Comprise dans le programme Extended Monaco, la station sportive connectée Monamove a été inaugurée jeudi 12 décembre 2019.

Sébastien Chabal, dont l’entreprise a réalisé le projet, était présent. Présentation.

A Monaco, le numérique s’insère même dans le sport. Jeudi 12 décembre 2019, les membres actifs du projet smart city, Marie-Pierre Gramaglia, conseillère-ministre à l’équipement, l’environnement et l’urbanisme, Frédéric Genta, délégué interministériel à la transition numérique et Georges Gambarini en charge du projet smart city, étaient présents pour inaugurer la « nouvelle station sportive connectée », Monamove, utilisable avec l’application du même nom. Avec un invité de marque pour donner un coup de ciseau au ruban : Sébastien Chabal. Les services de la principauté ont fait appel à l’entreprise de l’ancien international de rugby, Concept Sport, pour livrer les infrastructures. Lesquelles ont été mises en connexion par l’entreprise Yesitis, basée à Clermont-Ferrand. L’aire sportive, située esplanade Stefano Casiraghi, devant le fort Antoine, est divisée en deux. D’un côté, un espace Parkour, en référence au sport urbain, dont les amateurs utilisent habituellement le mobilier de ville comme parcours d’obstacle. Quelques agrès ont été disposés pour permettre cette pratique sportive. De l’autre côté, la partie connectée avec 18 agrès équipés de capteurs. Avec l’application Monamove, il est possible de visionner des tutoriels pour comprendre le fonctionnement de chaque installation. Mais aussi de se jauger grâce à l’établissement de données en temps réel. Un réel plus par rapport aux agrès ordinaires ? « C’est toujours intéressant de voir sa progression par rapport à une ambition personnelle », estime l’ancien troisième ligne français. 

Coût de l’opération inconnue

Ce type de station, dite « phygitale », a-t-elle vocation à se développer ? « Oui, on a l’ambition de se développer un peu partout dans le monde. Mais, très personnellement, ce qui est important pour moi, c’est l’outil préfabriqué. Après, je sais que pour les villes, les pays, les entreprises, il y a des attentes différentes en termes de captation et de données. Mais moi ce qui me plaît, c’est de voir des gens qui viennent pratiquer, interagir, se dépasser, partager des moments de convivialité, créer du lien intergénérationnel, c’est ce que le sport peut apporter de plus beau, donc c’est vraiment ce que je recherche », tempère l’ex-rugbyman, formé à Bourgoin. « Ces deux nouveaux espaces accessibles et gratuits illustrent bien le développement du sport pour tous dans la ville et participent à l’amélioration de la qualité de vie », a estimé pour sa part Marie-Pierre Gramaglia. A noter qu’il est possible d’utiliser les installations sans télécharger l’application Monamove. Enfin, côté finances, le gouvernement n’a pas souhaité communiquer le coût de l’installation, afin de ne pas compromettre de futurs partenariats, a-t-il avancé. Il semblerait également qu’aucun appel d’offres n’ait été réalisé. L’entreprise de Sébastien Chabal, et son aura d’ancien grand sportif, ont rempli les critères recherchés par le gouvernement pour Monamove. Par ailleurs, une deuxième station du même type devrait voir le jour à Fontvieille, en décembre 2019.