samedi 16 octobre 2021
AccueilCultureCulture Sélection de mai 2021

Culture Sélection de mai 2021

Publié le

Monaco Hebdo sélectionne pour vous le meilleur de la culture du moment. Retrouvez nos coups de cœur Blu-rays, livres, bandes-dessinées et musique.

Zack Snyder’s Justice League

De Zack Snyder

Blessures. Il aura fallu que les fans se mobilisent fortement pour que la Warner finisse par céder et accepte de commercialiser le montage de Justice League (2017) réalisé par Zack Snyder. Le résultat est à la hauteur des quatre ans d’attente. Ce film qui appartient à la franchise DC Comics est un spectacle total de plus de quatre heures. L’affrontement des super-héros contre un nouveau méchant venu de l’espace, Steppenwolf, est aussi l’occasion de révéler les blessures intimes de chacun. Fin 2016, Zack Snyder a été mis à l’écart de la postproduction de Justice League, la Warner jugeant le résultat trop sombre. Joss Whedon, à qui l’on doit Avengers (2012), a alors été chargé de proposer une version de seulement deux heures, tout en tournant de nouvelles scènes. Mais le résultat a déçu. La nouvelle version de Justice League remet donc les pendules à l’heure.

Zack Snyder’s Justice League de Zack Snyder, avec Ben Affleck, Henry Cavill, Gal Gadot (USA, 2021, 4h02), 13,19 euros (DVD), 17,59 euros (Blu-ray), 21,99 euros (Blu-ray 4K). Sortie le 9 juin 2021.

Little Gay Boy

d’Antony Hickling

Expériences. C’est une véritable expérience cinématographique que nous propose Antony Hickling avec Little Gay Boy. Sorti en 2014, ce film bénéficie d’une nouvelle sortie, en DVD uniquement. On suit Jean-Christophe (JC), un adolescent qui découvre sa sexualité, en multipliant les expériences, même les plus extrêmes. Pendant ce temps, ses parents brillent par leur absence. Sa mère se prostitue, pendant que son père semble avoir déserté. Découpé en trois chapitres qui peuvent être visionnés comme trois courts métrages indépendants, Little Gay Boy ne se pose aucune limite, surfant sur une très intéressante inventivité visuelle.

Little Gay Boy d’Antony Hickling, avec Gaëtan Vettier, Amanda Dawson, Manuel Blanc (ANG-FRA,2014, 1h12), 9,99 euros (DVD seulement, pas de sortie Blu-ray). Sortie le 10 juin 2021.

Drunk

De Thomas Vinterberg

Skarderud. Ne cherchez plus, le film du mois de juin 2021 est ici. Thomas Vinterberg nous livre l’histoire de quatre enseignants un peu dépressifs, qui décident de suivre la théorie du psychologue norvégien Finn Skarderud : l’homme naîtrait avec un déficit d’alcool dans le sang de 0,5 gramme. Pour combler ce manque, ils décident de boire quelques verres pour identifier la limite entre les avantages de l’alcool et ses dangers pour la santé. Peu à peu, Martin (Mads Mikkelsen) quitte son statut de professeur d’histoire inintéressant et devient très populaire auprès de ses élèves. En parallèle, il commence à reconquérir sa femme et se rapproche de ses enfants. Face à leurs manques, leurs échecs et leurs défaillances, ils vont aller au bout de leur expérience. Porté par un excellent Mads Mikkelsen, Drunk est un film aussi drôle que tragique.

Drunk, de Thomas Vinterberg, avec Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen, Magnus Millang (DAN, 2020, 1h57), 14,99 (euros DVD), 16,99 euros (Blu-ray). Sortie le 16 juin 2021.

100 % Loup

D’Alexs Stadermann

Caniche. Dans la famille de Freddy Lupin, on est vraiment différent. En effet, lorsque vient la nuit, les membres de cette famille se transforment en loups-garous. Alors, forcément, lorsque Freddy fête ses 14 ans, il s’attend, lui aussi, à se métamorphoser. Mais non. Le rite d’initiation connaît quelques défaillances et Freddy prend les traits d’un… joli caniche rose. Une véritable insulte pour sa famille, qui décide de réagir, bien sûr. Sans grandes surprises, mais avec application, 100 % Loup traite de la thématique de l’acceptation de soi. « On est rarement ce que l’on aimerait être, mais il faut faire avec », c’est le message véhiculé par le dessin animé d’Alexs Stadermann. Très classique, 100 % Loup peut être vu dès 6 ans.

