dimanche 24 octobre 2021
AccueilDossierNavette maritime Nice-Cap d'Ail : « Une mise en service en 2022 »

Navette maritime Nice-Cap d’Ail : « Une mise en service en 2022 »

Publié le

Le marché lancé pour la navette maritime Nice-Cap d’Ail ayant été déclaré infructueux, la mise en service est désormais reportée à l’année prochaine.

Philippe Pradal, adjoint au maire de Nice, délégué aux finances, aux ressources humaines, à la mobilité et aux bâtiments communaux (1), détaille à Monaco Hebdo les autres leviers qui peuvent être actionnés pour tenter de désengorger la principauté. Interview.

Quel est le constat concernant la hausse de la circulation aux portes de Monaco ?

Chaque jour, plus de 50 000 véhicules font le trajet entre l’ouest de la métropole et Monaco, ce qui augmente fortement le trafic automobile et génère des effets négatifs sur la qualité de vie et le bien-être de nos concitoyens, mais aussi — forcément — sur la qualité de l’air.

Que faire ?

Pour élaborer une solution alternative à la voiture, les services de la métropole Nice Côte d’Azur et de la principauté de Monaco ont réfléchi ensemble pour développer un moyen de transport qui faciliterait les déplacements, en priorité des actifs métropolitains et monégasques, sans impacter la qualité de notre environnement. Le projet de navette maritime hybride — dans un premier temps — a alors été élaboré pour relier le port de Nice à celui de Cap d’Ail, proche du quartier d’affaires de Fontvieille, et voté lors du Conseil métropolitain du 9 avril 2021.

« Le projet de navette maritime hybride — dans un premier temps — a alors été élaboré pour relier le port de Nice à celui de Cap d’Ail, proche du quartier d’affaires de Fontvieille, et voté lors du Conseil métropolitain du 9 avril 2021 »

Quel est le public visé par cette navette maritime ?

Cette navette sera avant tout dédiée aux actifs qui font l’aller-retour entre Nice et Monaco, mais elle sera également ouverte aux touristes. Ce projet, qui a pour objectif de réduire l’engorgement routier, mais aussi l’impact des déplacements pendulaires transfrontaliers, a vocation à offrir une liaison port à port respectueuse de l’environnement marin et de la qualité de l’air. Un véritable exemple d’écologie pragmatique, qui améliore le quotidien des habitants.

Comment a été pensée l’intermodalité ?

La métropole Nice Côte d’Azur, qui met tout en œuvre pour faciliter les déplacements, tout en renforçant l’intermodalité, a par ailleurs fait le choix d’une navette maritime directement connectée à la ligne 2 de tramway et au parc relais du port Lympia. Les passagers bénéficieront également de tarifs « transport en commun » attractifs et la navette sera intégrée au pass multimodal.

Du coup, où en est ce projet de navette maritime entre Nice et Cap d’Ail ?

Le marché ayant été déclaré infructueux, les études et les procédures ont été relancées, en concertation avec la principauté de Monaco, pour une mise en service en 2022.

« La création d’un quart d’échangeur sur l’autoroute A8 à Beausoleil, a été retenue dans le plan d’investissement autoroutier, avec une mise en service attendue pour fin 2022, début 2023 »

À Monaco, les bouchons vont donc continuer à se multiplier aux heures de pointe ?

En attendant, la Métropole Nice Côte d’Azur et la principauté de Monaco ont plusieurs projets pour améliorer la desserte routière, et offrir de meilleures conditions de circulation, comme la création d’un quart d’échangeur sur l’autoroute A8 à Beausoleil, retenue dans le plan d’investissement autoroutier, dont la mise en service est attendue pour fin 2022, début 2023.

Quoi d’autre ?

Un réaménagement des voies et des carrefours sur la moyenne corniche a d’ores et déjà été effectué sur la route de la Turbie et l’avenue du Général de Gaulle, avec des résultats positifs. À présent, plusieurs projets sont en cours, comme la création d’une trémie sur la RM6007, au niveau du carrefour du boulevard de Gaulle, le réaménagement du giratoire de l’hôpital, ou encore la création d’un parking de dissuasion à Cap d’Ail.

Il existe aussi des projets plus écologiques que la voiture ?

La Métropole Nice Côte d’Azur entend également développer la pratique du vélo dans le cadre de son plan vélo 2026, qui vise à créer 160 kilomètres d’aménagements sur le territoire et atteindre 10 % de part modale vélo, contre 9 % prévus par la loi d’orientation des mobilités (LOM). De nouvelles liaisons cyclables sont alors étudiées, notamment entre Nice et Monaco, dont le premier tronçon entre le port de Nice et Villefranche-sur-Mer sera livré cet été.

1) Philippe Pradal est aussi président délégué de la métropole Nice Côte d’Azur aux finances, ressources humaines, et aux transports métropolitains.

Publié le

Monaco Hebdo