lundi 17 mai 2021
Accueil Culture L'Opéra Garnier à l'heure du jazz

L’Opéra Garnier à l’heure du jazz

Publié le

Diana Krall
Diana Krall © Photo D.R.

Du 21 au 24 novembre, la salle Garnier accueillera la 7ème édition du Monte-Carlo jazz festival. Avec cette année encore des pointures du genre?: Marcus Miller, Diana Krall, Manu Katche ou encore Pino Daniele.

Le swing résonnera pour la septième année consécutive sous les ors de l’Opéra Garnier. Pour présenter le cru 2012, le directeur artistique du Monte-Carlo Jazz festival, Jean-René Palacio, a vu les choses en grand en conviant lors de la conférence de presse le rutilant Keystone big band — orchestre de 17 musiciens parmi les meilleurs jazzmen parisiens, lyonnais et belges — et le pianiste Eric Legnini accompagné du chanteur et musicien anglais Hugh Coltman. Entre ces deux interludes musicales, le fondateur du festival monégasque a détaillé les quatre soirées de concerts prévues du 21 au 24 novembre prochain. Avec cette année encore, la crème de la crème des jazzmen internationaux.

Vétérans du jazz
Sonorités italiennes pour commencer avec l’artiste napolitain Pino Daniele le 21 novembre. « L’un des guitaristes préférés d’Eric Clapton », rappelle Jean-René Palacio a la particularité non seulement d’avoir appris son instrument en autodidacte mais aussi de mélanger dans ses compositions, du rock, de la soul, du funk, de la musique napolitaine et même quelques sonorités orientales. 35 ans de carrière à son actif et presque autant de disques. De quoi séduire le public italien très présent à Monaco. Le même soir, il partagera la scène avec la chanteuse américaine vivant à Paris, China Moses, qui n’est autre que la fille de la diva Dee Dee Bridgewater. Une « super performeuse », assure le directeur artistique qui présentera un spectacle autour d’une légende du blues?: Dinah Washington. Elle sera accompagnée sur scène du pianiste Raphaël Lemonnier.
Autre superstar du jazz le 22 novembre?: le batteur Manu Katche. L’ancien juré de la « Nouvelle star » sur M6 qui présentait également sur Arte une excellente émission musicale « One Shot not » — malheureusement non reconduite par la chaîne — peut se targuer d’avoir accompagné les plus grands groupes de la planète. Entre autres?: Dire Straits, Simple Minds, ou encore The Bee Gees. Egalement percussionniste de génie, il viendra présenter son nouvel opus avant de laisser la place sur scène, le même soir, à un vétéran du jazz, le pianiste et compositeur américain Chick Corea qui se produira en trio. 50 ans de carrière, pas moins de 18 Grammy awards… de quoi ravir les férus de jazz.

Krall
Ambiance intimiste et feutrée garantie le 23 novembre avec la chanteuse Diana Krall. Cette authentique jazzwoman venue du Canada — et formée notamment par l’ex-époux d’Ella Fitzgerald, le contrebassiste Ray Brown — fera résonner derrière son piano les morceaux de son dernier album fraîchement arrivé dans les bacs?: Glad rag doll. Le 24 novembre, le festival se clôturera en beauté avec deux têtes d’affiche?: d’abord le trompettiste d’origine libanaise Ibrahim Maalouf. Son originalité?: faire cohabiter harmonieusement musique soufie ottomane, jazz électro, musique des balkans et même… heavy metal, sa passion de jeunesse. Il viendra présenter son dernier opus très réussi Diagnostic avant de laisser la place à un habitué du Monte-Carlo jazz festival?: le bassiste de jazz fusion né à Brooklyn Marcus Miller. Celui qui avait régalé le public monégasque en 2008 en se produisant avec l’orchestre philharmonique de Monaco, le trompettiste Roy Hargrove et le guitariste Raul Midon, revient une nouvelle fois à la salle Garnier pour présenter son dernier album Renaissance. Album qui contient d’ailleurs une reprise très subtile d’un morceau de Michael Jackson I’ll be there.
Né en 2006, le Monte-Carlo jazz festival n’a désormais plus rien à envier à d’autres vétérans festivals de la Côte d’Azur. Ses forces?: des valeurs sûres du jazz programmées dans une période creuse et dans un décor d’exception. Décor qui doit incarner selon Jean-René Palacio, « un laboratoire d’inventivité, comme en témoignaient en leur temps les prestations de Ravel ou Diaghilev. »

Publié le

Article précédentLe cinéma, tout un art
Article suivantPlan social à Mecaplast??

Les plus lus

Trente et quarante, à voir le 15 mai 2021

Le prochain film issu de la programmation de l’institut audiovisuel de Monaco (IAM) s’intitule Trente et quarante.
Monaco Hebdo