mardi 19 octobre 2021
AccueilEconomieInce&Co, un symbole de l'attractivité

Ince&Co, un symbole de l’attractivité

Publié le

Ince&Co
© Photo Ince&Co

La firme britannique Ince&Co, l’un des conseils juridiques les plus renommés dans le domaine maritime international, a ouvert une agence en Principauté, l’été dernier. Elle a pu s’installer grâce à la nouvelle politique du gouvernement.

L’attractivité avant tout. Après le lancement en mars 2011 du Monaco Business Office pour favoriser la création d’entreprise en Principauté, le message envoyé par le gouvernement monégasque aux entrepreneurs étrangers commence à porter ses fruits. C’est ainsi au Gildo Pastor Center à Fontvieille que Ince&Co a jeté l’ancre en août 2011. La société, reconnue sur le plan international et notamment spécialisée dans le droit maritime, pesait en 2010, 86,2 millions de livres soit 103 millions d’euros. Ince&Co a démarré avec un duo composé de Ian Cranston, le chef du bureau monégasque, et de Ruth Monahan. Après trois ans d’attente. « L’implantation d’un bureau à Monaco était prévue de longue date. L’opération a pu se faire au moment où le nouveau conseiller de gouvernement pour les Finances, Marco Piccinini, est arrivé. En mars, nous avons eu le feu vert et donc nous nous sommes installés en août », explique Ian Cranston. « C’est un privilège d’ouvrir une agence à Monaco car c’est une zone qui constitue un grand centre maritime et c’est toujours bien et excitant d’en faire partie. C’est une place comparable à Singapour ou Hong Kong », poursuit-il.

« Attirer d’autres grosses compagnies du shipping »
L’entreprise a été accueillie à bras ouverts par la Chambre monégasque du shipping présidée par Manolo Veladini. Près de 80 % des compagnies qui y sont inscrites traitent avec Ince&Co. Parmi elles figure entre autres la Single Buoy Moorings (SBM Offshore). « Le but recherché en s’implantant à Monaco, était de rendre un meilleur service à nos clients présents ici, avec qui nous travaillons depuis plusieurs années », indique Ian Cranston. « Nous espérons contribuer à attirer d’autres grosses compagnies du shipping à Monaco qui généreront une bonne source de revenus pour l’Etat », ajoute le patron de Ince&Co en Principauté. L’entreprise n’entend cependant pas marcher sur les plate-bandes des avocats du barreau local, dont les conseils juridiques se sont attirés les foudres. « Nous ne pouvons pas faire de droit sur la loi monégasque. Notre travail consiste à conseiller les sociétés de shipping, énergie et offshore sur la loi anglaise dans le domaine », précise Ian Cranston.

Extension en 2012
En 2012, le bureau de Ince&Co à Monaco devrait s’étendre. En six mois de présence, les premiers résultats sont très satisfaisants pour la boîte. « Nous sommes beaucoup plus occupés que nous ne le pensions, ce qui est une très bonne chose », affirme Ian Cranston. L’entreprise pourrait ainsi décider de renforcer ses effectifs. « C’est la dixième enseigne de la firme Ince&Co. Nous allons développer notre business ici. Nous commençons toujours avec une petite équipe. A Paris, par exemple, le bureau a commencé avec deux personnes. Aujourd’hui, il en emploie une trentaine », rappelle encore le chef du bureau monégasque.

Publié le

Monaco Hebdo