dimanche 29 novembre 2020
Accueil Dossier « Cette ligne Monaco-Nice est un outil important pour la principauté »

« Cette ligne Monaco-Nice est
un outil important pour la principauté »

Publié le

Attentif au plan social décidé par la direction de Monacair, le gouvernement affiche sa détermination à soutenir cette entreprise, tout comme les 32 salariés qui vont perdre leur emploi.

Un plan social a été annoncé chez Monacair pour 32 salariés : quel accompagnement l’Etat monégasque va-t-il mettre en place ?

Depuis le début de la crise sanitaire, le gouvernement princier soutient l’entreprise, comme l’ensemble des entreprises de la principauté. Le gouvernement a, par exemple, financé le Chômage Total Temporaire Renforcé (CTTR) pour le personnel, ce qui représente un soutien de plusieurs centaines de milliers d’euros. Pour le reste, le gouvernement sera attentif à toutes les difficultés sociales pouvant se présenter aux travailleurs licenciés. Une concertation a été conduite avec les responsables de l’entreprise, afin d’apporter les réponses les plus pertinentes en fonction des profils des différents travailleurs impactés. Il y a un soutien au retour au travail par le biais d’un paiement partiel des charges sociales des PME. Par ailleurs, l’une des mesures prises par exemple, consiste à encourager l’embauche de personnel expérimenté qui totalise au moins 20 ans d’ancienneté en principauté : l’Etat paiera les charges sociales pendant 6 mois pour le nouvel employeur.

Auparavant, Monacair a mis combien de salariés en CTTR, depuis quand et cela a coûté combien à l’Etat ?

Il n’appartient pas au gouvernement de donner des éléments propres à la gestion d’une entreprise privée. En revanche, il est certain que rien que la mesure du CTTR est un soutien qui se chiffre à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Des salariés de Monacair contestent et ne comprennent pas pourquoi sur la ligne Nice-Monaco, partagée entre l’entreprise monégasque Monacair et l’entreprise française Héli Sécurité, Héli Sécurité travaille, alors qu’eux sont en CTTR depuis mi-mars 2020 ?

Pour bénéficier du CTTR, l’entreprise doit soit procéder à la fermeture temporaire de tout ou partie de l’établissement, soit réduire l’horaire de travail en deçà de la durée légale de travail. Le principe du CTTR est d’accompagner les entreprises et leurs salariés en cette période économique délicate. Des contrôles sont effectués par la direction du travail. Tout abus constaté fera l’objet d’une procédure.

Que pensez-vous des salariés de Monacair qui dénoncent un « effet d’aubaine » et une forme d’opportunisme de la part de la direction qui invoque le Covid-19 pour justifier 32 licenciements ?

Il n’appartient pas au gouvernement d’exprimer un commentaire sur des déclarations de membres du personnel. Le fait est que la fermeture quasi totale de l’aéroport de Nice pendant plusieurs semaines et une reprise très partielle avec, notamment, le terminal 1 encore fermé, a un impact considérable sur le nombre de clients pour l’entreprise Monacair. La situation commerciale du moment est très défavorable à Monacair, comme à l’ensemble du secteur aérien en Europe.

Quelles obligations prévoit l’accord franco-monégasque pour cette ligne Nice-Monaco et les deux entreprises, monégasque (Monacair) et française (Héli Sécurité), autorisées à l’exploiter ?

Au titre de l’accord franco-monégasque de 2002 relatif aux relations aériennes, chacune des entreprises de transport aérien désignées par les Etats est autorisée à assurer un service aérien entre Nice et Monaco. Ce service aérien se fait à horaires et tarifs publiés après approbation, et se distingue en cela des vols à la demande, qui peuvent en outre être opérés par d’autres compagnies. La ligne régulière permet aux clients d’acheter des sièges à l’unité alors que pour les vols à la demande, le client loue l’hélicoptère entier. L’accord prévoit en outre que le service doit être adapté aux besoins du public.

En 2019, Monacair a racheté Héli Sécurité : cela ne fausse pas la concurrence sur cette ligne Monaco-Nice ?

Après le changement d’actionnaires d’Heli Sécurité, Monacair et Heli Sécurité sont restées deux entreprises distinctes. Chaque Etat désigne souverainement un opérateur de son pays pour opérer cette ligne. C’est le principe de réciprocité qui conduit à une concurrence entre les 2 opérateurs.

Si finalement, dans les mois à venir, Monacair décidait de se désengager de la ligne Monaco-Nice, un nouvel appel d’offres sera obligatoirement lancé ?

Cette question n’est pas à l’ordre du jour. Le gouvernement note avec attention que l’entreprise précise dans son communiqué vouloir « continuer à opérer au mieux, dans les circonstances actuelles, la ligne régulière Monaco-Nice, porte d’entrée incontournable pour des clients exigeants désirant rejoindre la principauté ».

La ligne Monaco-Nice est une porte d’entrée importante sur la principauté : comment le gouvernement compte-t-il s’assurer que ce service continue d’être proposé de façon suffisamment efficace, alors que le contexte sanitaire et économique semble très incertain ?

Cette ligne est évidemment un outil important pour la principauté. Elle permet de relier Monaco au deuxième aéroport de France. La ligne est assurée par une entreprise privée dans laquelle l’Etat n’a aucune participation. Le gouvernement fera tout ce qui est en son pouvoir pour pérenniser la ligne. Il a aidé et aide encore l’entreprise, comme toutes celles éligibles en principauté aux aides liées à la crise Covid-19, à traverser la période délicate avec des mesures d’accompagnements qui soutiennent l’ensemble des acteurs économiques de la principauté.

Publié le

Les plus lus

Etienne Decroly : « Pour atteindre l’immunité collective, il faut vacciner environ...

Depuis que Pfizer a annoncé la sortie prochaine d’un vaccin efficace à 90 % contre le Covid-19, c’est l’effervescence.

Toyota mise sur la pile marine

Semaine à succès pour l’ASM Basket

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!