mardi 27 juillet 2021
Accueil Economie Quatre opportunités sur les marchés d'actions européens

Quatre opportunités sur les marchés d’actions européens

Publié le

© Photo DR

Cédric de Fonclare, gérant du fonds Jupiter European Opportunities, détaille pour Monaco Hebdo quatre de ses choix de valeurs au sein des actions européennes.

Sélectionner des sociétés européennes saines, exposées à une croissance structurelle et affichant ainsi les meilleurs potentiels de rendement, tel est le crédo de Cédric de Fonclare, gérant de Jupiter European Opportunities Fund, un fonds créé en 2001 et éligible au PEA depuis début septembre. « Historiquement, nous recherchons des sociétés qui ont la capacité aujourd’hui ou dans le futur de générer un rythme de croissance supérieur à celle du PIB, avec un retour sur investissement peu volatile et supérieur au coût du capital, explique Cédric de Fonclare. Dans le contexte actuel, notre attention se porte également tout particulièrement sur leur solidité financière et leur capacité à générer des flux de trésorerie qui pourront être réinvestis pour accroître leur budget R&D, accélérer leur internationalisation ou encore acquérir des actifs, et ce afin de dynamiser leur stratégie et de faire face à une croissance économique structurellement faible en Europe. »

Cédric de Fonclare recherche donc des sociétés ayant une forte visibilité sur leurs perspectives de croissance mais qui bénéficient également de relais de croissance structurels faciles à comprendre comme la démographie, le vieillissement de la population, la rareté des denrées alimentaires, le développement de la réglementation, l’urbanisation croissante des pays émergents, la consommation d’énergie ou encore la visibilité qu’apporte la croissance des nouvelles économies aux chiffres d’affaires des sociétés européennes qui y sont bien positionnées. « Les investisseurs devraient accorder une prime de valorisation à ce type de sociétés », fait valoir le gérant.

Cela se matérialise déjà dans un secteur comme la santé. « Alors que Sanofi-Aventis ou Glaxo ne séduisent pas depuis de long mois les investisseurs en raison des incertitudes sur leurs perspectives de croissance avec la menace de tombées de brevets et la montée en puissance des génériques, une société comme Novo Nordisk se traite, à l’inverse, sur des niveaux de valorisation très élevés, souligne Cédric de Fonclare. Les investisseurs sont donc prêts à payer la qualité et la visibilité qu’offre l’activité du leader mondial du traitement contre le diabète avec qui plus est de fortes barrières à l’entrée, pas de problème de tombée de brevets et des liquidités réinvesties en investissements ou en rachat d’actions. »

Syngenta

« Cette société suisse agro-chimique bénéficie, de par son leadership mondial dans la recherche liée à l’agriculture, en particulier la protection des cultures et le marché des graines, des tendances démographiques dans le monde et de la rareté des denrées alimentaires, souligne le gérant. Son vaste réseau de distribution lui permet par ailleurs de bien cibler une clientèle d’agriculteurs et de coopératives qui est par nature très fragmentée. »

Société générale de surveillance

« Cette société suisse, qui vérifie la conformité des produits avec les règles de sécurité et de qualité en vigueur dans les différents pays, bénéficie de la montée en puissance de la réglementation mais également des flux importateurs en provenance des pays émergents, explique le gérant. L’innovation est également un catalyseur de la croissance de SGS. En s’assurant de la conformité de leurs nouveaux produits, les sociétés n’ont pas à supporter le coût d’un éventuel échec commercial. »

Vallourec

« Les perspectives de croissance de la demande en énergie restent très fortes, fait valoir Cédric de Fonclare. Même si la marée noire dans le Golfe du Mexique ternit à court terme la visibilité sur le secteur, le durcissement de la réglementation américaine en matière de production offshore pourrait renforcer les barrières à l’entrée et s’avérer bénéfice à un groupe comme Vallourec, réputé pour la qualité de ses équipements pétroliers. »

SES Global

« SES Global bénéficie de la dynamique de croissance des pays émergents. Contrairement aux pays matures qui disposent de vastes infrastructures pour la diffusion des chaînes télévisées par câbles, le satellite reste encore pour les pays émergents le seul moyen de diffusion, détaille Cédric de Fonclare. La croissance de SES est également tirée par le fort développement de la télévision numérique et la montée en puissance de la 3D. La diffusion d’une chaîne en 3D nécessite en effet entre 20 et 80 % de capacité satellitaire supplémentaire, par rapport à la diffusion d’une chaîne HD. »

Publié le

Les plus lus

Vente de casques caritative : près de 220 000 euros récoltés pour les enfants...

L’association Monaco Liver Disorder (MLD), qui lutte contre les maladies infantiles rares, attire rarement les projecteurs en principauté.

Des remous autour des ports de Menton

Monaco Hebdo