lundi 20 septembre 2021
AccueilPolitique“Je déciderai début 2011”

“Je déciderai début 2011”

Publié le

Gerorges Marsan
« Cela fait des dizaines d'années qu'on demande aux grandes entreprises de Monaco de créer des crèches pour leurs salariés. Le jour où la SBM fera cet effort social, la population sera soulagée. » Gerorges-Marsan, maire de Monaco © Photo Laetitia Ferrando / Monaco Hebdo.

Le maire de Monaco n’a pas encore décidé s’il sera candidat aux prochaines municipales, en mars 2011. Ce qui ne l’empêche pas de faire un premier bilan de son mandat.

BILAN

Monaco Hebdo?: Votre bilan??
Georges Marsan?: Impossible de parler de bilan sans évoquer le secteur de la petite enfance et des crèches. Car on a vécu une période un peu tendue. Notamment à cause du changement de mode de vie des jeunes mamans qui reprennent le travail beaucoup plus vite. Ce qui a provoqué une hausse des demandes pour obtenir une place dans l’une des 8 crèches de Monaco qui proposent 262 places.

M.H.?: L’ouverture de la crèche de l’olivier n’a pas suffi??
G.M.?: Non. Mais il faut rappeler qu’on a augmenté le nombre de places dans les crèches. D’ailleurs, en 6 ans, on est passé de 250 places à 262. Ce qui représente une hausse de 17 %. Mais c’est vrai que l’ouverture de la crèche de l’olivier avec 45 berceaux n’est pas suffisante. Voilà pourquoi on a décidé de miser sur la création de micro-crèches.

M.H.?: Et ça marche??
G.M.?: C’est une solution qui permet d’accueillir 9 enfants par micro-crèche. D’ailleurs, on en a ouvert une en mai dernier, rue Honoré Labande?: A ribambela. Ensuite, on voulait en ouvrir une autre à Monaco Ville. Mais le gouvernement n’a pas pu trouver de local disponible. Du coup, on a décidé d’ouvrir une autre micro-crèche au premier trimestre 2011, toujours rue Honoré Labande, en face de l’autre. Coût de l’opération?: entre 60?000 et 80?000 euros par micro-crèche. Sachant que ces deux structures sont financées par des donateurs. Avec 4 salariés par micro-crèche. Ce qui nécessite environ 100?000 euros en budget de fonctionnement.

M.H.?: Vous avez d’autres projets de crèches??
G.M.?: Oui. D’ici 2 ans, dans le secteur de la Condamine, avec 50 places. Ensuite, il y a un second projet, toujours de 50 places, avec le projet Testimonio. Mais il n’y a pas de date de livraison.

M.H.?: Donc il y a encore des listes d’attente??
G.M.?: Mais il y en a toujours eu?! Car il faut en moyenne attendre 30 jours. Mais ça peut être moins aussi. Du coup, je conseille aux parents d’inscrire leurs enfants le plus tôt possible. Ce qui nous permet d’anticiper. En septembre, la liste d’attente à la rentrée est à 0. Ensuite, ça fluctue. Avec parfois une trentaine de personnes sur ces listes.

M.H.?: Les entreprises privées jouent vraiment le jeu en créant leurs propres crèches??
G.M.?: A Monaco, il y en a 3?: une semi-privée, celle de la Croix-Rouge (40 places), une au centre hospitalier princesse Grace (CHPG) qui est réservée au personnel de l’hôpital (60 places) et une créée par Single Buoy Moorings, une entreprise spécialisée dans l’industrie pétrolière et gazière (30 places). Là encore, l’accès est réservé aux salariés de cette entreprise. Au total, ces trois crèches privées offrent environ 130 places.

M.H.?: Et c’est suffisant??
G.M.?: Ca fait des dizaines d’années qu’on demande aux grandes entreprises de Monaco de créer des crèches pour leurs salariés. Surtout la Société des bains de mer (SBM). Le jour où la SBM fera cet effort social, la population monégasque sera largement soulagée. Mais on n’a jamais eu de réponse.

M.H.?: Pourquoi ça bloque??
G.M.?: Parce que d’abord il faut arriver à trouver un local libre. Ce qui est difficile en principauté. Ensuite, il faut amortir les coûts. Notamment le prix de la location des locaux, mais aussi les salariés. D’ailleurs, les crèches sont toutes déficitaires. Ce qui est normal, car c’est un service public. Mais avec le privé, c’est plus compliqué. Car, en moyenne, un enfant dans une crèche coûte à la mairie 80 euros par jour.

ELECTIONS MUNICIPALES

M.H.?: Vous serez candidat en mars 2011??
G.M.?: C’est trop tôt pour en parler. D’ailleurs, j’ai expliqué à mes collègues qu’on avait encore 6 mois de travail devant nous. Et on a encore beaucoup de choses à faire.

