vendredi 23 juillet 2021
Accueil Dossier Qualité de vie : les mesures du gouvernement

Qualité de vie : les mesures du gouvernement

Publié le

Fortement secoué par le Conseil national en octobre 2019 au sujet de la baisse de la qualité de vie en principauté, le gouvernement a depuis « corrigé le tir »

estime la majorité Priorité Monaco (Primo !), qui attend désormais des actes concrets. Monaco Hebdo vous les rappelle.

Le Conseil national avait appelé à un « changement de braquet » au sujet de la qualité de vie en principauté. Un appel visiblement entendu, puisque le gouvernement a depuis entamé une réflexion sur le sujet, et pris certaines mesures. Alors qu’une étude sur le cadre de vie est actuellement menée par le gouvernement, Marie-Pierre Gramaglia n’a pas souhaité répondre aux questions de Monaco Hebdo, malgré plusieurs relances. La conseillère de gouvernement-ministre de l’équipement, de l’environnement et de l’urbanisme nous a en effet indiqué, par la voie de son service de communication, vouloir attendre les résultats de cette étude, avant de s’exprimer. Le gouvernement a adopté une méthode différente de celle du Conseil national, qualifiée de « plus qualitative » par le ministre d’État, Serge Telle. Sans pour autant renier la consultation citoyenne de la représentation nationale, qu’il a jugée « utile et intéressante ». Monaco Hebdo reprend ici les principales annonces faites par le gouvernement.

Création d’une « unité de préservation du cadre de vie »

L’unité de préservation du cadre de vie, rattachée à la direction de la sûreté publique, entrera en action à compter du 1er février 2020. Sa mission : fluidifier et réguler la circulation, mais pas que. Cette brigade de la circulation sera aussi chargée de contrôler le bruit des véhicules — autos et motos — avec le test d’un radar anti-bruit. Certains « troublent la tranquillité de la population », avait regretté le président du Conseil national, Stéphane Valeri, lors de ses vœux à la presse, début janvier 2020.

Une meilleure gestion et une information sur les chantiers

La gestion des chantiers publics en principauté et les nuisances qu’ils occasionnent avaient largement été pointées par la représentation nationale au cours des différentes séances publiques d’octobre et décembre 2019. En réponse, le gouvernement a annoncé une réorganisation interne avec notamment le recrutement de neuf postes supplémentaires pour « améliorer le suivi des chantiers, contrôler les dérapages financiers et assurer la durée des chantiers ». Contre les nuisances générées par les chantiers, jugées en partie responsables de la « baisse de la qualité de vie » en principauté, le gouvernement a notamment décidé de développer une application, Urban Report Monaco, afin que les usagers puissent dénoncer un problème, émettre un avis sur les chantiers, signaler en temps réel les nuisances et désagréments… Cette application participative devrait être disponible au cours du « premier trimestre 2020 ». En parallèle, le gouvernement souhaite « améliorer la communication autour des chantiers ». Si une mise à jour du site Infochantiers.mc est prévue, un nouveau site Internet, Yourmonaco.mc, devrait bientôt voir le jour. Celui-ci, « beaucoup plus complet et effectif », selon Marie-Pierre Gramaglia, détaillera des informations sur le « cadre de vie, l’aménagement du territoire et les transitions énergétiques et environnementales ». Il informera les riverains sur les nuisances sonores des chantiers, l’impact sur la circulation ou encore la qualité de l’air.

Réduire les nuisances des chantiers

Toujours au sujet des chantiers, le gouvernement a déclaré vouloir « favoriser l’exécution de nuit des travaux non bruyants ». En sus, un dispositif de bâches acoustiques sera installé. Ce sera notamment le cas pour les travaux de la villa Le Mas et du palais Honoria. Le gouvernement a également renforcé les contrôles des chantiers, en recrutant deux nouveaux experts assermentés.

