lundi 6 décembre 2021
AccueilEconomieMonaco TelecomTensions en interne

Monaco Telecom
Tensions en interne

Publié le

Le syndicat des télécoms et les délégués du personnel de Monaco Telecom ne sont plus sur la même longueur d’onde. En cause, le plan de départs volontaires et des inquiétudes sur l’avenir de cette entreprise et sur son management.

 

C’est par l’intermédiaire d’une « lettre ouverte » envoyée à la presse le 4 février que le syndicat des télécoms a manifesté son mécontentement à propos du plan portant sur 58 départs volontaires lancé le 23 octobre par Monaco Telecom. Et le bilan dressé par ce syndicat est très critique : « Contrairement à ce que la direction générale et la direction des ressources humaines (DRH) disent, la majorité des « partants » sont bien partis car ils ne croyaient plus en l’entreprise et en leurs dirigeants, ni en un projet industriel qui reste toujours flou. »

 

« Enjeux »

En interne, l’inquiétude serait toujours forte, estime le syndicat des télécoms. Beaucoup de salariés redouteraient d’autres licenciements. Même si en 2012-2013, Monaco Telecom a réalisé un chiffre d’affaires de 194,6 millions d’euros, pour un résultat net de 32,5 millions avec 281 salariés. Contacté par Monaco Hebdo, le directeur général de Monaco Telecom, Martin Péronnet, souhaite calmer les esprits : « Comme annoncé aux salariés, ce plan ne sera pas suivi d’un nouveau plan de départ. Par ailleurs, de nouveaux collaborateurs rejoignent l’entreprise pour nous renforcer dans des expertises clés. » Quant aux CDD, aux intérimaires et aux prestataires, Martin Péronnet indique que « la priorité de l’entreprise est de favoriser en premier lieu la mobilité interne pour faire face à ses nouveaux enjeux. Les postes disponibles sont ensuite ouverts en externe et transmis au service de l’emploi. Avec évidemment la possibilité pour les CDD, les intérimaires et les prestataires de postuler. »

 

« Interrogations »

Quant au « flou » sur le projet industriel dénoncé par le syndicat des télécoms, le directeur général de Monaco Telecom indique qu’il communique : « Au cours du plan, j’ai tenu à réunir toute l’entreprise, par groupes de 10 à 30 salariés dans des séances d’échange de deux heures pour présenter précisément nos enjeux et notre projet. Et discuter librement sur tous les sujets, afin justement de dissiper les potentielles interrogations de chacun. » Tout en expliquant avoir fait un « premier point d’avancement très encourageant » sur tous les projets menés par Monaco Telecom à l’occasion des vœux le 30 janvier.

 

« Langue de bois »

Mais pas sûr que cela suffise à convaincre le syndicat des télécoms : « Que la direction cesse d’essayer de vendre l’entreprise Monaco Telecom aux salariés de celle-ci et aux « politiques » de Monaco avec des communiqués « langue de bois » et des explications irréalistes et décalées. » Tout en évoquant des « tensions » et des « réticences internes », qui ralentiraient la mise en place d’une organisation « transparente, simplifiant toutes ces strates hiérarchiques qui nuisent au bon fonctionnement de l’entreprise et induisent un management déplorable. » Martin Péronnet nie l’existence de freins en interne qui ralentiraient la simplification de l’organisation de son entreprise : « L’évolution de l’organisation est accélérée suite au plan de départ volontaire et se concrétise au fur et à mesure de l’échelonnement des départs. »

 

Division

Une certitude, en interne, les salariés semblent divisés. Car quelques jours après avoir reçu la « lettre ouverte » du syndicat des télécoms, Monaco Hebdo a été contacté par les représentants du personnel de Monaco Telecom. Objectif : se désolidariser de la communication du syndicat des télécoms : « Les propos tenus par le syndicat des télécoms n’engagent que lui-même et ses membres. Leurs positions ne recueillent aucunement l’adhésion des délégués élus par les salariés. » Tout en indiquant souhaiter que le « dialogue social » entre la direction générale, le syndicat des télécoms et leurs collèges « perdure. »

 @RaphBrun

 

Publié le

Monaco Hebdo