vendredi 14 août 2020
Accueil Culture Le Poulpe, star du Rocher

Le Poulpe, star du Rocher

Publié le

l'artiste Huang Yong Ping
Pour l’équipe du musée, il s’agissait de reconstituer un puzzle dispersé en trois containers de 40 pieds, contenant 54 colis de 70 éléments. © Photo M. Dagnino.

Effet Damien Hirst, pour sa nouvelle exposition Méditerranée, le musée océanographique joue la carte de l’art contemporain en présentant Wu Zei, un poulpe de 2 tonnes et 25 mètres d’envergure, concocté par l’artiste Huang Yong Ping.

Depuis le 9 novembre, toute l’équipe du musée océanographique est à pied d’œuvre. Entièrement mobilisée pour monter Wu Zei, l’œuvre monumentale du Chinois mondialement connu, Huang Yong Ping, qui a débarqué à Monaco en pièces détachées. Pour l’équipe technique du musée, chapeautée par Joël Passeron, il s’agit en effet de reconstituer un puzzle dispersé en trois containers de 40 pieds, contenant 54 colis de 70 éléments. Travaillant d’arrache-pied jour et nuit, elle doit rattraper son retard. La commande tentaculaire du musée, que tout le monde a rebaptisé “Le poulpe”, a en effet été bloquée un long moment dans les docks de Fos-sur-mer, victime collatérale des tensions sociales liées à la réforme des retraites française.

Réflexion sur l’Homme et la nature

Après l’exposition Damien Hirst, qui a attiré 483?000 visiteurs sur les 616?000 venus sur le rocher en 2010, Wu Zei (qui signifie « noir » et « corrompre » en idéogramme) devrait prolonger le “réveil” du musée océanographique. Pour la petite histoire, c’est en décembre 2009 que sur le conseil de Marie-Claude Beaud, la pétillante “patronne” du Nouveau musée national de Monaco (NMNM), le directeur du musée océanographique Robert Calcagno a rencontré l’artiste contemporain chinois. A la chapelle de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, il découvre son Arche de Noé. Une installation où l’on retrouve bon nombre d’animaux (notamment un ours blanc, un mouflon, un oiseau et une girafe) dévorés par le feu et gisant au fond d’un bateau. « L’idée de cette installation m’est venue après l’incendie involontaire du magasin de taxidermie Deyrolle à Paris. Pour moi, c’est comme si tous ces animaux qui avaient échappé au déluge grâce à l’arche de Noé, n’avaient pas pu échapper à l’incendie », expliquait alors dans la presse Huang Yong Ping. Un artiste réputé pour livrer, à travers des fables imagées, sa réflexion sur l’Homme, ses travers et ses perversions.

« 6 mois de travail à temps plein »

Pour Robert Calcagno, c’est le coup de foudre. « J’ai été fasciné. J’ai invité l’artiste à visiter le musée océanographique. » C’est alors que ce noue un véritable « partenariat gagnant-gagnant » : « Huang Yong Ping a travaillé six mois à plein temps gratuitement pour réaliser Wu Zei, cette seiche hybride géante tandis que le musée finançait sa réalisation. L’œuvre appartient au musée le temps de l’exposition (soit 18 mois, ndlr). Et une fois celle-ci terminée, l’artiste et son galeriste la récupère. S’ils vendent Wu Zei, ils rembourseront son coût. » Un coût encore secret puisque Robert Calcagno s’est borné à parler de « plusieurs centaines de milliers d’euros ». On sait juste que le musée a pu modérer le budget avec une réalisation en Chine, dans un hangar près de Shanghai, où la main d’œuvre est moins chère?: « Dans un premier temps, nous avions pensé à réaliser Wu Zei à proximité mais les devis étaient abominablement coûteux, évalués à plus d’un million d’euros?! »

Le musée a pu de plus compter sur un financement privé. Le 12 novembre, Robert Calcagno a en effet signé un partenariat avec la Compagnie monégasque de banque (CMB). A l’origine de ce partenariat?: Werner Peyer, administrateur délégué de la CMB. A son arrivée à Monaco, il y a un an, ce Suisse, amateur d’art, a voulu adhérer à l’association des amis du musée. C’était sans savoir qu’étonnamment, une telle association, pour une vieille dame qui fête ses 100 ans en 2010… n’existait pas. D’ailleurs, après avoir mis en œuvre un partenariat de 3 années, Werner Peyer devrait faire sans doute un coup double sur le long terme?: le musée océanographique pourrait bien se doter d’une association regroupant ses bienfaiteurs dès le deuxième trimestre 2011. Il était temps.

Expo gratis le 19 novembre
Wu Zei ne représente que la gigantesque entrée en matière de l’exposition « Méditerranée », inaugurée le 18 novembre. Pour cette expo environnementale, l’objectif est de sensibiliser les visiteurs à la fragilité de cette « mer au milieu des terres », vaste étendue de 2,5 millions de km2 aux confluences de l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Et pour sensibiliser, rien ne vaut l’originalité?: le musée propose de venir voir danser les méduses, en présentant un ballet d’Aurélia aurita, au sein d’un aquarium conçu pour l’occasion. Des facettes de la mer Méditerranée que Monégasques, résidents et salariés de Monaco pourront découvrir en avant première et gratuitement le 19 novembre, lors d’une journée portes ouvertes.

Musée océanographique. Ouvert tous les jours. Renseignements?: 93 15 36 00.

Publié le

Les plus lus

Bachir Néhar : « Je me suis engagé avec Vadim Vasilyev »

0
Figure emblématique et intendant de l’ASM depuis 2004, Bachir Néhar a décidé de quitter son club de cœur après 16 ans de bons et loyaux services.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!