dimanche 28 novembre 2021
AccueilDossierMer encore calme pour Monaco One

Mer encore calme pour Monaco One

Publié le

Mise en service fin mai 2021, la navette maritime destinée aux clients des ports de Monaco et de Cala Del Forte n’a pas encore trouvé sa vitesse de croisière, faute de plaisanciers à Vintimille.

Amarrée au port Hercule, la navette Monaco One ne passe pas inaperçue au milieu des yachts de luxe qui ont pris leur quartier d’été en principauté. Il faut dire que son allure futuriste lui donne de faux airs de vaisseau sorti tout droit d’un film de science-fiction. Derrière cet « objet flottant non identifié » se cache pourtant un bolide des mers capable d’atteindre une vitesse avoisinant les 50 nœuds (85-90 km/h). Cette vitesse, rendue possible par une portance aérodynamique, lui permet de relier les ports de Monaco à Cala Del Forte — distants d’environ huit milles nautiques — en à peine dix minutes. Qui plus est avec une consommation de carburant relativement faible.

La navette maritime préférée aux hélicoptères

Pour comprendre l’origine de ce projet, il faut remonter à la fin de l’année 2016. À l’époque, la principauté achète la concession du port italien de Cala Del Forte, sur les rives de Vintimille, pour répondre à la saturation des ports Hercule et Fontvieille. Coût de l’opération : 31 millions d’euros pour une concession de 85 ans, hors travaux. L’investissement est conséquent mais indispensable pour satisfaire des demandes d’amarrage toujours plus nombreuses et désengorger des listes d’attente toujours plus longues. En optant pour un port moins cher mais plus éloigné que celui de Beaulieu-sur-Mer un temps évoqué comme potentiel point de chute, la Société d’exploitation des ports de Monaco (SEPM) devait alors résoudre la question de l’acheminement des plaisanciers du port italien vers la principauté. Si la piste d’une hélistation a bien été étudiée par les autorités, c’est finalement celle d’une navette maritime qui a été retenue comme l’explique le président de la SEPM, Aleco Keusseoglou : « Nous avons réfléchi pendant plus de deux ans pour trouver le meilleur moyen, le plus rapide et le plus efficace pour relier les ports de Monaco avec le port de Vintimille. Après de longues recherches, nous avons trouvé cette navette maritime qui a été mise en service il y a quelques années pour relier la terre ferme aux plateformes pétrolières. On trouvait qu’elle était beaucoup plus économique que l’hélicoptère ». Plus économique donc, mais aussi plus respectueuse de l’environnement, même si une aire réservée aux hélicoptères devrait malgré tout voir le jour à Vintimille. « Le projet d’hélistation n’a pas pu être intégré dans le dessin initial du port, parce que cela nous aurait retardé administrativement, et le port n’aurait pas pu ouvrir comme il a ouvert l’année dernière [en octobre 2020 — NDLR]. Mais nous essayons maintenant de regarder pour installer une hélisurface », explique Aleco Keusseoglou. Pas question toutefois d’installer une ligne régulière entre les deux villes, « ce serait des vols ponctuels pour des usagers qui auraient besoin de venir ponctuellement à Cala Del Forte ou pour des besoins d’urgence de la ville de Vintimille », insiste le président de la SEPM.

© Photo Monaco Hebdo.

« Le projet d’hélistation n’a pas pu être intégré dans le dessin initial du port, parce que cela nous aurait retardé administrativement, et le port n’aurait pas pu ouvrir comme il a ouvert l’année dernière »

Aleco Keusseoglou. Président de la Société d’exploitation des ports de Monaco (SEPM)

Un bateau respectueux de l’environnement

En attendant, c’est donc à bord de Monaco One que devront se déplacer les usagers « exilés » en Italie. La navette capable de relier les ports de Monaco à Cala Del Forte en à peine 10 à 12 minutes — manœuvres d’entrée et de sortie de port comprises — peut embarquer jusqu’à 12 personnes. Pour en bénéficier, les plaisanciers doivent simplement se rendre sur le site Internet de la Société d’Exploitation des Ports de Monaco pour réserver en quelques clics un créneau horaire, entre 8h et 21h (1), ou alors contacter la SEPM par téléphone au +377 97 77 30 09. Mais attention, les trajets ne sont pas gratuits. Ou en tout cas, dans une certaine mesure : « Bien sûr, les plaisanciers qui ont acheté des places de port à Cala Del Forte bénéficieront d’un certain nombre d’allers et retours gratuits pendant l’année. Mais, au-delà, ils devront payer un certain prix. Pour un usager normal, il faut compter 120 euros pour un aller-retour », précise Aleco Keusseoglou, satisfait de proposer à ses clients un moyen de transport respectueux de l’environnement. Car l’un des arguments qui a fait mouche auprès de la direction portuaire monégasque, c’est la faible consommation en carburant due à la portance aérodynamique du bateau. Monaco One consommerait en effet moitié moins de carburant qu’un bateau conventionnel. Une aubaine pour le président de la SEPM qui ne désespère pas à terme d’acquérir un bateau 100 % électrique : « Pour le moment, il n’y a qu’une seule navette. Si vraiment c’est un succès comme on l’espère, peut-être que dans deux ou trois ans, nous en aurons une deuxième. Et j’espère que la technologie nous permettra peut-être d’en avoir une 100 % électrique ». Aleco Keusseoglou et son équipe y travaillent en tout cas avec la société A2V, basée à La Rochelle, à qui l’on doit la paternité de Monaco One. « Malheureusement, la technologie n’est pas encore assez poussée pour que l’autonomie de la navette permette de faire assez d’allers-retours dans la journée. Il faudrait qu’après deux allers-retours, on perde une ou deux heures pour la recharger. De plus, le poids aurait été un peu un handicap parce qu’elle est plus lourde, et donc un peu moins efficace », regrette Aleco Keusseoglou.

