mardi 28 septembre 2021
AccueilEconomieCôte d’Azur :11 millions de séjours en 2018

Côte d’Azur :
11 millions de séjours en 2018

Publié le

Le comité régional du tourisme (CRT) Côte d’Azur France vient de rendre public certains chiffres clés de cette économie pour le département des Alpes-Maritimes. Premier constat : l’économie liée au tourisme représente 15 % du produit intérieur brut (PIB) de la Côte d’Azur et est générateur de 75 000 emplois directs. « Nous devons continuer d’être ensemble prospectifs et créatifs autour de la marque Côte d’Azur France pour séduire nos clientèles et toujours conquérir de nouveaux marchés », a indiqué David Lisnard, président du CRT. En 2018, on comptabilise 11 millions de séjours. La clientèle étrangère représente, à elle seule, 54 % de ces séjours. Cela comprend notamment 100 000 séjours non européens supplémentaires par rapport à l’an passé grâce à une poussée nette des visiteurs américains. Un marché qui atteint le deuxième rang des clientèles internationales après la Grande-Bretagne-Irlande, mais avant les Italiens, les Allemands et les Scandinaves. Après des années de baisse, la Côte d’Azur assiste à un retour en force des Japonais. Les nuitées de ce marché ont en effet bondi de 30 % en 2018. A l’inverse, les marchés russes et chinois restent relativement stables, quand le marché scandinave accuse une baisse de 10 %. Dernier fait révélateur sur le marché de l’hôtellerie de luxe : la part de marché des 4 et 5 étoiles de la Côte d’Azur, en dehors de Monaco, gagne 1,5 point, atteignant ainsi 48 % en 2018, quand elle se limitait à 30 % en 2009. Enfin, les chiffres de taux d’occupation des hôtels et résidence, cette fois incluant Monaco, sont également en progression atteignant leur meilleur niveau depuis 2008, et s’établissant à 63 % sur l’année. Au niveau politique, Éric Ciotti, député et président Les Républicains (LR) de la commission des finances du département des Alpes-Maritimes, appelle à « adapter en permanence l’offre aux modes de consommation nouvelles ». Ciotti espère tirer aussi bénéfice de la candidature « de notre territoire au patrimoine mondial de l’humanité examiné cet été par l’Unesco » pour renforcer l’attractivité de la Côte d’Azur.

Publié le

Monaco Hebdo