dimanche 19 septembre 2021
AccueilEconomieJeux en ligne : ouverture à la concurrence du marché français

Jeux en ligne : ouverture à la concurrence du marché français

Publié le

Aimé Jacquet
© Photo BetClic.

Depuis mardi 8 juin, les Français peuvent jouer et faire des paris sur Internet. Car le marché des paris sportifs est ouvert à la concurrence. Et le poker le sera d’ici la fin du mois. Au total, 11 opérateurs ont reçu l’agrément de l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel, voir Monaco Hebdo n° 701). Présidée par l’ancien directeur de cabinet de Jean-François Lamour au ministère des sports (2002-2006), Jean-François Vilotte, l’Arjel a, pour le moment, accordé une licence à 11 opérateurs, dont BetClic.fr et Everest Poker. Spécialisés dans les paris sportifs et le poker, ces sites sont co-détenus par le chef d’entreprise Stéphane Courbit et par la Société des bains de mer (SBM). Les 9 autres opérateurs sont BeTurf.fr, Bwin.fr, ParionsWeb.fr, France-Pari.fr, ChiliPari.fr, PMU.fr, Sajoo.fr, Eurosportbet.fr et Winamax. « Les jeux en ligne sont à même de devenir un secteur d’activités à part entière de l’économie française. Notre groupe a l’ambition de rester dans le peloton de tête des grands groupes européens », souligne la vice-présidente de Mangas Gaming, Isabelle Parize, dans un communiqué officiel. Avant d’expliquer que l’objectif, c’est de s’« imposer sur ce marché. Mais les conditions économiques qui nous sont imposées sont à ce stade extrêmement lourdes et pénalisantes pour les opérateurs nouvellement agréés. Et on attend la révision des conditions de ce marché prévue par la loi dans 18 mois. » En clair, BetClic dénonce une fiscalité jugée trop lourde. Une fiscalité fixée à 7,5 % des mises sur les paris sportifs et hippiques. Contre 1,5 % en Grande-Bretagne ou 1 % à Malte. Du coup, la rentabilité devrait demander au moins 2 à 3 ans. En tout cas, 35 demandes d’agréments ont été déposées : 14 pour les paris sportifs. Ce qui permettra de parier notamment sur la Coupe du monde de foot qui démarre le 11 juin pour se terminer le 11 juillet. Et 16 pour le poker qui ne sera ouvert à la concurrence que fin juin. Enfin 5 licences concernent les courses hippiques. Le prix de ces autorisations : 20 000 euros pour 5 ans. Une mise de départ ridicule par rapport aux retombées de ce nouveau marché. Car certains experts estiment que ce marché pourrait générer environ 500 millions d’euros en produits net de jeux, uniquement sur la première année d’exploitation. Mais les mises pourraient assez vite atteindre 2 milliards. Du coup, ces nouveaux acteurs vont devoir médiatiser leur image. Selon NPA Conseil, c’est environ 150 millions que vont dépenser ces opérateurs sur les 6 mois à venir. BetClic est déjà très agressif. D’ailleurs, après Marcel Desailly, Deco, ou Arrigo Sacchi, c’est Aimé Jacquet, le sélectionneur qui a conduit l’équipe de France de foot à la victoire au Mondial 1998, qui est devenu ambassadeur pour BetClic. En France, l’an dernier, les joueurs ont dépensé 21,6 milliards d’euros.

Publié le

Monaco Hebdo