dimanche 24 octobre 2021
AccueilEconomieApplication Carlo : « On a fait un pas vers l’autre »

Application Carlo :
« On a fait un pas vers l’autre »

Publié le

Au vu du déficit présenté par le budget de l’État, fallait-il maintenir une prime pour les fonctionnaires ? Même si cette prime était conditionnée à un excédent du budget de l’État, il a été décidé de la maintenir, mais sous une forme nouvelle. Pour faire d’une pierre deux coups et soutenir la consommation en principauté, le gouvernement a proposé d’offrir un bon d’achat utilisable via l’application Carlo. « Le problème, c’est que lorsque cette proposition a été faite, peu de commerces de Monaco adhéraient à cette application. De plus, un certain nombre de fonctionnaires et de retraités de la fonction publique nous ont fait savoir qu’ils n’ont pas une bonne maîtrise du numérique et que, donc, ils regrettaient de ne pas pouvoir se déplacer dans les commerces, a raconté le président du Stéphane Valeri. On a fait un pas vers l’autre, et aujourd’hui, on est arrivé à une situation globalement satisfaisante, avec davantage de commerces adhérents à Carlo, donc quelques « locomotives » importantes. » En janvier 2020, soit 6 mois après son lancement par l’enfant du pays Antoine Bahri et son équipe, Carlo comptait 1 500 utilisateurs et 41 commerces. Pour pousser à la consommation, le système est simple : à chaque achat d’un bien ou d’un service, le client récupère 5 % du prix payé. Donc un achat à 100 euros, vous permet de récupérer 5 euros qu’il est ensuite possible de dépenser dans n’importe quel autre commerce partenaire de Carlo. Onze mois après, plus d’une centaine de commerces ont rejoint l’application d’Antoine Bahri. Du coup, le ministre d’État, Pierre Dartout, a affirmé que Carlo était « un succès », puisque cette application regroupe désormais 146 commerces avec des « marques importantes » et « attractives ». Pour rendre ce service accessible à tous, le gouvernement a aussi mis en place un support classique sous une forme « papier » et une assistance téléphonique pour guider les utilisateurs. Résultat, Carlo n’est plus un sujet de tensions entre gouvernement et Conseil national. « Un million d’euros a d’ores et déjà été dépensé dans cette action », a ajouté Pierre Dartout.

Publié le

Monaco Hebdo