jeudi 20 janvier 2022
AccueilEconomieIls déroulent le « tapis rouge »aux grosses fortunes

Ils déroulent le « tapis rouge »
aux grosses fortunes

Publié le

Ils sont chaque année de plus en plus nombreux… Le Monaco private label (MPL) ne cesse d’étendre sa toile et compte désormais 1 500 membres originaires de 44 pays. Ce concept lancé en 1999 par la direction du tourisme et des congrès (DTC) consiste à accorder tout un tas de de privilèges à une clientèle très aisée. Parmi ces privilèges figurent, par exemple, la dégustation de grands crus dans les caves de l’hôtel de Paris, la privatisation de boutiques de luxe, des dîners dans des restaurants étoilés de la Principauté, ou encore un accès privilégié dans les loges de la salle Garnier lors de grands opéras. Depuis le début, ce service de conciergerie ultra-luxueux et personnalisé est chapeauté par un homme : Michel Bouquier. « Nos membres sont généralement des entrepreneurs actifs avec lesquels nous établissons une relation de confiance sur le long terme, en leur offrant des services exclusifs, des privilèges et des avantages. Nous leur déroulons le tapis rouge quand ils viennent à Monaco, que ce soit pour le loisir ou pour les affaires, explique-t-il. Petit à petit, au fil des mois et des années, cette relation de confiance aboutit à une découverte en profondeur de la Principauté. Avec parfois, le déclenchement d’une volonté de s’installer à Monaco. » Histoire de chouchouter cette clientèle huppée et ces potentiels futurs résidents, le MPL a organisé pour la cinquième année consécutive un sommet annuel. Fin mars, pendant trois jours, 200 porteurs de cette prestigieuse carte issus de 25 pays ont été conviés à Monaco. Objectif : « Approfondir leur connaissance de la réalité monégasque. » Pendant ce mini-séjour, les membres du MLP ont participé à un dîner aux côtés du ministre d’Etat, Serge Telle, et de Jean Castellini, conseiller-ministre pour l’économie et les finances. Un deuxième dîner a été organisé en présence du Prince Albert. À cette occasion, le MPL a remis un chèque de 200 000 euros à la fondation Albert II.

Publié le

Monaco Hebdo