lundi 17 janvier 2022
AccueilDossierGuy Nervo : « L’obligation de la vaccination ne posera pas de problème...

Guy Nervo : « L’obligation de la vaccination ne posera pas de problème majeur »

Publié le

Face à l’obligation vaccinale, Guy Nervo, président délégué du centre cardio-thoracique de Monaco, reste confiant. Il explique pourquoi à Monaco Hebdo.

Quel est le taux de vaccination au centre cardio-thoracique ?

Nous avons près de 300 collaborateurs au centre cardio-thoracique, en incluant médecins libéraux et salariés. Et, à ce jour [cette interview a été réalisée le 30 août 2021 — NDLR] : 78,6 % des praticiens, 56,5 % des paramédicaux et des agents des services hospitaliers (ASH) et 49,3 % du personnel logistique sont vaccinés. À noter que ces pourcentages n’incluent pas les collaborateurs qui ont, de leur propre initiative, effectué leur schéma vaccinal en France, par exemple, ainsi que les personnes contre-indiquées. Ils ne prennent donc en compte que les vaccinations effectuées au centre cardio-thoracique.

Quel est le sentiment général ressenti au sein de votre établissement face à la vaccination obligatoire ?

L’ensemble des collaborateurs a bien le sentiment de la nécessité de recourir à la vaccination pour se protéger eux-mêmes, ainsi que les autres et nos patients, au-delà des strictes mesures barrières. Ils se « soumettrons » donc à l’obligation vaccinale sans problème, conscients de l’importance que la vaccination a dans l’exercice de leur profession dans un établissement de santé.

« Nous sommes très favorables à la vaccination pour tous nos collaborateurs, […] pour éviter toute forme de “perte de chance” par notre éventuelle impossibilité d’assurer les soins dont ont besoin nos patients » 

Guy Nervo. Président délégué du centre cardio-thoracique de Monaco

Que ressort-il du dialogue avec les syndicats et les délégués du personnel à ce sujet ?

Nous entretenons de très bonnes relations de confiance et de dialogue avec nos délégués du personnel, comme avec l’ensemble de nos collaborateurs. Il n’y a pas de sujets tabous ou de thèmes non abordés dans le cadre d’un dialogue serein et constructif. L’obligation de la vaccination ne posera donc pas de problème majeur.

Qu’avez-vous fait ces derniers mois ?

Au cours des derniers mois, nous avons, d’une part, favorisé la vaccination auprès de tous nos collaborateurs, et, d’autre part, chaque fois que cela nous a semblé nécessaire et opportun, permis la réalisation de tests, afin de permettre à chacun de garder confiance pour l’avenir, et pour son exercice au quotidien au sein du centre cardio-thoracique.

« Nous avons, bien sûr, la crainte d’une paralysie de nos services, qu’ils soient d’hospitalisation, de réanimation, des plateaux techniques, mais aussi logistiques, comme les secrétariats ou la cuisine »

Guy Nervo. Président délégué du centre cardio-thoracique de Monaco

Entre les possibles démissions et les suspensions de vos salariés, ne craignez-vous pas une paralysie de certains de vos services, faute de salariés ?

Nous avons, bien sûr, la crainte d’une paralysie de nos services, qu’ils soient d’hospitalisation, de réanimation, des plateaux techniques, mais aussi logistiques, comme les secrétariats ou la cuisine. C’est pour cela que nous sommes très favorables à la vaccination pour tous nos collaborateurs, bien évidemment, mais aussi pour éviter toute forme de « perte de chance » par notre éventuelle impossibilité d’assurer les soins dont ont besoin nos patients.

Ce projet de loi du gouvernement ne risque-t-il pas d’amplifier le sentiment de ras-le-bol chez certains soignants, épuisés par une difficile année 2020, et soumis aujourd’hui à ce que certains syndicats voient comme une « pression vaccinale » ?

A priori non, car le centre cardio-thoracique est une structure à taille humaine, non seulement pour la prise en charge personnalisée de nos patients, mais aussi par le nombre relativement peu important de nos collaborateurs. Avec 300 personnes, on est loin des effectifs d’un centre hospitalier universitaire (CHU). Nous pouvons donc assurer un suivi et un accompagnement de chacun d’entre eux. Ils savent que nous sommes à leur écoute, et le dialogue est toujours un atout pour anticiper tous les problèmes qu’ils peuvent rencontrer dans leur travail.

Pour lire la suite de notre dossier sur l’obligation vaccinale à Monaco, cliquez ici.

Publié le

Monaco Hebdo