mardi 22 juin 2021
Accueil Economie Covid-19 : près de 80 millions de déficit pour la SBM

Covid-19 : près de 80 millions de déficit pour la SBM

Publié le

Sans surprise, la Société des bains de mer a annoncé des résultats 2020-2021 dans le rouge, avec un déficit qui frôle les 80 millions d’euros, et un chiffre d’affaires qui a dévissé de presque 283 millions d’euros par rapport à 2019-2020.

Et, Covid-19 oblige, le manque de visibilité ne permet pas d’être serein pour les mois à venir.

Il fallait s’y attendre. L’année sous Covid qu’a vécue la Société des bains de mer (SBM) a lourdement impacté les comptes de cette entreprise, qui emploie environ 4 000 salariés. L’exercice qui couvre la période 1er avril 2020-31 mars 2021 est donc une nouvelle fois plongé dans le rouge [lire par ailleurs notre tableau Neuf ans de chiffre d’affaires et de résultats nets — NDLR]. Le résultat opérationnel de la SBM est négatif à -103,3 millions d’euros, contre un bénéfice de 22,6 millions d’euros lors de l’exercice précédent. Les bons résultats enregistrés par le secteur des jeux en ligne, avec BetClic Everest Group, ont toutefois permis de ramener le résultat net consolidé à -79,1 millions d’euros. La pandémie de Covid-19 aura donc eu ce seul effet positif pour la SBM : pousser les gens à jouer et à parier depuis chez eux, sur leur smartphone, leur tablette ou leur ordinateur.

Chute

Mais c’est évidemment très insuffisant pour éponger un effondrement du chiffre d’affaires de près de 282 millions d’euros, soit presque 50 %. En effet, pour la période avril 2020 à mars 2021, le chiffre d’affaires de la SBM est de 336,9 millions d’euros, contre 619,8 millions d’euros lors de l’exercice précédent. Dans le détail, les jeux ont aussi beaucoup souffert, puisqu’ils ont enregistré une baisse de chiffre d’affaires de 48 % : en 2020-2021 le chiffre d’affaires s’est limité à 124,3 millions d’euros, alors qu’il avait atteint 239,8 millions d’euros en 2019-2020. Avec une chute de 115 millions d’euros, le secteur des jeux a donc été lourdement impacté par la crise liée à l’épidémie de Covid-19. Privés de leur clientèle étrangère qui n’a pas pu voyager faute d’avions, les hôtels de la SBM ont aussi énormément souffert. Le chiffre d’affaires du secteur hôtelier a complètement dévissé, passant de 284,3 millions d’euros en 2019-2020 à seulement 109 millions d’euros, soit une chute de -62 %. Après BetClic, la deuxième activité à tirer son épingle du jeu, c’est le secteur locatif. Les locations de boutiques et de bureaux, ainsi que les activités des résidences hôtelières du Monte-Carlo Bay, du Balmoral, des villas du Sporting et du One Monte-Carlo ont généré un chiffre d’affaires de 106,2 millions d’euros, contre 96 millions d’euros, ce qui représente une hausse de 11 %. Lors de la conférence de presse organisée le 28 mai 2021, Jean-Luc Biamonti, l’a d’ailleurs souligné : « Sans le One Monte-Carlo, l’année aurait été encore plus difficile. » Avec toutefois un regret : « Je pense que nous aurions dû faire plus de travaux pendant cette période compliquée. Mais je ne sais pas si j’aurais été suivi par le conseil d’administration. Et je ne sais pas non plus où nous aurions trouvé l’argent… ».

© Photo Monte-Carlo Société des Bains de Mer

« Je pense que nous aurions dû faire plus de travaux pendant cette période compliquée. Mais je ne sais pas si j’aurais été suivi par le conseil d’administration. Et je ne sais pas non plus où nous aurions trouvé l’argent… »

Jean-Luc Biamonti. Président-délégué de la SBM

« Economies »

En parallèle, la SBM aura dû gérer entre octobre 2020 et mars 2021 un plan social qui a vu le départ volontaire de 223 salariés âgés de 57 ans et plus, et deux départs contraints. Coût de ce plan social : 25 millions d’euros. Une somme conséquente qui est venue plomber encore un peu plus les comptes du groupe SBM. Une dépense qui sera payante dans un futur proche, a assuré le président-délégué de la SBM, Jean-Luc Biamonti, qui espère des « conséquences positives » : « Nous avons remis l’entreprise dans une position dans laquelle elle devrait profiter du rebond. » Dans un communiqué publié le 27 mai 2021, la SBM estime que ces plans de départ devraient générer une économie de 18 millions d’euros par an : « Ces économies, complétées par les actions engagées par ailleurs pour mieux adapter le niveau des charges aux fluctuations saisonnières de l’activité, devraient permettre au groupe SBM d’obtenir une réduction annuelle de ses charges d’exploitation de l’ordre de 25 millions d’euros, qui lui permettra de renouer avec un niveau de rentabilité lui permettant d’assurer les investissements nécessaires à sa pérennité, dès que la crise sanitaire sera passée. »

La pandémie de Covid-19 aura donc eu ce seul effet positif pour la SBM : pousser les gens à jouer et à parier depuis chez eux, sur leur smartphone, leur tablette ou leur ordinateur sur BetClic.

Regret

Mais dans l’immédiat, la SBM a dû parer au plus pressé et renégocier avec les banques concernant les échéances de remboursement de ses crédits. De plus, et toujours pour assurer son financement, un programme d’émission de titres de créances négociables à court terme a été lancé en juillet 2019, pour un montant maximum de 150 millions d’euros. L’État monégasque s’est engagé à souscrire jusqu’à un total de 120 millions les titres de créances qui ne trouveraient pas preneur. Le 26 mai 2021, l’encours de titres générés dans le cadre de ce programme avait atteint 90 millions d’euros, une somme qui a donc rejoint la trésorerie de la SBM. Comme les autres acteurs de l’économie, lorsqu’il s’agit de parler de l’avenir, et même de l’avenir immédiat avec l’été 2021 qui se profile, Jean-Luc Biamonti manque de visibilité. S’il espère que l’on va « vers une amélioration » grâce notamment à la campagne de vaccination contre le Covid-19, il sait aussi qu’il faudra désormais vivre sans la clientèle liée aux congrès qui sont dans leur très grande majorité annulés. Selon lui, ces grosses machines seront remplacées par des événements de taille beaucoup plus réduite. Des événements qui seront donc beaucoup moins rémunérateurs pour la SBM.

Exercice 2020-2021 : Les chiffres à retenir

• Chiffre d’affaires 2020-2021 : 336,9 millions d’euros

• – 48 % pour le secteur des jeux (124,3 millions d’euros)

• – 62 % pour le secteur hôtelier (109 millions d’euros)

• + 11 % pour le secteur locatif (106,2 millions d’euros)

• Résultat opérationnel négatif de – 103,3 millions d’euros

• Résultat net consolidé négatif de – 79,1 millions d’euros

• BetClic Everest Group (BEG) : + 30,9 millions d’euros

• Une action SBM valait 68,60 euros le 7 juin 2021

Publié le

Les plus lus

Académie Rainier III : les inscriptions sont ouvertes

Les parents souhaitant inscrire leurs enfants pour l’année scolaire 2021-2022 sont invités à effectuer leur demande, via le site Internet de l’Académie Rainier III.
Monaco Hebdo