100 % Loup d’Alexs Stadermann, avec Adrien Dussaiwoir, Damien Locqueneux, Nathalie Van Tongelen (AUS, 2020, 1h36) 14,99 euros (DVD seulement, pas de sortie Blu-ray). Sortie le 23 juin 2021.

Le Carnet Vert

De François Gorin

« Aléatoire ». Passé par les Inrockuptibles, le journaliste de Télérama, François Gorin, est connu depuis près de trente ans pour ses critiques rock. Mais c’est aussi un écrivain, avec à son actif quelques romans, comme son tout premier, Le fil à couper le souffle (1988), suivi de Trompe-l’œil (1990). Plus récemment, il a publié Louise va encore sortir ce soir (2019). Jusqu’au début des années 2000, François Gorin a vécu avec ce carnet vert, dans lequel il notait tous ses numéros. Si les noms des personnes concernées ne sont pas divulgués dans ce nouveau livre, certains se voient consacrer un portrait dans le cadre d’un chapitre assez court. « [Ces noms] excitent encore l’envie ou le regret, la curiosité ou l’amusement. Ma liste a été constituée de façon quasi aléatoire », nous dit François Gorin. Il faut ouvrir ce Carnet Vert pour mieux saisir l’essence de ces rencontres qui font une vie.

Le Carnet Vert de François Gorin (Médiapop éditions), 124 pages, 12 euros.

Vintage Queen

De Saskia Goldschmidt

Fripes. Dans les années 1950, à Amsterdam, on suit le parcours de Koko. Son enfance est difficile. Sans père, elle doit vivre avec sa mère, une couturière qui fréquente des amants parfois violents. Alors, pour oublier, Koko s’enferme dans sa bulle et fabrique des vêtements pour ses poupées. À l’adolescence, elle se lance ensuite dans la vente de fripes qu’elle transforme. C’est un succès, et à 21 ans, elle ouvre sa propre boutique, avant de s’imposer comme « la reine du vintage » dans l’Europe des années 1970. Saskia Goldschmidt nous raconte avec beaucoup de talent le parcours victorieux d’une femme dans un monde d’hommes. Et c’est passionnant.

Vintage Queen de Saskia Goldschmidt, traduit du néerlandais par Emmanuelle Tardif (Les Presses de la cité), 396 pages, 21 euros (format « papier »), 15 euros (format numérique).

Un colosse

de Pascal Dessaint

Curiosité « Une curieuse ascension sociale, celle d’un paysan du XIXème siècle, au moment des grandes transformations industrielles. » C’est ainsi que l’éditeur Rivages présente le dernier livre de Pascal Dessaint. Né en 1847, Jean-Pierre Mazas  (1847-1901) est grand. Très grand même. Il mesure 2,20 mètres. Métayer, il devient lutteur, et se fait connaître dans les salles de spectacle de Toulouse sous le nom du Géant de Montastruc. Mais après un accident, il devient un phénomène de foire que l’on exhibe devant un public avide de sensations fortes. Ce qui finit par attirer l’attention d’Edouard Brissaud, un médecin, neurologue à La Salpêtrière, qui voit en lui une curiosité scientifique. Il en tire un ouvrage scientifique, co-signé avec Henry Meige, et intitulé Gigantisme et acromégalie (1895). Connu pour ses romans policiers, Pascal Dessaint dresse ici un portrait fouillé, et documenté, de Jean-Pierre Mazas.

Un colosse de Pascal Dessaint (Rivages), 112 pages, 14 euros (format « papier »), 12 euros (format numérique).

Un Beau Voyage

de Delphine Panique

Imaginaire. C’est vraiment à un beau voyage que nous convie Delphine Panique. En sa compagnie, on sillonne les mers pour rejoindre des îles incroyables, peuplées de créatures fantastiques. Privés de vent, un capitaine et son mousse Béber sont bloqués depuis plusieurs jours. Du coup, pour passer le temps, le capitaine raconte des histoires à Béber. Delphine Panique met ici en application les très beaux Voyages Immobiles (1991) d’Etienne Daho, et parvient à retenir notre attention sur 324 pages, sans baisse de régime. Le capitaine n’est jamais à court d’idées, et son imaginaire nous emmène bien loin. On se laisse porter par cette BD dont le ton se durcit, alors que le temps s’éternise, et que la faim commence à se faire sentir. Surtout que dans les cales du bateau, on ne sait pas très bien ce que prépare le cuisinier Jean-Pierre. Le trait de Delphine Panique est simple, dépouillé, laissant l’imaginaire du lecteur prendre facilement le dessus.

Un Beau Voyage de Delphine Panique (Misma), 324 pages, 19 euros. Le 16 avril 2021.

