un meilleur service, plus pratique au quotidien.

60 000 courriers en moins pour le contrôle technique

Le troisième service en ligne proposé par Monaco d’ici la fin d’année 2020 concerne les automobilistes. Il permettra en effet de prendre un rendez-vous de contrôle technique sur Internet, et de payer les factures liées à cette opération. Rappelons à cet égard que cette opération est obligatoire, par exemple, en cas de vente d’un véhicule automobile particulier à Monaco. Le procès-verbal doit alors avoir moins de six mois. Pour les services publics, ce sont plus de 60 000 courriers qui devraient être économisés tous les ans. La date de lancement de cet outil ? Le 10 novembre 2020. Enfin, 2020 verra le lancement de l’application Service de prestations médicales de l’État (SPME). Elle permettra de consulter en ligne leurs remboursements et les fiches de soins, d’avoir une carte d’immatriculation au système de soin en ligne, et de bénéficier de la télétransmission des actes vers les assurances complémentaires et les mutuelles. Les bénéfices attendus par la principauté sont triples : un meilleur service pour les habitants d’une part, l’économie de 180 000 transmissions par an (lesquelles correspondent tout de même à 150 000 euros d’économies), et la non-impression de 10 000 cartes d’immatriculation. « Si la crise du Covid-19 a mobilisé la Délégation interministérielle chargée de la transition numérique (DITN) début 2020 pour apporter des solutions dans les secteurs du travail, de la santé, de l’éducation ou de la communication, le numérique se veut extrêmement concret dès qu’il s’agit de répondre aux besoins de la population monégasque, estime Frédéric Genta, délégué interministériel pour la transition numérique. En passant de quatre téléservices en 2018, à 8 en 2019, puis 18 en 2020 et un objectif de 30 en 2021, nous accélérons notre programme au service des usagers. »

Le prolongement de « Your Monaco »

Ces quatre nouveaux services viennent en complément de l’offre « Your Monaco », site présenté par le gouvernement princier pendant l’été 2020. Disponible en français, italien et anglais, il est divisé en quatre catégories : « Mon quotidien » (pour les opérations les plus courantes, comme se déplacer, gérer ses déchets, se relaxer…), « Ma ville » (pour la présentation des grands axes de développement, des grands projets…), « Mon environnement » (pour des informations sur les énergies renouvelables, la biodiversité, les objectifs nationaux en la matière…), et « Mes services urbains » (où l’on trouve des données sur la mobilité, la gestion des véhicules, l’occupation de la voie publique…). Chacun de ces thèmes est décliné sur le site en une cinquantaine d’articles illustrés, agrémentés d’une carte de Monaco avec des points d’information géolocalisés. Rappelons également qu’une autre application avait été lancée l’été dernier. Baptisée « Urban Report » (lire notre article publié dans Monaco Hebdo n° 1162), elle permet aux Monégasques de signaler un problème sur un chantier de construction ou des travaux de voirie. Le lien est ensuite fait avec le Département de l’équipement, de l’environnement et de l’urbanisme (DEEU), pour une prise en charge et une résolution des soucis constatés plus rapides. Enfin, pour les automobilistes, Monaco participe à un programme de l’application de navigation GPS pour smartphones Waze, baptisé « Waze Citizen Program ». Celui-ci permet d’informer plus précisément les usagers, en tenant compte des spécificités locales, comme des routes barrées en cas d’événement national, d’accident ou d’aménagements temporaires. « Aujourd’hui, nous faisons face à un nouveau défi, celui de l’avènement du numérique qui redéfinit les équilibres internationaux, transforme nos économies et modifie en profondeur nos sociétés, expliquait, lors du lancement de l’initiative Extended Monaco, le prince Albert II. Le numérique impacte le comportement de l’individu, quel que soit son statut. Il interroge nos perceptions, il renouvelle nos idées, il entraîne en chacun de nous, et dans tous les aspects de nos vies, de profondes transformations. Les États doivent se saisir de ces bouleversements pour leur donner un sens qui soit positif, pour améliorer leurs politiques publiques, pour développer et repositionner leurs économies. »

Extended Monaco, pour une « Smart principauté »

Le lancement des quatre nouveaux services en ligne fait partie du programme Extended Monaco, qui vise à créer une « Smart principauté », « un pays qui tire de sa taille un avantage unique, un modèle fondé sur l’attention aux besoins de chacun ». Celui-ci a été lancé en 2019, et couvre plusieurs thématiques : le cadre de vie, l’éducation augmentée, la santé, l’économie, les services publics et les infrastructures. Le programme Extended Monaco prévoyait notamment une couverture 5G du territoire à 100 %, et la fin du déploiement de la fibre optique, d’ici à 2022. Il doit aussi permettre au Rocher de devenir le premier pays au monde où l’ensemble des élèves sont formés à la programmation de la maternelle au collège. Extended Monaco s’appuiera notamment sur le Monaco Cloud, un cloud souverain — la principauté sera ainsi le premier pays européen à être doté d’un tel équipement. « Basé sur la technologie Amazon Web Services, le cloud souverain monégasque permettra de servir de socle au développement et à la création des nouveaux services numériques de la principauté, explique Frédéric Genta, délégué interministériel en charge de la transition numérique. Notamment des services autour de la smart City, de la e-santé, de l’e-éducation ou encore de la e-administration. Lorsque l’intelligence artificielle, dans un futur proche, sera centrale pour notre économie, nous pourrons en bénéficier grâce à la puissance de calcul et de stockage du cloud. » L’État monégasque en sera ainsi actionnaire à 100 %. Il devrait être opérationnel en 2021. Notons, enfin, que le programme vise 100 % des démarches pertinentes à dématérialiser, réalisables en ligne d’ici 2022.

Publié le

Les plus lus

Monaco renforce ses capacités de dépistage avec un laboratoire haute sécurité

Le prince Albert II a inauguré, lundi 16 novembre 2020, le tout nouveau laboratoire P3 dont vient de se doter la principauté.

Tesla Model 3 Le futur abordable

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!