M.H.?: Vous prendrez votre décision quand??
G.M.?: Début 2011.

M.H.?: Il y aura plusieurs listes??
G.M.?: C’est possible. Mais rien n’est sûr.

M.H.?: Vous êtes pour la présence de plusieurs listes pour favoriser la pluralité et le débat d’idées??
G.M.?: La mairie n’a rien à voir avec le conseil national. Ici on gère l’administration du quotidien. Chaque élu représente son service et travaille avec ses équipes. Et je peux vous dire que depuis que je suis en mairie, c’est-à-dire depuis 1991 avec Anne-Marie Campora, il n’y a pas de représentation politique. D’ailleurs, je suis incapable de vous dire pour qui vote mon premier adjoint pour les élections au conseil national. Et ça ne m’intéresse pas. Mais je pense que tout l’échiquier politique présent au conseil national est sûrement représenté en mairie.

M.H.?: Vous êtes pour le droit de vote aux résidents??
G.M.?: Pourquoi pas?? Mais c’est compliqué. Car à Monaco on a environ 140 nationalités. Avec lesFrançais, les Italiens et les Britanniques qui dominent les autres. Donc il faudrait régler la question de la représentativité de ces élus. On nous a demandé ça plusieurs fois. Notamment dans le cadre du comité de suivi du conseil de l’Europe. Mais j’aimerais que toutes les nationalités soient bien représentées. Ce qui est difficile.

MARCHE

M.H.?: Où en sont les travaux du marché de la Condamine??
G.M.?: Le transfert des commerçants sur la place d’Armes aura lieu en avril 2011. Ce qui permettra de faire les travaux dans la halle. Des travaux qui devraient durer environ 18 mois. Ensuite, il faudra restructurer la place. Ce qui prendra 1 an.

M.H.?: Comment seront attribuées les cabines dans la nouvelle halle??
G.M.?: Par un appel d’offres qu’on lancera au second semestre 2011. Mais cet appel d’offres ne concernera que les nouvelles activités. Car les anciens commerçants seront repris et réinstallés. Mais la surface ne change pas, avec environ 25 cabines. Dont 6 nouvelles. Au total, la restructuration de la halle coûtera entre 8 et 10 millions d’euros.

M.H.?: En cas de perte de chiffre d’affaires pendant les travaux, les commerçants seront dédommagés??
G.M.?: D’abord, c’est pas sûr qu’ils enregistrent une perte de chiffre d’affaires. Ensuite, pendant les travaux, les commerçants ne paieront pas de loyer. Ensuite, quand on avait fait des travaux en 1992, je me souviens qu’ils avaient bien travaillé. Mais c’est vrai qu’ils auront pendant quelques temps des surfaces plus petites. Donc c’est un petit mauvais moment à passer. Car après, ils seront beaucoup mieux installés.

COMMUNICATION

M.H.?: Pourquoi avoir lancé une campagne de communication??
G.M.?: Parce qu’on s’est aperçu qu’il fallait améliorer la visibilité de la mairie. Ce qui est un travail de longue haleine. Du coup, on a décidé de lancer une campagne de communication qui a débuté en septembre. Objectif?: présenter les 4 pôles de la mairie. C’est-à-dire les pôles pratique, social, culture et animation.

M.H.?: Votre stratégie??
G.M.?: On a surtout misé sur de l’affichage et des publications dans la presse. Mais cette campagne va durer dans le temps. D’ailleurs, elle continuera en 2011.

M.H.?: Combien coûte cette campagne??
G.M.?: Autour de 100?000 euros.

M.H.?: Mais la mairie n’avait pas de véritable service de communication??
G.M.?: Non. En fait, avant la communication était directement liée au secrétariat général. Aujourd’hui, on a créé un service communication avec un chef de service et deux attachés. Un service qui est transversal à tous les services de la mairie. Car on s’est rendu compte que, souvent, les Monégasques connaissent mal les services de la mairie. Et ils ne savent pas qui fait quoi.

M.H.?: Votre objectif??
G.M.?: Etre plus proches des gens et plus visible. Car la mairie, ce n’est pas que l’état civil et la police municipale. D’ailleurs, on va aussi lancer un nouveau site Internet.

M.H.?: Pourquoi??
G.M.?: Parce qu’il faut rendre les services de la mairie plus accessibles. Donc début 2011 on va lancer un site plus accessible. Avec pour les 4 pôles, toutes les prestations disponibles d’un seul clic sur la première page du site.

SENIORS

M.H.?: Comment faire face aux besoins des seniors qui sont de plus en plus nombreux??
G.M.?: En misant d’abord au maximum sur le maintien à domicile. C’est pour ça qu’on est en train de mettre en place un nouveau système de télé-alarme. Pour le moment, on en a installé 40. Et on aura atteint les 500 d’ici fin 2011. Ce qui permettra d’avoir réussi la bascule de l’ancien système vers le nouveau.

