mercredi 20 octobre 2021
AccueilPolitiqueHorizon Monaco lance son application participative

Horizon Monaco lance son application participative

Publié le

Lors d’une conférence de presse le 15 décembre, le groupe Horizon Monaco a présenté son application participative pour smartphone, et expliqué pourquoi la fusion avec Union Monégasque a échoué.

A près les réunions de quartier, Horizon Monaco (HM) continue de jouer la carte de la proximité… Mais cette fois-ci, en version 2.0. Le groupe en lice pour les élections de février 2018 a officiellement lancé une application pour smartphone. Disponible sur iOs (Apple) et Android, ce nouvel outil interactif est le « premier en politique » affirme le groupe. Son objectif ? Laisser la parole aux Monégasques et aux résidents. Ceux qui téléchargent l’application sont ainsi invités à « exprimer leur opinion sur les grands sujets du quotidien », mais aussi à « interpeller » et questionner le groupe sur les thèmes qui les préoccupent. L’application propose également de répondre à quelques questions. Exemples : « Pensez-vous que l’impact des croisiéristes soit bénéfique à la Principauté ? » Ou encore « Êtes-vous favorable au projet de télécabine envisagé par le gouvernement ? ». Mais pas d’inquiétude concernant la confidentialité des réponses et des questions. Cette application participative est totalement anonyme et « n’est absolument pas un sondage déguisé, mais bien un outil de dialogue et d’échange », insiste le groupe.

« On leur a proposé sept candidats »

Lors de la conférence de presse, les candidats HM ont aussi expliqué pourquoi la fusion avec Union Monégasque (UM) a totalement échoué (lire les explications de Jean-Louis Grinda publiées dans Monaco Hebdo n° 1042). Selon eux, les deux camps ne sont pas parvenus à s’entendre sur le nombre de candidats à retenir pour former une liste d’union de 24 : « Nous avons indiqué dès le départ que 12/12 était impossible à nos yeux. Nous souhaitions certes faire une liste de rassemblement et accueillir un certain nombre de candidats UM, mais, pour nous, il n’a jamais été question de parité, explique la tête de liste Béatrice Fresko-Rolfo. On leur a proposé 7 candidats, mais on aurait pu aller jusqu’à 8. » Après ces tentatives vaines de rapprochement, les tweets assez musclés de l’élu UM Bernard Pasquier le 4 décembre 2017, pendant le meeting HM, n’ont pas arrangé les choses. « Pendant ce meeting, nous n’avons jamais eu une parole désobligeante envers UM… », a rappelé Béatrice Fresko-Rolfo. « Ces tweets ne sont pas anodins. Nous avons voté une loi en 2013 sur la protection des candidats. Nous avons tous des familles et une vie professionnelle. Je n’accepte pas les attaques personnelles », a ajouté l’élu et candidat HM, Christian Barilaro.

« Je pensais que l’union serait rapide »

Présent pour la première fois aux cotés de ses nouveaux colistiers, l’ex-candidat UM et néo-candidat HM, Jean-Michel Rapaire, a de nouveau expliqué les raisons qui l’ont poussé à rejoindre Béatrice Fresko-Rolfo, après s’être engagé auprès de Jean-Louis Grinda. « A titre individuel, j’aurais préféré rejoindre dès le départ HM. Mais, par esprit de solidarité avec mes amis du mouvement Renaissance, j’ai rejoint UM », a rappelé Rapaire, convaincu qu’une alliance aurait forcément lieu : « En toute sincérité, j’ai pensé naïvement que l’union serait rapide. »

 

Publié le

Monaco Hebdo