samedi 6 mars 2021
Accueil Politique Comité mixte de suivi Covid-19 Le prince dit « oui » aux élus

Comité mixte de suivi Covid-19
Le prince dit « oui » aux élus

Publié le

Le Conseil national a envoyé le 23 mars une lettre ouverte au Prince Albert II pour réclamer la création d’une cellule de crise pour lutter contre le Covid-19 à laquelle il serait associé.

Quelques heures plus tard, le prince a validé la création d’un comité mixte de suivi qui intègrera des élus.

C’est extrêmement rare. Les 24 élus du Conseil national, la majorité Priorité Monaco (Primo !), mais aussi Horizon Monaco (HM) et Union Monégasque (UM) ont cosigné une lettre ouverte qu’ils ont envoyée au prince Albert II. A l’origine de ce geste très peu vu dans l’histoire de cette assemblée, la volonté des conseillers nationaux de se faire entendre et d’exister dans la gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19. Pour mieux comprendre la genèse de cette lettre ouverte, il faut revenir sur la conférence de presse vidéo, organisée le 16 mars 2020 par les élus via la page Facebook de l’assemblée. Le président du Conseil national, Stéphane Valeri avait déjà pointé le manque de communication du gouvernement autour de l’épidémie de coronavirus : « Depuis le début de cette crise, le gouvernement n’a laissé aucune place au Conseil national, sa position est « nous décidons, vous devez soit vous taire, soit nous approuver »». Estimant que, pour affronter cette crise, « il manque au gouvernement une ressource institutionnelle essentielle : la dimension représentative de la population », les élus ont alors appelé à la création d’une cellule de crise, la justifiant par le fait que « ce qu’attendent les Monégasques et les résidents, c’est que l’Etat parle d’une seule et même voix, sous l’autorité du prince, dans le cadre d’une cellule de crise aux contours clairs et à la composition efficace ».

Symbole

Il était donc évident que, trois jours plus tard, lors de la séance extraordinaire demandée par le Conseil national, le 19 mars, les élus allaient à nouveau chercher à se faire entendre sur ce sujet. Mais, comme un symbole de la mésentente entre le gouvernement et l’assemblée, la demande de création de cellule de crise réunissant gouvernement et élus, lancée par Stéphane Valeri n’a pas pu aboutir, malgré plusieurs heures d’échanges. Le gouvernement a alors proposé la création d’un comité de suivi rattaché au département des finances, qui n’a pas satisfait les élus, comme l’a confirmé par la suite le président du Conseil national, dans un communiqué de presse publié le 21 mars : « Etant donné l’envergure et le caractère transverse exceptionnel de cette crise, qui impacte tous les aspects budgétaires de l’Etat, l’assemblée attend du gouvernement son accord pour la constitution d’un groupe mixte de coordination des mesures liées au Covid-19. Ce groupe de travail mixte, analogue à d’autres comités et groupes mixtes de travail existant depuis toujours, se réunirait le plus fréquemment possible, et autant de fois que nécessaire. » Du côté du Conseil national, la délégation serait composée du président, de la vice-présidente Brigitte Boccone-Pagès, du président de la commission des finances, Balthazar Seydoux, du président de la commission des intérêts sociaux et des affaires diverses (Cisad), Christophe Robino, et de deux représentants d’Horizon Monaco (HM) et d’Union Monégasque (UM). La présidence de ce groupe de travail reviendrait donc au ministre d’Etat, Serge Telle. « Cette crise sans précédent impacte déjà, et va impacter très lourdement, le budget national, ce qui implique non seulement que chaque département est évidemment concerné d’une manière ou d’une autre dans son action, mais aussi et surtout, que la loi de budget sera modifiée en profondeur : le Conseil national est donc pleinement dans son rôle et strictement dans le cadre de ses prérogatives constitutionnelles. Seul ce groupe mixte permettra une concertation conforme à l’esprit de nos institutions », a estimé Stéphane Valeri.

« Echanges »

Pour enfoncer le clou et faire valoir leur point de vue, le 23 mars, en fin d’après-midi, les élus ont donc diffusé une lettre ouverte envoyée au prince Albert II. Une lettre dans laquelle ils affirment que, quelles que puissent être les divergences et les carences du gouvernement dans la gestion de la crise, « la polémique n’a pas sa place aujourd’hui ». Ils ajoutent : « Avec l’impact de cette crise sans précédent, c’est tout le paradigme budgétaire, économique et social de Monaco, qui doit et qui est en train d’être modifié par le gouvernement. Nous regrettons qu’à ce jour, il le fasse de manière unilatérale. » Réaffirmant une nouvelle fois leur indéfectible attachement à la monarchie constitutionnelle, les élus estiment néanmoins que si le « gouvernement reste le seul responsable de la mise en œuvre des mesures décidées, il ne peut ignorer les besoins et les attentes de la population, dont les conseillers nationaux sont les représentants ». Dans ce courrier, ils mettent à nouveau en avant l’utilité de ce groupe mixte d’analyse : « Ce groupe mixte permettrait au gouvernement, dans le cadre des échanges entre nos deux institutions, d’enrichir sa réflexion et de mettre en œuvre ensuite les meilleures solutions pour la population et l’économie du pays. »

Le Prince écoute le Conseil national

Plus que jamais, la création de ce groupe mixte était donc entre les mains du prince Albert II et le moins que l’on puisse dire, c’est que les choses n’ont pas traîné. En effet, seulement quelques heures après la diffusion de la lettre ouverte du Conseil national, un peu avant 19 heures le 23 mars, le palais princier a communiqué à son tour. D’emblée, dans ce texte d’une page, le prince Albert II indique que le Conseil national a « sa place » dans le dispositif de lutte contre le Covid-19. Avant d’ajouter : « C’est pourquoi, comme annoncé le 19 mars dernier, sur proposition de son gouvernement, S.A.S. le prince a accepté la création, par une ordonnance souveraine qu’il signera dans les jours à venir, d’un comité mixte de suivi Covid-19, présidé par le ministre d’Etat, au sein duquel les représentants de cette assemblée seront étroitement informés de toutes les décisions prises ou à prendre par son gouvernement. Bien évidemment, à cette occasion, le Conseil national pourra formuler ses propositions. » Il ne s’agira donc pas d’une cellule de crise ou d’un groupe mixte de suivi, mais d’un comité mixte de suivi. Mais peu importe la dénomination, les élus du Conseil national ont donc été entendus. Estimant que le temps est « désormais à l’action, à la solidarité et à l’unité », le prince Albert a balayé toute idée de polémique politique, préférant saluer la mobilisation « totale des personnels des services de l’Etat et de la commune, de santé, de secours et de sécurité, ainsi que des bénévoles ». Il a aussi réaffirmé son engagement « sans faille », pour que « toutes les mesures nécessaires » soient lancées face à cette pandémie historique.

Publié le

Les plus lus

Deux nouvelles recrues à l’ASM Basket

Actuel leader de la Jeep Élite, la Roca Team a profité de la trêve internationale pour se renforcer avec deux nouvelles recrues, Ibrahima Fall Faye et Branden Frazier.
Monaco Hebdo