jeudi 15 avril 2021
Accueil Economie Baptême en grande pompe pour Monaco One

Baptême en grande pompe
pour Monaco One

Publié le

La navette maritime destinée aux clients des ports de Monaco et de Cala del Forte a été baptisée, lundi 8 mars 2021, en présence du prince Albert II et d’un parterre de personnalités de la principauté.

Elle devrait opérer ses premières liaisons dans les prochaines semaines, pour être complètement opérationnelle à l’occasion du prochain Grand Prix, au mois de mai 2021.

Avec ses 12 mètres de long et 7,45 mètres de large, la navette maritime Monaco One d’un poids de 6,2 tonnes est capable d’atteindre une vitesse de 45 nœuds (80-85 km/h). Cette vitesse, rendue possible par une portance aérodynamique, lui permet de relier les ports de Monaco à Cala del Forte — distants d’environ huit miles nautiques — en à peine dix minutes. Qui plus est avec une consommation de carburant relativement faible.

Un bateau respectueux de l’environnement

Car « ce vaisseau du futur sorti tout droit d’un film de science-fiction », comme s’amuse à le décrire le président de la société d’exploitation des ports de Monaco Aleco Keusseoglou, consomme moitié moins de carburant qu’un bateau conventionnel. Un argument qui a fait mouche auprès de la direction portuaire monégasque, à la recherche d’un moyen de transport le plus respectueux possible de l’environnement. « Ce bateau est la meilleure réponse, concrète et pragmatique, aux exigences conjointes de vitesse, de fiabilité, et de respect de l’environnement », se félicite Aleco Keusseoglou qui n’exclut pas d’adopter, à l’avenir, une solution encore plus écologique. « Nous restons en contact étroit avec l’entreprise A2V [concepteur de Monaco One — NDLR] qui travaille sur un bateau à propulsion hybride, qui pourra, dans quelques années, assurer le même type de prestations, avec encore moins de consommation de carburant. » En attendant, la Société Monégasque Internationale Portuaire (Smip) a fait l’acquisition de ce catamaran futuriste pour un million d’euros. Une alternative plus responsable que les hélicoptères, initialement envisagés pour assurer les liaisons. D’autant plus que Monaco One sera prochainement équipée d’un système de repérage des baleines et des dauphins qui lui permettra de « contribuer à la protection des mammifères marins », précise Aleco Keusseoglou.

Un « trait d’union » entre Monaco et l’Italie

Venu assisté au baptême de la navette en compagnie d’autres membres de la famille princière, dont Camille Gottlieb désignée marraine du catamaran (lire par ailleurs), le prince Albert II a eu l’occasion de monter à bord et d’effectuer une petite sortie en mer pour se rendre compte de la puissance du vaisseau. « C’est un symbole fort du lien entre la principauté et l’Italie, et ça contribuera aussi à cette mutualisation de moyen d’accueil pour les plaisanciers », a commenté le souverain à son retour sur terre. Même son de cloche du côté d’Aleco Keusseoglou, qui voit en Monaco One « plus qu’un moyen de transport, [mais] un véritable trait d’union pour nos clients entre les ports de Monaco et celui de Vintimille, renforçant ainsi le sentiment d’appartenance de ce port en qualité de troisième port de la principauté ». Mise à disposition exclusivement, et à titre gracieux, aux plaisanciers des trois ports, Monaco One, qui peut accueillir jusqu’à 12 passagers, effectuera ses premières liaisons dans les prochaines semaines pour être complètement opérationnelle lors du prochain Grand Prix, du 20 au 23 mai 2021. Peut-elle, à terme, être ouverte au grand public comme le souhaitent de nombreux internautes sur les réseaux sociaux ? « Si cette navette rencontre un certain succès, il y aura, je pense, à l’avenir, un autre bateau qui complètera cette liaison pour les visiteurs qui souhaitent aller à Vintimille », envisage le prince Albert, sous le charme de Monaco One. Alors qu’une navette maritime entre Nice et Cap-d’Ail devrait être expérimentée dans le courant de l’année 2021, Monaco pourrait donc aussi, à l’avenir, adopter un dispositif similaire avec l’Italie, renforçant ainsi, un peu plus encore, sa transition vers une mobilité plus douce.

Publié le

Les plus lus

Sophie Vincent : « Nous allons continuer d’analyser régulièrement l’impact du Covid-19 »

Les conséquences de la pandémie de Covid-19 à Monaco analysées, chiffres à l’appui. C’est l’étude que vient de publier l’Institut monégasque de la statistique et des études économiques (Imsee).
Monaco Hebdo