« Tolérance zéro » face aux nuisances sonores

Pour lutter contre les nuisances sonores en principauté, le gouvernement a annoncé le renforcement des contrôles des terrasses pour que cesse la musique après 22  heures. Une baisse du volume sonore autorisé de 85 décibels à 75 décibels a également été actée : « Le gouvernement entend appliquer une tolérance zéro par rapport aux nuisances sonores ».

La gratuité des bus en test

C’était une des demandes formulées par le Conseil national lors des séances publiques d’octobre 2019 pour désengorger le trafic en principauté. La gratuité des bus sera testée pendant six mois, à partir du mois d’avril 2020. Toutefois, contrairement à la volonté de la représentation nationale, le test de la gratuité des bus ne concernera pas l’ensemble du réseau monégasque. Il se limitera à une seule ligne de bus, probablement la n° 4.

L’électrification du réseau de bus

Les tests en cours sur l’électrification du réseau de bus se heurtent, pour l’instant, à des problèmes techniques concernant l’installation des bornes de recharge. Le ministre d’État, Serge Telle, s’est toutefois engagé à moderniser la flotte « bien avant 2030 ». À noter également que des bornes de recharge seront installées en 2020 dans les parkings et sur le domaine public pour accompagner l’essor des ventes de véhicules électriques.

11,5  millions d’euros investis dans le trafic ferroviaire

Autre mesure prise pour améliorer la circulation et inciter les voyageurs à prendre le train plutôt que leur véhicule pour se rendre à Monaco, l’État a décidé d’investir 11,5 millions d’euros pour doper la desserte du TER vers la principauté. Si une « double-rame supplémentaire par sens aux heures de pointe » est prévue en 2020, l’argent servira aussi à « moderniser » les rames achetées par la principauté il y a dix ans, ainsi que la gare. L’objectif annoncé est d’arriver à la circulation de six trains par heure. À noter par ailleurs que 950 000 euros seront aussi investis pour financer une navette maritime entre Nice et Monaco.

Mise en place du Pass Sud Azur

Mis en place en partenariat avec le département des Alpes-Maritimes, le Pass Sud Azur est un abonnement unique, qui permet de se déplacer dans tous les transports, trains, bus, et tramways. Disponible dans les Alpes-Maritimes depuis le 1er janvier 2020, il sera disponible à Monaco en septembre 2020.

De nouvelles stations Monabike

À propos du service de location de vélos électriques, Monabike, le gouvernement a annoncé l’installation de « 15 à 25 stations supplémentaires à Monaco ». Le déploiement du service aux communes françaises limitrophes se heurte, pour le moment, à de « petites difficultés juridiques et fiscales » a expliqué le gouvernement devant les élus du Conseil national. Une réflexion sur des partages de voiries pour davantage de sécurité pour les cyclistes est aussi en cours du côté du gouvernement.

Début des travaux des parkings relais

Les travaux du grand parking relais à l’entrée ouest de la ville ont débuté. Situé boulevard du Jardin Exotique, ce chantier prévoit 1 820 places de parking. Un parking à Saint-Roman est à l’étude, alors que le site de la Brasca est aussi pressenti pour en accueillir un, en collaboration avec la métropole Nice Côte d’Azur (NCA). Sa capacité est estimée à « 3 000 véhicules légers » selon le conseiller-ministre pour l’économie et les finances, Jean Castellini.

Rénovation et création de liaisons mécanisées

Enfin, dernière mesure prise pour désengorger le trafic en principauté : la rénovation des 120 liaisons mécanisées (escalators, ascenseurs) sur cinq ans, et la création d’un escalator entre Beausoleil et Monaco d’ici 2022. Selon le ministre d’Etat, Serge Telle, cela devrait permettre de supprimer 2 000 voitures par jour.

Publié le

Les plus lus

Premier podium de la saison pour Charles Leclerc

Charles Leclerc n’est pas passé loin de remporter son premier Grand Prix de la saison, dimanche 18 juillet.
Monaco Hebdo