dimanche 28 novembre 2021
AccueilPolitiqueIsabelle Bonnal : « L’avenir d’un pays, c’est sa jeunesse »

Isabelle Bonnal : « L’avenir d’un pays, c’est sa jeunesse »

Publié le

La directrice de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports, Isabelle Bonnal, a été promue le 18 mars 2021 commissaire général, chargée de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports.

L’occasion de revenir sur son parcours professionnel, débuté à Monaco en 1978.

On se souvient qu’en 2020, Isabelle Bonnal avait reçu les insignes de chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur. Une nouvelle distinction vient d’être accordée à la directrice de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports. En effet, le 18 mars 2021, Isabelle Bonnal a été promue au grade de commissaire général, chargée de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports. Une promotion accueillie avec « une légitime fierté », alors que son parcours a été bien sûr largement marqué par le monde de l’éducation. Quand on l’interroge, elle évoque aussi un sentiment d’« humilité » et se montre « reconnaissante de l’indéfectible soutien de M. le conseiller de gouvernement-ministre de l’intérieur, et de l’engagement de toute la communauté éducative à ses côtés ».

Motivations

Arrivée à la tête de l’éducation nationale monégasque en août 2011, Isabelle Bonnal a enseigné les lettres modernes en principauté pendant 30 ans. Mais, pour elle, tout a commencé en Tunisie, sa terre natale, où elle a débuté sa scolarité. Elle a ensuite rejoint Monaco et le lycée Albert Ier à l’adolescence, où elle a étudié aux côtés d’un camarade pas tout à fait comme les autres, avec qui elle s’est liée d’amitié : le prince Albert II. Amoureuse des belles lettres, Isabelle Bonnal est entrée en classe préparatoire au lycée Massena, à Nice. Elle a décroché un diplôme d’études approfondies (DEA) de lettres modernes, puis un certificat d’aptitude au professorat du second degré (Capes). Ce qui lui a permis de débuter une carrière de professeur de lettres dans des établissements publics et privés du secondaire. Ainsi, de 1978 à 2011, elle a enseigné à des collégiens et à des lycéens, avec pour objectif « d’éveiller en chacun d’eux l’ouverture d’esprit et le goût de l’effort », explique-t-elle. En 2011, sa trajectoire a pris une nouvelle dimension, puisqu’elle a alors été nommée par le prince Albert II directrice de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports. Elle dit alors y avoir vu « la confirmation de son engagement, l’évidence de sa vocation, et l’opportunité d’accompagner tous les élèves à construire, avec confiance, l’avenir auquel ils aspirent ». Lorsqu’on la questionne sur ses motivations profondes, Isabelle Bonnal dit « croire au mérite, au dépassement de soi. Il m’arrive d’être très exigeante, mais l’action gouvernementale, dans les domaines d’intervention qui sont les miens, le nécessite. En principauté, l’éducation doit conserver sa spécificité, cette plus-value que de nombreuses familles espèrent pour leurs enfants. Un système scolaire d’une telle qualité contribue à l’attractivité de la principauté. Il doit donc être maintenu à son niveau, celui de l’excellence, tout en veillant à garantir aux élèves, comme aux personnels, un véritable épanouissement ». Parmi les chantiers qu’elle a ouverts dans sa nouvelle fonction, on peut citer un accompagnement spécifique mis en place pour les enseignants, avec des « cursus de formation en partenariat étroit avec les autorités académiques voisines. Ces cursus sont désormais proposés aux équipes pédagogiques des premiers et seconds degrés ». Autre gros dossier : le développement du numérique, un sujet qu’elle avait d’ailleurs passé au crible dans Monaco Hebdo fin 2020 : « Méthodes et outils pédagogiques innovants sont désormais mis à la disposition des élèves et des professeurs. Lancé cette année, le collège numérique a ouvert la voie à une optimisation de ces ressources pédagogiques modernes, qui concernera prochainement les lycées de la principauté », rappelle-t-elle.

© Photo Michael Alesi / Direction de la Communication

« Cet engagement a pris un sens particulier ces derniers mois en raison d’un contexte sanitaire et économique qui a placé de nombreux étudiants en situation de précarité avérée. Accompagner, soutenir, redonner de l’espérance, de la confiance. L’avenir se construit ainsi » Isabelle Bonnal

« Travail d’équipe »

En ce qui concerne les élèves, l’accent a notamment été mis sur leur orientation, avec le lancement de l’Agora des métiers, puis de la semaine de l’orientation. Quant aux élèves nécessitant des besoins « particuliers », une série de dispositifs pédagogiques et éducatifs « adaptés » ont été développés lors de ces dix dernières années. « À une époque où les métiers et la société évoluent vite, il est essentiel de donner aux élèves des repères culturels solides et une grande capacité d’adaptation », estime Isabelle Bonnal. Du coup, elle a consacré une partie de ses efforts au développement d’activités éducatives, culturelles et sportives au bénéfice des élèves. Tout en mettant en place des emplois du temps dédiés aux classes sportives. Objectif : « Permettre ainsi aux élèves de suivre une scolarité exemplaire et des entraînements de haut niveau », ajoute-t-elle. Le parcours d’Isabelle Bonnal est aussi marqué par une dimension caritative. Ainsi, chaque année, elle organise la journée internationale des droits de l’enfant à Monaco. L’argent recueilli permet de venir en aide, en plus des aides gouvernementales, à des familles en difficulté, ainsi qu’à des associations humanitaires installées en principauté. « Cet engagement a pris un sens particulier ces derniers mois en raison d’un contexte sanitaire et économique qui a placé de nombreux étudiants en situation de précarité avérée. Accompagner, soutenir, redonner de l’espérance, de la confiance. L’avenir se construit ainsi. Et l’avenir d’un pays, comme l’a souligné le prince souverain lors de son avènement, c’est sa jeunesse », souligne Isabelle Bonnal, qui multiplie les distinctions. Dès 2011, elle a obtenu le grade de chevalier de l’ordre des Grimaldi, suivi de celui de chevalier de l’ordre de Saint-Charles trois ans plus tard, en 2014. En France, elle a obtenu en 2019 le grade de commandeur de l’ordre des palmes académiques. En tout cas, au moment de faire ce bilan, c’est vers les autres qu’Isabelle Bonnal préfère se tourner : « La réussite pour l’éducation, la jeunesse et le sport est avant tout le résultat d’un vrai travail d’équipe, d’une cohérence d’actions et de la conjugaison de toutes les bonnes volontés. »

Publié le

Monaco Hebdo