M.H.?: Cette télé-alarme apporte quoi de plus??
G.M.?: Elle détecte les chutes, l’incendie, les fuites de gaz et de monoxyde de carbone. De plus, le système est capable de s’auto-vérifier. Mais on maintient le lien social avec les seniors en leur téléphonant tous les jours pour savoir si tout va bien.

M.H.?: Combien ça coûte??
G.M.?: Ça dépend. Ça peut être gratuit. Sinon compter autour de 130 euros pour l’installation et de 46 à 56 euros pour la maintenance. Mais ça ne coûte pas plus cher que l’ancien système qui a été installé il y a 20 ans. En tout, ce système a coûté 1,5 million, financé par le gouvernement.

M.H.?: Et pour les repas à domicile??
G.M.?: On a 5 camions frigorifiques qui livrent 7 jours sur 7, par 4 chemins de livraison, deux repas par jour à 180 bénéficiaires. A noter que les repas sont préparés au CHPG. Et qu’un nouveau camion vient de nous être offert par l’association Cuomo. Un camion ultra-moderne complètement automatisé qui permet d’avoir la traçabilité des températures.

M.H.?: Il y a d’autres aides pour maintenir les seniors chez eux??
G.M.?: Bien sûr. Notamment un service d’auxiliaire de vie en collaboration avec le centre de coordination gérontologique qui marche bien. Mais aussi les aides au foyer.

M.H.?: Il manque encore des places dans les maisons de retraite??
G.M.?: La politique du gouvernement, c’est le maintien à domicile, tant que c’est possible, bien sûr. Ensuite, pour les maisons de retraite, A Quietüdine a été ouvert avec 70 lits. Et puis, le Cap Fleuri va être rénové. Donc on va être tranquille pendant quelques temps.

M.H.?: D’autres projets??
G.M.?: Oui. Avec la fondation Hector Otto. Car le service intermédiaire de l’enfance va être transféré en juin 2011 du foyer Sainte Dévote aux Dominicaines. Ce qui libère donc de la place. Du coup, d’ici fin 2010, on va signer un bail emphytéotique avec cette fondation. Car ils ont déjà deux maisons de retraite non médicalisées avec 158 lits. Et cette fois, ils ouvriront une maison semi-médicalisée de 45 lits.

M.H.?: Et le reste de l’espace sera occupé comment??
G.M.?: En tout, on aura 4?500 m2. Ce qui permettra d’installer une crèche de 35 berceaux, un coin petite enfance, le club Le temps de vivre et des surfaces de bureau pour la mairie. En gros, on aura 60 % des surfaces pour la maison de retraite et 40 % pour la mairie. Le coût de cette opération n’est pas chiffré. Mais ça devrait tourner autour de 20 millions d’euros. Aucune date de livraison n’est fixée.

MEDIATHEQUE

M.H.?: Où en est le projet de nouvelle médiathèque??
G.M.?: Le gouvernement a indiqué que la priorité nationale, c’était la construction d’appartements pour les Monégasques. Car ils doivent livrer 500 appartements en 5 ans. Résultat, l’emplacement de la médiathèque sera finalement occupé par des appartements. Et il y aura aussi d’autres crèches. Mais aussi presque 2?000 m2 pour le fonds patrimonial et le dépôt légal de la mairie. De plus, il y a des problèmes budgétaires. Donc, le gouvernement a retardé tous les programmes.

M.H.?: Du coup ce projet de médiathèque est enterré??
G.M.?: Non. D’ailleurs, j’ai rencontré récemment le gouvernement. Et ils m’ont proposé 7 sites pour construire cette médiathèque. Donc, sur ce point là, le gouvernement a respecté sa parole. D’ici la fin de l’année, on choisira un site. Et on travaillera sur la programmation de cette opération pour laquelle on a réclamé environ 4?000 m2.

M.H.?: Construire une médiathèque en période de crise, c’est vraiment une priorité??
G.M.?: Bien sûr?! D’ailleurs, le gouvernement nous a confirmé qu’elle sera construite. Il faut dire qu’on en parle depuis plus de 20 ans. Et puis, cette médiathèque, c’est le premier niveau de la culture pour tous. C’est aussi un bâtiment qui durera au moins 50 ans. Donc même si ça coûte 60 ou 70 millions d’euros, les Monégasques et les résidents en ont besoin. Bref, on va continuer à se battre.

M.H.?: Vous espérez une ouverture pour quand??
G.M.?: Si tout s’était passé comme prévu, on avait envisagé une ouverture en 2013. Mais là, ça sera pas avant 8 ou 10 ans. Même si officiellement, on nous a dit 2018, on préfère rester prudent.

Publié le

Monaco Hebdo