dimanche 28 février 2021
Accueil Dossier Jean-Louis Grinda : « L'Etat ne peut pas tout »

Jean-Louis Grinda : « L’Etat ne peut pas tout »

Publié le

Face à la défiance vaccinale autour du Covid-19, quelle stratégie Monaco doit-il adopter ? L’élu Union Monégasque, Jean-Louis Grinda, estime qu’il faut davantage responsabiliser la population, en mettant en avant le « bon sens ».

Face à la méfiance autour du vaccin anti-Covid-19 comment convaincre la population de la principauté de se faire vacciner ? 

Au 20 janvier 2021, le vaccin Pfizer BioNTech qui est utilisé à Monaco, et le vaccin Moderna, ont déjà été inoculés à près de 30 millions de personnes dans le monde. Le nombre de rejets est particulièrement faible par rapport à n’importe quels vaccins pour d’autres virus. L’immense effort d’intelligence collective et de capitaux fournis, démontre que les chercheurs sont aujourd’hui en mesure de répondre rapidement aux défis d’un tel virus que le Covid-19. 

Que répondre à la peur des effets secondaires, essentiellement à moyen et long terme, liée à une absence de recul concernant ce vaccin ? 

Les vaccins qui ont des effets secondaires trop importants n’arrivent jamais sur le marché. Et ceux qui y parviennent malgré tout, ne sont recommandés que si les conséquences indésirables graves sont extrêmement rares. Je rappelle que le vaccin Pfizer a subi toutes les étapes de contrôle de l’Agence européenne des médicaments (AEM) avec un nombre de niveaux de contrôle particulièrement élevé. Ce n’est pas le cas de tous les vaccins utilisés sur d’autres continents. 

Comment démontrer que la collusion des intérêts économiques des laboratoires pharmaceutiques face à l’État n’existe pas ? 

Il est très difficile de démontrer que quelque chose n’existe pas. C’est d’ailleurs ce qui fait le lit du conspirationnisme et du complotisme. J’espère qu’à Monaco, nous pourrons éviter de tomber dans ce genre de dérive. 

La peur est-elle un levier efficace pour pousser la population à se faire vacciner ? 

La peur, non. Le bon sens, oui. Souhaitez-vous revivre comme avant, sortir, voir vos amis, ne plus être contraints à un couvre-feu, voyager ? Vaccinez-vous pour être protégés du Covid-19. Si vous ne vous vaccinez pas, vous pouvez être certains que les mesures de restriction vont se poursuivre. 

Quel type de communication faut-il mettre en place pour convaincre les jeunes, qui sont souvent parmi les plus réticents à la vaccination ? 

Je pense qu’il ne faut pas craindre de dire : « T’es pas vacciné, t’es ringard ! » aux jeunes qui ne veulent pas être vaccinés pour de mauvaises raisons. Le message à leur faire passer est : « Vaccinez-vous quand vous le pourrez, et démontrez que l’image de la jeunesse égoïste et irresponsable, que certains veulent donner de vous, est totalement fausse. » 

L’effet d’entraînement d’élites politiques allant se faire vacciner dans les premiers pourrait-il être décisif ? 

Pas décisif, mais indispensable. L’exemplarité et la capacité à démontrer que les craintes sont infondées, sont les meilleurs leviers pour que la vaccination de tous soit un succès. Le fait que le ministre d’Etat, Pierre Dartout, se soit fait vacciner dès qu’il a pu le faire, selon les critères établis à Monaco, est une excellente chose. 

Quels autres leviers faut-il actionner pour convaincre de vacciner le plus largement possible ? 

Il faut mettre tout les monde devant ses responsabilités. L’Etat peut beaucoup, il l’a démontré. Mais l’Etat ne peut pas tout. Nous sommes dans un pays où toute la population a eu la chance de pouvoir bénéficier des aides du gouvernement, soit pour maintenir son activité, soit pour être indemnisé à un niveau élevé. Si tout le monde ne va pas dans la bonne direction, celle pour sortir le plus vite possible de cette crise sanitaire, alors n’attendez plus, à terme, que l’Etat soit aussi généreux avec vous. Car il n’en aura bientôt plus les moyens.

Publié le

Les plus lus

Vadim Vasilyev et le Prince Albert II

Vadim Vasilyev : « L’AS Monaco, une belle page dans ma vie »

Si Vadim Vasilyev reconnaît avoir mal vécu son départ de l’AS Monaco en février 2019, l’ancien vice-président du club de la principauté dit aujourd’hui avoir tourné la page de son éviction.
ASM-PSG-fevrier-2021

Ligue 1 : Monaco, prince du Parc

Tomoko Nagao et Robi Walters à Monaco

Monaco Hebdo