monaco one navette maritime
© Photo Iulian Giurca / Monaco Hebdo.

« Nous avons réfléchi pendant plus de deux ans pour trouver le meilleur moyen, le plus rapide et le plus efficace pour relier les ports de Monaco avec le port de Vintimille. Après de longues recherches, nous avons trouvé cette navette maritime […]. On trouvait qu’elle était beaucoup plus économique que l’hélicoptère »

Aleco Keusseoglou. Président de la Société d’exploitation des ports de Monaco (SEPM)

Seulement 49 emplacements vendus

Qu’à cela ne tienne, la principauté dispose avec Monaco One d’une navette confortable, moderne et rapide puisqu’elle est capable d’atteindre les 55 nœuds… en milieu lacustre. En Méditerranée, où la houle fait parfois des siennes, sa rapidité sera affectée. Mais cette perte d’efficacité n’inquiète pas outre mesure le président de la SEPM, qui rappelle que cette navette « est prévue pour aller à une vitesse de croisière de 40 nœuds avec des vagues jusqu’à 1,5 mètre ». Reste que pour le moment, Monaco One n’a pas encore eu l’occasion de démontrer tout son potentiel. La navette a certes accueilli ses premiers passagers à l’occasion du 78ème Grand Prix de Formule 1 en mai dernier mais elle ne tourne pas encore à plein régime. Et pour cause, le port de Cala Del Forte est loin d’afficher complet en ce début de saison estivale. « Nous avions l’objectif de vendre entre 95 et 100 places de port. Aujourd’hui, nous en avons vendu 49 [sur 178 emplacements disponibles — NDLR], révèle Aleco Keusseoglou. Malheureusement, le Covid est passé par là et cela nous a un peu retardés. Mais 50 % avec le Covid, ce n’est pas trop mal », se satisfait le patron des ports de Monaco. À ces ventes, qui offrent un droit d’usage de 40 ans, s’ajoutent également les locations pour de longue durée ou du passage. « Je pense que l’inauguration, qui a eu lieu vendredi 2 juillet, va être un catalyseur pour avoir pas mal de demandes, espère Aleco Keusseoglou. Le port Cala Del Forte va désormais rentrer dans sa phase pleine et active d’exploitation après une période hivernale de rodage ». Et après la période estivale, censée être très active, se pose la question du devenir de la navette quand les bateaux seront repartis, notamment en hiver. Mais là encore, Aleco Keusseoglou se veut rassurant : « Dans le port de Cala Del Forte, nous aurons quand même pas mal de bateaux qui seront en hivernage. Dans ces bateaux, soit les équipages, soit même les propriétaires, auront certainement envie de venir à Monaco. Je suis sûr que la navette sera utilisée en hiver aussi ».

1) Des réservations peuvent être prises en dehors de ces horaires, si elles sont anticipées.

« Si vraiment c’est un succès comme on l’espère, peut-être que dans deux ou trois ans, nous en aurons une deuxième [navette – NDLR]. Et j’espère que la technologie nous permettra peut-être d’en avoir une 100 % électrique »

Aleco Keusseoglou. Président de la Société d’exploitation des ports de Monaco (SEPM)

Vidéo : Notre visite à bord de la navette Monaco One

La navette Monaco One en chiffres

12 mètres de long sur 7,5 mètres de large

Ce sont les dimensions du bateau, propulsé par deux moteurs Yanmar de 350 chevaux chacun et des hélices de surface de type Arneson.

7 tonnes

Comme le poids à vide de la navette Monaco One composé majoritairement de carbone.

12

Comme le nombre de personnes que peut embarquer la navette à chaque rotation.

50

C’est en nœuds, la vitesse maximale que peut atteindre Monaco One. Sa vitesse de croisière se situe, elle, aux alentours de 45 nœuds.

10 à 12 minutes

La navette Monaco One est capable de relier les ports de Monaco à celui de Cala Del Forte en à peine 10 à 12 minutes, manœuvres d’entrée et de sortie de port comprises.

1,2 million d’euros

C’est le montant dépensé par la principauté pour acquérir la navette Monaco One.

Pour lire la suite de notre dossier “Ports, navettes maritimes… Quelle stratégie pour Monaco”, cliquez ici.

Publié le

Monaco Hebdo