jeudi 9 décembre 2021
AccueilEconomieHôtel de Paris :le grand chantier

Hôtel de Paris :
le grand chantier

Publié le

Projet Hôtel de Paris
Le projet prévoit la création d’une cour-jardin au milieu de l’établissement, bordée de boutiques de luxe. Une cour visible dès le hall d’entrée de l’Hôtel de Paris. © Photo SBM.

Le célèbre hôtel situé sur la place du Casino va subir des travaux d’envergure pendant 4 ans. Un chantier qui débutera en janvier 2014, en même temps que la démolition du Sporting d’hiver. Coût de l’opération?: 250 millions d’euros.

Que les amoureux de l’architecture Belle Epoque (et les inconsolables de la destruction du Sporting d’hiver) se rassurent. L’âme de l’Hôtel de Paris restera intacte. Le grand lifting que va subir pendant 4 ans — de janvier 2014 à fin 2017 — l’établissement mythique de la SBM n’impactera ni les façades historiques, ni les emblèmes qui ont fait sa renommée. « Les façades qui donnent sur la Place du Casino et sur l’avenue des Beaux-arts, ne seront pas touchées. Les lieux de légende, tels que le hall d’entrée, la cave, le Bar Américain, la Salle Empire, le Louis XV et le Grill, seront également maintenus », a insisté Jean-Luc Biamonti, président du conseil d’administration de la SBM, le 4 octobre lors d’une conférence de presse. Car c’est essentiellement au niveau des chambres que la grande rénovation orchestrée par un duo d’architectes — le Monégasque Gabriel Viora et Richard Martinet (1) — va s’opérer (voir encadré). Une rénovation que l’Etat-major du groupe considère désormais comme indispensable. « Dans certains endroits, l’Hôtel de Paris n’est plus du tout aux normes. Il y a des problèmes de fond que nous n’arrivons plus à résoudre par le rafistolage. Cela devient même non-économique », a insisté Biamonti.

« Chambres invendables »
Une cure de jouvence également inévitable selon la direction car les attentes de la clientèle et les standards du luxe ont beaucoup évolué ces dernières années. « Les clients souhaitent aujourd’hui des chambres plus spacieuses. Or 85 % de nos unités sont en-dessous de 60 m2. Beaucoup de nos chambres mesurent encore entre 20 et 25 m2. Je peux vous dire qu’aujourd’hui, c’est invendable. Sauf durant la semaine du Grand prix. A titre de comparaison, la taille moyenne d’une chambre au Monte-Carlo Bay est de 38 m2 », continue le président du conseil d’administration. Et si l’Hôtel de Paris compte autant de petites unités, ce n’est pas un hasard. Car au moment où l’établissement a été construit, ces petites chambres étaient en réalité destinées aux domestiques qui accompagnaient à l’époque les clients. « Nous avons tenté le plus possible de faire tomber les cloisons pour recréer des grandes chambres à partir de ces petites unités. Mais là, on est au bout du bout du rafistolage. On ne peut plus améliorer le bâtiment sans toucher à la structure », assure encore Biamonti.
Autre souhait de la SBM?: s’aligner sur les concurrents directs. Car ces 5 dernières années, les plus grands palaces internationaux de centre-ville ont subi à leur tour un grand lifting. Entre autres?: The Savoy à Londres, le Peninsula avenue Kléber à Paris, ou encore le célèbre Ritz, actuellement fermé pour rénovation.

« On va souffrir »
Etait-ce pour autant le bon moment pour la SBM d’engager ce projet d’envergure alors que le groupe a enregistré au dernier exercice des pertes records?? D’autant que les sommes engagées sont abyssales?: 250 millions d’euros, rien que pour l’Hôtel de Paris. Ce qui porte l’ardoise totale — si l’on compte la reconstruction du Sporting d’hiver — à la coquette somme de 600 millions d’euros. « Il n’y a pas de bon ou mauvais moment pour commencer. Plus vite on l’amorce, plus vite le projet sera rentable pour la SBM. Il se trouve, il est vrai, que nous n’avons pas les ressources propres aujourd’hui pour financer cette rénovation sans endettement bancaire. Mais l’équilibre financier de ce projet est très bien assuré, insiste Biamonti. C’est une charge importante. Mais nous pensons que ces deux projets valent la peine d’être entrepris car nous aurons un retour sur investissement très intéressant. » Pas d’angélisme non plus du côté de Jean-Louis Masurel?: « Il est vrai que nous allons souffrir pendant ces 3 ou 4 ans », concède l’administrateur délégué. Quant à l’impact sur les emplois, la direction assure qu’il ne serait pas encore déterminé.

Le hall d'entrée
Le hall d’entrée, la Salle Empire ou encore le Louis XV resteront intacts. © Photo SBM.

Fermeture de l’hôtel??
Reste maintenant à savoir si, pendant les travaux, l’hôtel sera totalement ou partiellement fermé à la clientèle?? « Notre intention est de laisser au moins une partie de l’établissement tout le temps ouverte. Mais il se pourrait aussi, que l’on soit contraint de fermer quelques mois l’intégralité du bâtiment. On fera tout pour l’éviter. Car pour les joueurs du casino, ce serait ennuyeux, souffle Biamonti. Dans tous les cas, on encouragera le plus possible notre clientèle de l’Hôtel de Paris à se rendre à l’Hermitage ou au Monte-Carlo Bay. » Selon la direction, pendant au moins une année, les 2/3 de la capacité de l’hôtel seront perdus. Et pendant 2 ans, 1/3 ou la moitié des chambres seront inexploitables.

Regroupement des nuisances
Quant aux travaux, la SBM a fait le choix de les démarrer concomitamment à la démolition du Sporting d’hiver, dès janvier 2014. Objectif?: concentrer toutes les nuisances sur un même laps de temps et créer des synergies entre les deux chantiers. « Mieux vaut avoir beaucoup de nuisances en même temps sur 3 ans, qu’un peu moins de nuisances étalées sur 10 ans. Sinon, on va finir par avoir l’image d’une Place du Casino en chantier permanent, explique Biamonti. L’autre avantage est que l’avenue des Beaux-arts ne sera fermée que 3 ans. Au lieu de deux fois 3 ans. » En revanche, pour préserver un minimum la quiétude du quartier pendant la haute saison touristique, les travaux seront stoppés en juillet et en août. Et, bien sûr, durant la semaine du Grand Prix.

(1) Richard Martinet, ingénieur des Ponts et Chaussées, a réalisé de très nombreux hôtels 5 étoiles.

Ce qui va changer
Parmi les grandes révolutions que va subir en interne l’Hôtel de Paris figure la création au milieu du building d’une cour intérieure (voir photo). Plusieurs surfaces commerciales de luxe y seront également installées. Essentiellement de joaillerie, bijouterie et montres. Une sorte de « petite Place Vendôme », assure Jean-Luc Biamonti. « Il était également indispensable que l’Hôtel de Paris dispose de son propre spa avec piscine, d’un petit fitness d’appoint et d’une gamme de soins au sein même de l’établissement », continue le président du conseil d’administration. Les chambres, elles aussi, vont être totalement réhabilitées et mesureront de 40 à 60 m2. Au final, l’établissement comptera au total 40 % de suites, dont une qui sera située sur la toiture avec jardin et piscine privée. La SBM a également prévu la création d’une seule grande cuisine — au lieu de 3 actuellement — pour l’ensemble des restaurants et du room service. Côté place du Casino, le clocheton situé sur la partie droite de l’établissement sera finalisé.

Publié le

Monaco Hebdo