dimanche 19 septembre 2021
AccueilCultureMusée océanographique. La réouverture suspendue aux mesures de confinement

Musée océanographique. La réouverture suspendue aux mesures de confinement

Publié le

Fermé depuis le 3 novembre 2020 en raison du confinement en France, le musée océanographique de Monaco vise une réouverture pour le début du mois de décembre 2020.

En attendant, ses équipes se préparent et profitent de l’occasion pour effectuer quelques travaux courants.

À Monaco, depuis le début du mois de novembre 2020, de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation de l’épidémie de Covid-19 ont été annoncées. Ainsi, les salles de jeux et les salles de spectacle sont désormais tenues de cesser leurs activités au plus tard à 21h30. Les bars sont fermés. Les restaurants doivent terminer leur service à 21h30, tout au plus. Les musées et lieux culturels, eux, sont ouverts. C’est ainsi le cas du musée d’anthropologie préhistorique, du Nouveau Musée National de Monaco (NMNM), du Grimaldi Forum… mais pas du musée océanographique. « Le musée océanographique de Monaco sera fermé du 3 novembre au 1er décembre 2020. En attendant de nous retrouver, restons en contact sur nos réseaux sociaux et prenez soin de vous », indiquait en effet l’établissement sur sa page Facebook. La raison ? « Le reconfinement en France, explique Bernard Reilhac, directeur du développement de cet établissement. Le mois de novembre est, en général, celui pendant lequel nous avons le moins de visiteurs. Pendant les vacances, nous avons connu une fréquentation tout à fait correcte, dans des conditions sanitaires particulières qui ont bien sûr impacté le nombre de nos visites. Mais les mesures annoncées en France ont tout bousculé. Les Français représentent en effet une part très importante de nos visiteurs. S’ils ne peuvent pas venir, il y a un vrai risque pour notre modèle économique. D’où notre décision de fermer nos portes au grand public. » Du coup, l’équipe du musée océanographique de Monaco ambitionne une réouverture au lendemain du 1er décembre 2020, lorsque le confinement se terminera en France. Mais elle se montre prudente quant à cette perspective. « Nous allons être attentifs à la situation chez nos voisins français, et aux mesures qui accompagneront le déconfinement, s’il se produit bien à la date annoncée d’ailleurs, confirme Bernard Reilhac. S’ils ne peuvent toujours pas se déplacer, ou si les conditions sont extrêmement strictes, je ne sais pas si nous pourrons ouvrir de nouveau nos portes. Nous devons être patients et raisonnables. »

© Photo Sylvain Péroumal

« Nous sommes donc dans l’obligation de chercher de nouveaux partenariats, de nouveaux dons, mais c’est aussi notre modèle économique qui veut ça. Nous devons trouver des solutions pour faire face à une situation inédite, et nos équipes sont mobilisées en ce sens » Bernard Reilhac. Directeur du développement du musée océanographique

Ouverture réservée aux groupes

Notons, cependant, que pendant cette période de fermeture au grand public, il reste possible de profiter des expositions du musée océanographique. En effet, l’établissement est ouvert sur rendez-vous aux groupes, par exemple, envoyés par les hôtels de la principauté, ou aux classes des environs. « Nous restons concentrés sur notre objectif, celui de faire vivre ce lieu emblématique du Rocher, assure Bernard Reilhac. Nous sommes cependant plus qu’impatients de pouvoir rouvrir l’accès aux familles, aux enfants, aux passionnés de la mer et de l’océan. Nous avons, à ce titre, prolongé notre programme consacré au corail, qui avait remporté un certain succès. » En attendant, dans les locaux du musée, les équipes s’affairent à des travaux courants. Peintures des murs, sols des différentes salles ou encore équipements divers, profitent ainsi de cette pause forcée pour retrouver une seconde jeunesse. Le musée océanographique sera donc fermé au grand public, a minima, pendant un mois. Quelles conséquences pour les finances de l’établissement ? « Je le répète, le mois de novembre n’est pas le plus important en ce qui concerne la fréquentation, répond Bernard Reilhac. Cependant, cela ne veut pas dire que notre fermeture soit sans impact. En effet, qui dit fermeture dit absence de recettes de billetterie et liées aux animations sur place. Des événements professionnels ont également été reportés, mais on ne sait pas si ce sera pour décembre 2020, pour plus tard, ou s’ils seront purement et simplement annulés. Tout dépendra des prochaines mesures prises ou confirmées pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Bref, à ce stade, nous ne pouvons pas chiffrer le résultat sur nos comptes de cette fermeture au grand public. » Il faut dire que c’est une nouvelle période compliquée pour le musée océanographique de Monaco, après le premier confinement du printemps 2020. À tel point que l’institut qui en assure la gestion, avec celle de la Maison des Océans de Paris, avait lancé en mai un appel aux dons. Celui-ci a rapporté quelque 200 000 euros, auxquels s’ajoutent des contributions d’entreprises et de mécènes. De quoi combler un peu le trou que laissera immanquablement cette année 2020, même si cela ne sera pas suffisant. « Nous sommes dans une situation où le financement lié aux visites est de plus en plus limité, constate Bernard Reilhac. Nous sommes donc dans l’obligation de chercher de nouveaux partenariats, de nouveaux dons, mais c’est aussi notre modèle économique qui veut ça. Nous devons trouver des solutions pour faire face à une situation inédite, et nos équipes sont mobilisées en ce sens. »