Les Fleurs de Cimetière

d’Edmond Baudoin

Autobiographie. Né le 23 avril 1942 à Nice, le dessinateur Edmond Baudoin affiche une carrière riche, qu’il a commencé en 1981 chez l’éditeur Futuropolis. En 1992, son talent a été récompensé par l’Alph-Art du meilleur album pour Couma acò [Comme ça – NDLR]. À 79 ans, il est donc de retour avec Les Fleurs de Cimetière. Edmond Baudoin se livre à une autobiographie, traitée sous différents angles. On y trouve des portraits de lui-même signés par des proches, des reprises de citations d’écrivains qu’il affectionne, mêlés à des souvenirs choisis. Il évoque ses parents, son frère Piero, avec qui il a beaucoup dessiné. Assoiffé de culture, il se tourne également vers l’écriture et la peinture. Edmond Baudoin raconte aussi les femmes, et les liens qu’il entretient avec elles. Si cette BD débute par ces mots «  j’écris sur quelqu’un qui va mourir inabouti  », on sait surtout combien le travail d’Edmond Baudoin est important.

Les Fleurs de Cimetière d’Edmond Baudoin (L’Association), 288 pages, 30 euros. Sortie le 4 juin 2021.

SPECTRE : Machines of Loving Grace

Para One

Trilogie. Depuis 2014, on attendait des nouvelles de Para One [Jean-Baptiste de Laubier – NDLR]. Ce producteur et DJ parisien vient de publier la première partie de SPECTRE, une trilogie qui débute donc avec ce Machines of Loving Grace. Les 11 titres de cet album sont aussi différents que possibles. Entre de la techno de Détroit et des percussions indonésiennes, entrecoupées de bandes originales de dessins animés japonais, Para One se livre à un grand écart aussi ambitieux que captivant. Le troisième extrait de ce disque, Sundial, est particulièrement réussi. Cet album sera suivi de Sanity, Madness & the Family, le premier long-métrage de Para One qui est, a priori, attendu pour septembre 2021. Un spectacle « live » est aussi espéré, selon l’évolution de la pandémie de Covid-19. On comprend mieux pourquoi ce projet a nécessité sept ans pour voir le jour.

SPECTRE : Machines of Loving Grace, Para One (Anima63), 29,99 euros (vinyle). Sortie le 11 juin 2021.

Voyager

Current Joys

Cinéma. Et de sept pour Current Joys, qui revient avec ce Voyager qui nous emmène aux antipodes, dans une quête aussi douce que sentimentale. Nicholas Foster Rattigan et sa voix plaintive feront nécessairement des ravages avec ce disque découpé en 16 morceaux. Difficile d’extraire un titre en particulier, même si, dès la première écoute le single American Honey, doux et planant, marque immédiatement les esprits. Très symphonique, Voyager pourrait être la bande originale d’un film dont l’histoire est structurée autour de rythmes qui donnent envie de prendre sa voiture et de rouler le plus loin possible, vers nulle part de préférence. Mais là où Rattigan excelle, c’est dans sa capacité à susciter des émotions, toutes plus fortes les unes que les autres. Entre cinéma, rock et pop, Current Joys mélange les genres, et va vous faire voyager pendant ce printemps 2021.

Voyager, Current Joys (Secretly Canadian), 12,99 euros (CD), 22,99 euros (vinyle).

Something for You

Vertical

Saint-Nazaire. Ils sont quatre, ils sont originaires de Saint-Nazaire, et ils ont créé Vertical en 2017. Avec Something for You, ce quatuor sort son premier album, organisé autour de 13 titres, marqués par des guitares ciselées et un sens du rythme entêtant. Dès la première écoute, Let It Go et sa pop-rock aérienne, teintée de new wave, emporte l’auditeur. Ce groupe nazairien composé de Sacha, Rémi, Thibault et Joris a publié dès le 9 avril 2021 un premier, et très bon, single : Dear Friend. Ce titre simple, presque évident, emporte très facilement l’adhésion. Au rayon des références, on pense aux Russes de Motorama, et à la voix du chanteur Vladislav Parshin. Pour les guitares, c’est du côté de Robert Smith, et de The Cure, que ça se passe. On pourrait aussi citer les Américains de DIIV, et leur leader, Zachary Cole Smith. Mais Vertical reste singulier. C’est pour ça qu’il faut absolument écouter ce premier album.

Something for You, Vertical (autoproduit), 9 euros (format numérique MP3 sur Bandcamp : https://vertical2.bandcamp.com/),

25 euros (vinyle + album numérique MP3).

Publié le

Monaco Hebdo