dimanche 23 janvier 2022
AccueilEconomieMonte-Carlo BeachTrès cher bio…

Monte-Carlo Beach
Très cher bio…

Publié le

Le 6 mars, le Monte-Carlo Beach rouvre ses portes. Cet établissement de la Société des Bains de Mer continue de miser sur le 100 bio %. Un choix qui coûte cher, mais « assumé » par le groupe.

Avec 1 étoile au Guide Michelin obtenue en 2014, le restaurant Elsa du Monte-Carlo Beach fait désormais partie de l’élite des grandes tables. La particularité de ce restaurant gastronomique qui rouvre ses portes le 6 mars (1) ? Toute la nourriture proposée est 100 % biologique. « Elsa est le premier et le seul restaurant étoilé 100 % bio certifié. Non seulement à Monaco, mais aussi en France et en Europe », assure Danièle Garcelon, la directrice du Monte-Carlo Beach.

 

« Beach goes bio »

La véritable locomotive de ce projet a été un homme : le chef italien Paolo Sari, arrivé en mars 2012 derrière les fourneaux du restaurant Elsa. « Il nous a entraînés dans sa philosophie « Beach goes bio. » C’est un parti pris. On a décidé d’y aller à fond, car on a voulu se démarquer. » Depuis 2013 — date à laquelle l’hôtel du Monte-Carlo Beach a reçu sa première certification Ecocert — tout ou presque, est donc 100 % bio. De l’offre alimentaire au room service, jusqu’aux boissons. Avec par exemple, dans le mini-bar, un cola naturel qui a sensiblement le même goût qu’un vrai Coca-Cola, mais en moins sucré. « Plus largement, cette année notre objectif est d’atteindre 80 % de bio sur tout le reste du Beach. A savoir le Deck, les Cabanas avec 200 tentes au bord de l’eau, la Vigie ou encore le Bar glacier. » Un nouvel établissement, la Pizzeria, qui ouvrira ses portes le 18 avril, sera lui aussi un restaurant 100 % bio.

 

« Indolore »

Mais Danièle Garcelon ne s’en cache pas. Sans dévoiler les montants, la directrice du Monte-Carlo Beach concède que le bio est un investissement « lourd » pour la Société des Bains de Mer (SBM). En termes de coûts, mais aussi de gestion. « Pour les fournisseurs, leur suivi et la tracabilité par exemple. Mais c’est un choix assumé par notre entreprise. » Surtout lorsque l’on sait que le complexe du Beach enregistre pas moins de 100 000 couverts par an. « Les trois premières années représentent un réel investissement. Mais une fois ces trois années passées, le passage au bio sera « indolore. » Et il y aura alors un vrai retour sur investissement. »

 

« Jardins »

Du côté des fournisseurs, la SBM fait appel à des producteurs locaux. De Monaco à Cavaillon en passant par Cuneo ou Vintimille en Italie. « Nous avons aussi des jardins à Saint-Jeannet, au jardin des Antipodes à Menton Garavan, mais aussi à Albenga, en Italie. Nous sommes actuellement en négociations pour louer un terrain sur Roquebrune-Cap-Martin. Tout ce qui est produit sur ces terrains nous revient. » Autre preuve de cet engagement bio : l’hôtel met à la disposition de ses clients une flotte de vélos électriques.

 

(1) L’hôtel, la piscine, le spa et le restaurant Elsa rouvrent leurs portes le 6 mars. Le reste du complexe ouvrira le 18 avril. Le “resort” emploie 40 salariés en basse saison et 280 en haute saison. L’hôtel compte 14 suites et 26 chambres.

Publié le

Monaco Hebdo