Le Musée océanographique s’est mis à l’escape game

«En mer depuis plusieurs jours, vous faites partie de la fine fleur de l’exploration marine réunie autour du prince Albert Ier lors de son expédition au large du Cap Vert, en 1901. Soudainement, l’étude des espèces des profondeurs marines souhaitée par le prince, semble être compromise par une tempête violente qui vous a poussé à vous réfugier dans le laboratoire. Malheur : la porte s’est refermée derrière vous ! Les moteurs se sont arrêtés ; le bateau commence à subir vents et marées ; et le filet descendu dans les fonds marins, pour découvrir de nouvelles espèces, menace de se rompre. Arriverez-vous à regagner la terre ferme sans perdre vos précieuses découvertes ? » Tel est le « pitch » de départ de l’escape game, ouvert le 19 octobre 2020 et proposé par le musée océanographique de Monaco, en collaboration avec l’entreprise Iris Game. « Nous avons lancé notre escape game à l’occasion des vacances de la Toussaint 2020, rappelle Bernard Reilhac, directeur du développement de l’institut océanographique. Il fait partie de nos nouvelles initiatives et de nos nouveaux projets pour proposer une expérience renouvelée au musée océanographique. » Cette activité a été interrompue en même temps que le musée a été fermé au public. Mais elle devrait reprendre dans les prochaines semaines. Rappelons que deux formules sont proposées au public : 30 ou 60 minutes. Avec des sessions, toutes les heures, de 10 heures à 18 heures.

Une visite virtuelle sur Youtube

Pour les plus impatients, le musée océanographique propose une visite virtuelle, à 360 degrés, de ses locaux. Celle-ci est disponible sur Youtube*, en qualité 4K. Elle permet de découvrir l’histoire du temple de la mer, pièce par pièce, en mouvement et avec la possibilité de changer à sa guise l’angle de la caméra. Une jolie consolation pour ceux qui voulaient visiter au plus vite cet établissement fondé en 1889 par le prince Albert Ier.

Le musée océanographique, côté pratique

Fondé par le prince Albert Ier, le musée océanographique de Monaco est ouvert, en temps normal, tous les jours de la semaine. Il faut compter environ deux heures de visite. Ce monument de 6 000 m2 fait partie des plus imposants du Rocher (avec le palais de Monaco et la cathédrale Notre-Dame-Immaculée de Monaco, notamment). Il est construit à flanc de falaise sur 85 mètres de hauteur. Il comporte une centaine de bassins, pour une collection de quelque 350 espèces de poissons, avec plus de 6 000 spécimens. Il accueille, en temps normal, plus de 600 000 visiteurs tous les ans. Le musée est traditionnellement uniquement fermé le week-end du Grand Prix de Formule 1 de Monaco (fin mai) et le jour de Noël (25 décembre).

Ses horaires sont les suivants :

  • Janvier, février, mars : 10 heures à 18 heures ;
  • Avril, mai, juin : 10 heures à 19 heures ;
  • Juillet et août : 9h30 à 20 heures ;
  • Septembre : 10 heures à 19 heures ;
  • Octobre, novembre, décembre : 10 heures à 18 heures.

Tarifs : adultes (à partir de 18 ans), 16 euros ; étudiants (carte valide), 10 euros ; enfants (4 à 17 ans inclus), 10 euros ; enfants de moins 4 ans, gratuit ; personnes en situation de handicap, 7 euros.

Le billet, qui peut être acheté en ligne ou sur place, donne accès à la totalité des espaces : aquarium, musée, expositions permanentes et temporaires, ainsi qu’au nouvel espace de visite « L’odyssée des tortues marines », en partie situé en plein air.

Certaines des animations sont gratuites. Pour les autres, il convient de vérifier leur disponibilité au moment de l’achat des billets ou sur place.

Notons, enfin, qu’il est possible d’opter pour un pass annuel (33 euros par adulte, 21 euros par enfant).

Publié le

Monaco Hebdo