samedi 22 janvier 2022
AccueilEconomieSale temps pour l’industrie manufacturière

Sale temps pour l’industrie manufacturière

Publié le

Depuis 2011, l’industrie manufacturière à Monaco est en plein déclin. La dernière étude de l’Imsee confirme la tendance.

L’industrie à Monaco a encore et toujours du plomb dans l’aile… Selon une enquête récemment publiée par l’Institut monégasque de la statistique et des études économiques (Imsee), le déclin de ce secteur d’activité — qui regroupe 169 entreprises et près de 2 900 employés — ne cesse de s’aggraver. Aussi bien au niveau du nombre de salariés, que du chiffre d’affaires réalisé. Pour mener cette étude, l’équipe de l’Imsee a distingué deux types d’industries. Les manufacturières (1) d’abord — comme Mecaplast, Bettina ou encore Lancaster — qui sont au nombre de 154 sur le territoire monégasque. Et les industries dites “extractives” (2), beaucoup moins nombreuses — 15 établissements seulement — comme la Société monégasque d’électricité et de gaz (SMEG), la SBM offshore, ou encore la Société monégasque d’assainissement (SMA). Une distinction, qui à la lecture de l’étude, est essentielle, puisque si la première catégorie subit un déclin majeur depuis 2011, la deuxième, en revanche, tire un peu plus son épingle du jeu. Dans le détail, on apprend ainsi qu’en 2011, l’industrie employait au total 3 423 salariés, contre 2 872 en 2015. Soit une perte de 551 salariés en 5 ans. Plus frappant : en une année seulement, entre 2014 et 2015, le secteur comptait 302 employés en moins. « Cette baisse affecte essentiellement le secteur manufacturier avec 297 salariés dans cette section », note l’Imsee.

Récession

Autre chiffre éloquent : en 2015, le chiffre d’affaires de l’industrie dans sa globalité est passé sous la barre des 1 milliard d’euros. 964,4 millions d’euros précisément, soit une baisse de 6,7 %. « Il s’agit du plus bas niveau depuis 2006 », précise l’Imsee. Là encore, si l’on distingue les deux catégories d’industries, l’étude montre que c’est la production manufacturière qui souffre le plus. Pour l’Imsee, cette catégorie d’industrie est même clairement « en récession ». Son CA a en effet chuté de 27 % en 3 ans. « L’industrie manufacturière réalise un chiffre d’affaires de 820 millions d’euros en 2015. Soit une baisse de 8,2 %. En 2014, cette baisse a été plus conséquente : -11 % », précise l’Imsee. La baisse de chiffre d’affaires la plus forte concerne l’industrie chimique. Ce secteur est en effet en recul de 4,4 % en moyenne par an, et ce, depuis 2006. L’industrie pharmaceutique et la fabrication, l’installation et la réparation de machines et d’équipements ont également connu des baisses vertigineuses. En 2015, les chiffres d’affaires sont très largement inférieurs à ceux qu’ils affichaient en 2006.

industrie-evolution-du-nombres-de-salaries-imsee industrie-evolution-des-chiffres-daffaires-imsee

+130 %

Dans ce déluge de chiffres alarmistes, certains parviennent tout de même à tirer leur épingle du jeu. Parmi les industries manufacturières, la fabrication d’articles de joaillerie et de bijouterie se démarque par sa progression. « Le chiffre d’affaires a en effet connu une croissance de + 130 % depuis 2006 », note l’Imsee. Quant au chiffre d’affaires de « la section services de soutien aux industries extractives, énergie, eau, déchets et dépollution », il enregistre une croissance de 42,1 % en 10 ans.

(1) L’industrie manufacturière regroupe la fabrication de produits en caoutchouc et en plastique, l’industrie chimique, l’industrie pharmaceutique, l’industrie du papier et du carton l’industrie automobile ou encore la fabrication de meubles
(2) L’industrie extractive englobe la production, la distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné, le captage, le traitement et la distribution d’eau, la collecte et le traitement des eaux usées ou des déchets, la pêche et l’aquaculture, ou encore la sylviculture et l’exploitation forestière.

 

INDUSTRIES : LES CHIFFRES CLÉS

• Les établissements de l’industrie ont une durée de vie de 26,5 ans en moyenne
• L’industrie monégasque est le 10ème contributeur
au PIB parmi 12 grands secteurs d’activité.
• Le secteur industriel est le 7ème employeur de la Principauté.
• L’âge moyen des salariés du secteur industriel est de 43,7 ans contre 40,9 dans l’ensemble des salariés de la Principauté.
• 73 % des salariés — soit 2 097 — qui travaillent dans l’industrie sont de nationalité française. 17,8 % sont de nationalité italienne. 44 salariés sont de nationalité monégasque
• 72 % des salariés du secteur résident dans les Alpes-Maritimes dont 58,4 % hors communes limitrophes. 217 employés de ce secteur résident à Monaco.

Publié le

Monaco Hebdo