mardi 20 avril 2021
Accueil Politique «?Tisser une relation de confiance avec les Français de Monaco?»

«?Tisser une relation de confiance avec les Français de Monaco?»

Publié le

Arnaud Leroy
Arnaud Leroy © Photo Monaco Hebdo.

Alors que les Français de Monaco ont voté à plus de 82 % pour la candidate UMP Laurence Sailliet au second tour des élections législatives, c’est le candidat socialiste Arnaud Leroy qui a finalement remporté le siège de député à l’Assemblée nationale sur la 5ème circonscription, avec 52,7 % des voix. Réactions.

Au premier tour, ils étaient au coude à coude. 217 voix à peine les séparaient. Le second tour des élections législatives a finalement tourné en faveur du candidat socialiste Arnaud Leroy, qui l’a confortablement emporté avec 52,7 % des suffrages, contre 47,3 % pour sa rivale UMP Laurence Sailliet sur l’ensemble de la 5ème circonscription. « C’est une belle victoire. Assez marquée. Notamment à Madrid qui n’était pas un fief de la gauche. Je ne sais pas si c’est le premier mois de François Hollande en tant que président ou ma candidature qui a rencontré un écho. Sans doute une combinaison des deux. Le report des voix de gauche, et même au-delà, s’est également bien effectué », estime celui qui représentera désormais les expatriés du Portugal, d’Espagne, d’Andorre et de Monaco à l’Assemblée nationale (1). En cumulant les suffrages de la candidate écologiste Carolina Punset, de Muriel Guenoux représentant le parti radical de gauche et de Juliette Estivill, candidate du Front de gauche, le socialiste s’est donc en partie imposé grâce à un réservoir de voix conséquent à gauche.

« Pas rancunier »
En principauté, bastion historique de la droite, c’est la candidate UMP qui a sans surprise raflé la grande majorité des voix. Sur les 4?377 inscrits, 836 électeurs se sont prononcés en faveur de Laurence Sailliet (contre 177 pour Arnaud Leroy). Soit 82,5 % des voix. « Je ne suis pas quelqu’un de rancunier, plaisante Arnaud Leroy. Je n’ai jamais espéré faire la majorité des voix en principauté. En revanche, j’espère pouvoir tisser une relation de confiance avec les Français de Monaco. Et travailler dans une bonne entente avec le sénateur Christophe-André Frassa et le conseiller représentant les Français de Monaco Danielle Merlino. » Malgré les faibles voix enregistrées en principauté, le député fraîchement élu réaffirme vouloir « défendre bec et ongles les intérêts des Français de Monaco », face à un parlement désormais tout acquis à la gauche.

« Député utile »
Dans la communauté française, même si le socialiste était loin d’être le favori, les attentes sont réelles. « Nous avons fait parvenir un dossier sur la situation fiscale des Français de Monaco à Arnaud Leroy début avril 2012. Il nous avait répondu le jour même et confirmé partager complètement notre combat. On l’a ensuite rencontré le 13 avril en comité restreint, et avons discuté sans langue de bois, ne cachant pas notre inquiétude par rapport à son appartenance politique, notamment nos peurs face aux prises de position d’Arnaud Montebourg et de Vincent Peillon dans leurs rapports, explique Géraldine Motillon, une enfant du pays. Il nous avait répondu que nul n’était aussi bien placé qu’un député socialiste pour plaider la cause des Français de Monaco auprès d’un gouvernement du même camp, et qu’il ne partageait pas la vision de Monaco brossée par Montebourg. Il s’était engagé à être un député utile. A lui de faire ses preuves maintenant. On va bien voir s’il parvient ou pas, à faire trouver écho à nos revendications au parlement français qui jusqu’ici, trop pétri d’idées reçues sur les conditions de vie en Principauté, n’a jamais prêté l’oreille. » Fiscalité des enfants du pays, logement, et transmission du certificat de domicile… autant de sujets sur lesquels le parlementaire sera donc attendu au tournant. « Dans sa profession de foi, il s’est engagé à assurer un cadre fiscal juste, efficace, qui distingue clairement les évadés fiscaux, des Français établis hors de France qui s’acquittent de leurs impôts dans leur pays de résidence ou en France. Nous attendons maintenant de voir s’il va ou non tenir ses promesses et s’il va se préoccuper de notre situation », rajoute Géraldine Motillon.

« Confiance en lui »
Un autre enfant du pays, Christian Grimaldi, estime de son côté qu’au second tour restaient en lice les deux candidats s’étant le plus investis pour Monaco. « Ce qui est original, c’est que c’est probablement la seule circonscription où la droite et la gauche ont le même programme et sont conscients qu’il faut réformer la fiscalité et trouver des solutions sur le logement. Cela montre bien que notre discrimination fiscale est bien réelle et qu’aujourd’hui plus personne ne le conteste, explique-t-il. Arnaud Leroy a l’air volontaire et dynamique. Donc, nous l’encourageons et plaçons notre confiance en lui. Point positif?: il est dans la majorité. Ce sera donc plus facile pour faire passer une proposition. Point négatif?: il y a au PS des personnes avec des œillères et plein d’amalgames sur Monaco. Il faudra à Arnaud Leroy beaucoup de persuasion mais il a la fougue d’un premier mandat face aux dinosaures de la politique. C’est bien, et nous allons l’aider. Nous ne le lâcherons pas pour que les promesses électorales ne soient pas une fois de plus un leurre. »

20 % de participation
Le gros point noir de cette première élection est en revanche l’abstention. Déjà massive au premier tour, elle l’a été tout autant au second tour. Sur les 11 circonscriptions, le taux de participation global s’est élevé à 20,6 % seulement. Et à 23,4 % à Monaco. « Il n’y a jamais eu une participation très forte des Français de l’étranger. Y compris pour les présidentielles qui est pourtant l’élection phare et la plus médiatisée. On culmine à 40 % de participation dans les grands jours. Pour l’élection des conseillers des Français de l’étranger, la deuxième élection référence, on se situe également entre 12 % et 14 % de participation. Il y a sans doute eu aussi une lassitude liée à une séquence électorale très dense entre les primaires, les présidentielles, et les législatives », explique Arnaud Leroy.
Après avoir fait plusieurs escales en principauté pendant la campagne électorale, le député socialiste devrait revenir à Monaco en septembre prochain pour l’inauguration du nouveau conseil national.

(1) Le candidat socialiste a fait le plein de voix en Espagne et au Portugal (respectivement 55,9 % et 56,5 % des suffrages). La candidate UMP s’est de son côté imposée en Andorre avec 66 % des voix.

Publié le

Les plus lus

Le quatrième Monaco E-Prix, le 8 mai

Samedi 8 mai 2021, après avoir concouru en Arabie saoudite, en Italie puis en Espagne, les monoplaces électriques prendront le départ sur le circuit monégasque.
Monaco Hebdo