dimanche 19 septembre 2021
AccueilEconomie2020 : une année « tristement exceptionnelle » pour l’Imsee

2020 : une année « tristement exceptionnelle » pour l’Imsee

Publié le

«L’année 2020 restera une année tristement exceptionnelle », a indiqué l’Institut monégasque de la statistique et des études économiques (Imsee) dans un communiqué du gouvernement publié le 22 mars 2021. Sa directrice, Sophie Vincent, accompagnée par les conseillers-ministres des finances et de l’économie, Jean Castellini, et des affaires sociales et de la santé, Didier Gamerdinger, a dévoilé les chiffres de l’économie monégasque pour le quatrième trimestre 2020 le 22 mars 2021, lors d’une conférence de presse. Fin décembre 2020, le chiffre d’affaires de la principauté, hors activités financières et d’assurance, était de 13,81 milliards d’euros, soit son niveau de 2017. « Le chiffre d’affaires recule de 1,18 milliard d’euros (-7,8 %). Les baisses dans l’hébergement et la restauration (-48,1 %) et les autres activités de service (-40,9 %) sont les plus notables. En valeur, c’est le commerce de gros qui affiche le plus important déficit (- 579 millions d’euros) », indique ce communiqué. Le taux d’occupation hôtelier était de 28,5 % en 2020, contre 65,9 % en 2019. Avec une seule escale et 1 105 passagers en janvier 2020, les croisières ont enregistré une dégringolade historique de 99,4 %. Avec 55 321 postes, « l’emploi du secteur privé fait apparaître en décembre 2020 une baisse de 2,7 % par rapport à décembre 2019. En cumul, le nombre d’heures travaillées est inférieur de 14 millions à celui de l’an dernier : 80 millions d’heures travaillées en 2020, contre 94 millions en 2019 », souligne l’Imsee. Dans l’immobilier, le nombre de ventes d’appartements neufs a été divisé par deux par rapport de 2019, passant de 33 à 16. La revente d’appartements est passée de 429 en 2019, à 395 en 2020. « Avec 34 transactions de moins qu’en 2019, le marché des reventes immobilières résiste mieux (-7,9 %). En valeur, il diminue plus nettement (-21,1 %). Cela est principalement dû à la forte baisse des transactions portant sur des immeubles ou villas », estime l’Imsee.

Publié le

Monaco Hebdo