samedi 22 janvier 2022
AccueilCultureLa pauvre ouvrière et la femme du patron s'aiment

La pauvre ouvrière et la femme du patron s’aiment

Publié le

Sziget Festival en Hongrie
Côté rock, électro et world, le très réputé Sziget, en Hongrie, aligne The Chemical Brothers et autres The National. © Photo Sziget Festival

Hors festival, voici Iris, chorégraphié pour le Cirque du Soleil par Philippe Decouflé, sur le thème du cinéma. Les représentations démarrent fin juillet au Kodak Theatre de Los Angeles et devraient durer longtemps si le succès est au rendez-vous. Au rayon des festivals, on pourra tenter le décalage avec le Festival du chant de marin, à Paimpol (Côtes d’Armor), du 12 au 14 août. Pour attirer le chaland, l’affiche promet Simple Mind et Sinead O’connor. Mais le plus intéressant aura lieu sur les quais du port, où des chorales de marins venues de tout le monde celte, auxquelles se joindront les poivrots locaux, donneront des chants à fendre l’âme. L’opéra sans chichis vous tente?? Filez aux arènes de Vérone, qui débite du lyrique intemporel au kilomètre. De l’Aida, du Nabucco, de La Bohème, sans recherche de mise en scène particulière. Sinon?? Salzbourg, bien sûr. La trilogie mozartienne (Les Noces, Don Giovanni et Cosí) dans une mise en scène de Claus Guth aussi austère que captivante. Et La Femme sans ombre, de Richard Strauss?: la nouvelle production sous la baguette de Christian Thielemann promet d’être éblouissante. Côté rock, électro et world, le très réputé Sziget, en Hongrie, aligne The Chemical Brothers et autres The National (8 au 15 août) mais il faudra compter aussi avec le festival suisse et rock For Noise (18 au 18 août à Pully-Lausanne)?: têtes d’affiche moins connues mais programmation plus pointue, comme le contre-ténor pop Wild Beasts ou les New-Yorkais de The Antlers. Enfin, côté théâtre, on ne saurait oublier le Théâtre du Peuple, à Bussang, en pleine forêt vosgienne. On y jouera Le Brame des biches, mélodrame plein d’humour, bâti sur la passion qui unit Mathilde, la femme du patron, et Clara, la pauvre ouvrière. Préparez vos mouchoirs.

Publié le

Monaco Hebdo