dimanche 17 octobre 2021
AccueilDossierLa rentrée sociale vue par les partenaires sociaux

La rentrée sociale vue par les partenaires sociaux

Publié le

Alors que le Conseil national devait voter dans la soirée du 14 septembre 2021 le texte de loi rendant la vaccination obligatoire pour certaines catégories de personnes, le climat social s’est tendu en principauté. Monaco Hebdo fait le point, et donne la parole aux partenaires sociaux dans ce dossier spécial (1).

Depuis le samedi 4 septembre 2021, trois manifestations ont eu lieu, réunissant plusieurs centaines de personnes dans les rues de la principauté. À l’origine de la grogne : la politique vaccinale, et notamment le passe sanitaire, menée par le gouvernement princier. Deux blocs s’affrontent en effet, opposant le gouvernement, d’une part, convaincu des bienfaits de sa politique pour endiguer l’interminable épidémie de Covid-19 [lire notre article Passe sanitaire, sérologie, vaccination : où en est-on ?, dans ce numéro — NDLR], et les anti-passe d’autre part, qui craignent pour les libertés individuelles des citoyens et des salariés de la principauté. Le mouvement en question, qui se veut populaire, a pris racine sur les réseaux sociaux, loin des schémas habituels de la contestation publique, souvent organisée et cristallisée autour des syndicats, notamment l’Union des syndicats de Monaco (USM). Et, même s’ils ne sont pas bien loin, les partenaires sociaux ne sont pas à l’origine de ce mouvement, qui veut s’organiser — et durer — tout seul.

« Le dialogue a eu lieu, nous avons reçu les personnes à l’initiative des réseaux sociaux, nous avons évoqué des arguments pertinents et rationnels qui n’ont pas été entendus »

Pierre Dartout, ministre d’État

Colère chaude, dialogues froids ?

L’année 2021 semble ainsi alterner entre les coups de froid et les coups de chaud, et les discussions relatives à la politique sanitaire n’y ont pas échappé, notamment en ce qui concerne l’hostilité au passe sanitaire. « Le dialogue a eu lieu, nous avons reçu les personnes à l’initiative des réseaux sociaux, nous avons évoqué des arguments pertinents et rationnels qui n’ont pas été entendus », a rappelé le ministre d’État, Pierre Dartout, lors d’une conférence de presse, vendredi 10 septembre 2021. « Des personnes ont manifesté, autour de 700 à 800, avec de nombreux enfants, ce qui est beaucoup moins que le nombre de personnes vaccinées à Monaco. À titre personnel, je considère, certes sans sondages et autres indices mathématiques, que la position en faveur de la vaccination et du passe est très majoritaire en principauté. Le dialogue est nécessaire pour maintenir le caractère pacifique de la manifestation, ce qui a été le cas. Mais cela a toutefois une limite : l’intérêt public et général, ainsi que la lutte contre la pandémie, à travers la vaccination et aux mesures barrières et le port du masque. » Mais le dialogue semble ne pas suffire : « À partir d’un moment, le dialogue ne peut pas se poursuivre, reconnaît Pierre Dartout. Il n’est pas question de revenir sur les mesures essentielles. Pour nous, la vaccination est essentielle tout comme le passe sanitaire, il ne fallait donc pas considérer qu’ils [les manifestants — NDLR] allaient réussir à nous faire changer d’avis là-dessus. D’autant que cette mesure n’est pas éternelle. Et je le redis : le passe-sanitaire répond à un besoin, et, si ce besoin décline, on pourra reconsidérer la position. Quant au dialogue, il a également eu lieu avec le Conseil national sur le projet de loi [portant sur l’obligation vaccinale et le passe sanitaire — NDLR], et il a été riche et fécond. » Ce qui n’a pas empêché un syndicat de soignants du centre hospitalier princesse Grace (CHPG) d’appeler à la grève pour la journée du 14 septembre 2021. Le syndicat des agents hospitaliers (SAH) a lancé un mouvement de grève de 16h30 à 18h30, soit juste avant que le texte de loi rendant la vaccination obligatoire ne soit voté au Conseil national. Le SAH a invité la population de la principauté à venir apporter leur soutien aux grévistes devant l’entrée principale du CHPG, à 16h30.

Deux visions s’opposent

Et si le gouvernement estime avoir fait preuve de pédagogie, il n’oublie pas de rappeler que les contrôles et les sanctions restent toujours d’actualité. En moyenne, la sûreté publique assure 500 contrôles quotidiens du passe sanitaire et du port du masque selon le conseiller-ministre de l’intérieur, Patrice Cellario, avec « une dizaine » de verbalisations réalisées chaque jour, toujours selon lui. Quant à l’impact qu’aurait pu jouer la contestation vis-à-vis du passe sanitaire sur l’économie du pays pendant cet été 2021, le conseiller-ministre à l’économie, Jean Castellini, se veut plutôt rassurant, citant les derniers chiffres de fréquentation hôtelière : « Le taux d’occupation des hôtels était de 65 % en juillet dernier et de 72 % en août. Certains hôtels ont même dépassé ou atteint les 80 % de taux d’occupation. Le revenu moyen par chambre, soit le prix moyen auquel sont vendues les chambres, atteint les 493 euros cette année, contre 441 euros en 2019 à la même période, soit 12 % de mieux. C’est un saut quantitatif sur une tendance plus longue. La clientèle privée et la clientèle d’affaires continuent d’affluer, car l’activité restera soutenue dans les semaines qui viennent. » Pierre Dartout a estimé que « l’application du passe sanitaire n’a pas fait de difficultés en principauté, tout comme en France et en Italie. Des témoignages que nous avons la restauration et l’hôtellerie le confirment concernant la fréquentation. » De leur côté, les mécontents ne sont pas aussi confiants, et nous le verrons dans ce dossier. Il oppose en effet, sans le vouloir de prime abord, deux visions, deux musiques, qui peinent à s’accorder.

 1) Contactés par Monaco Hebdo, les élus du groupe politique Horizon Monaco (HM) n’ont pas répondu à nos questions avant le bouclage de ce magazine, le 14 septembre 2021.

Pour lire la suite de notre dossier sur la rentrée des partenaires sociaux, cliquez ici

Publié le

Monaco Hebdo