jeudi 20 janvier 2022
AccueilCulturePourquoi Blanche-Neige ne se réveille pas

Pourquoi Blanche-Neige ne se réveille pas

Publié le

Mercredi 11 décembre, à 15 heures au théâtre princesse Grace, la compagnie parisienne Le vent se lève,

il faut vivre jouera pour une seule représentation sa dernière production. Pourquoi Blanche-Neige ne se réveille pas ? Et autres contes recyclables, introduit la problématique écologiste dans un récit pour jeune public. De quoi sensibiliser tôt à cette question.

Tout le monde connaît l’histoire de Blanche-Neige, conte des frères Grimm du XIXème siècle. Elle mange une pomme empoisonnée et tombe dans le coma, jusqu’à ce qu’un prince amoureux vienne la réveiller. Mais dans cette version du conte, actualisée à l’aune de la problématique écologiste, Blanche-Neige ne se réveille pas. Sa pomme était pleine de pesticides. Dans la pièce Pourquoi Blanche-Neige ne se réveille pas ?, le sous-titre fait mention d’« autres contes recyclables ». Au pays des contes, les héros ne sont plus. Pinocchio reste de bois, la Petite sirène, dans les fonds marins. « Au départ, c’est une pensée écologique. Une envie de parler d’écologie aux enfants. De mettre des graines aux bons endroits. En pensant que, les enfants ne viennent pas tout seuls au théâtre, cela peut planter des petites graines dans la tête des parents aussi », répondent en chœur Amandine Rousseau et Emilie Letoffe, co-metteuses en scène. Quelle volonté se niche dans le propos de la pièce ? « L’objectif est d’être informatif, éducatif et de responsabiliser par rapport à la situation écologique. Chacun peut faire quelque chose. On a l’impression que c’est tout de même énorme, et que certaines choses ne sont pas entre nos mains. On pense vraiment très fort que si tout le monde s’y met à son niveau, que tous ces gestes-là, toutes ces prises de conscience multipliées par le nombre d’humains sur la planète, ça peut changer la donne », explique Emilie Letoffe, co-fondatrice de la compagnie Le vent se lève, il faut vivre, qui propose ici sa troisième production pour jeune public.

Dans cette version du conte, actualisée à l’aune de la problématique écologiste, Blanche-Neige ne se réveille pas. Sa pomme était pleine de pesticides.

Le collectif comme issue

Un « spectacle familial », avec des références pour tous. Une manière de toucher un public large. « Se servir de notre art pour interpeller et de faire passer des messages. On a pris le parti d’utiliser les contes que les enfants et parents connaissent, pour être sur un terrain connu. Les enfants et parents sont directement en empathie avec les personnages. Ce qui nous permet d’amener le propos beaucoup plus rapidement », décrit Amandine Rousseau. Les metteuses en scène affichent clairement leur envie d’utiliser le plateau scénique comme un medium. L’art, en quoi est-ce un bon moyen de diffuser des messages ? « Pour nous le théâtre est un moyen d’échange direct avec le public, car c’est un art vivant. Et en plus un échange possible après le spectacle. Il y aura un goûter avec les enfants, ensuite. Pour nous, c’est une forme d’engagement, une manière d’essayer d’éveiller les consciences en se servant du théâtre », ajoute-t-elle. Une vision de l’écologie rappelant celle de Pierre Rabhi et sa métaphore du colibri. « On ne voulait pas culpabiliser, mais aider à responsabiliser, en essayant de donner de l’espoir. Chacun peut apporter sa petite part à l’édifice. Cela commence par le colibri, mais après cela devient une affaire de front. De se mettre tous ensemble. C’est dans un collectif que les choses peuvent bouger ».

Pourquoi Blanche-Neige ne se réveille pas ? Et autres contes recyclables. La réponse détaillée en une heure par trois nains qui ne se résignent pas à laisser Blanche-Neige endormie. Mercredi 11 décembre à 15h, au théâtre princesse Grace. Informations : Tel : +377 93 25 32 27 ou .

Publié le

Monaco Hebdo