dimanche 24 octobre 2021
AccueilAutoSuzuki Swift Sport hybride Changement de trajectoire

Suzuki Swift Sport hybride Changement de trajectoire

Publié le

La nouvelle mouture de la Swift Sport embarque un système micro-hybride pour obéir aux nouvelles normes et, au passage, perd du caractère, pour un tarif qui débute à 22 100 euros. Monaco Hebdo l’a testée pour vous.

Décidément, les normes antipollution européennes remettent en question les choix de nombreux constructeurs automobiles. Cette norme contraignante oblige les constructeurs automobiles à réduire la puissance des moteurs thermiques. Cependant arrivées à un certain stade, les solutions, encore viables il y a quelques années, sont aujourd’hui inefficaces et les constructeurs doivent trouver de nouvelles solutions pour ne pas contraindre leurs véhicules à un malus plus ou moins important.

La plupart des marques proposent des moteurs de moins en moins polluants mais à force de rogner, il faut passer à une autre solution : celle de la micro-hybridation. C’est le cas de la quatrième génération de la Swift Sport Suzuki qui se targuait de développer 140 chevaux grâce à un moteur 100 % thermique et qui a dû changer de trajectoire. La solution miracle : une hybridation légère qui met un terme à la fabrication la Swift 100 % thermique. Cette évolution concerne également l’ensemble des modèles de la marque. Une électrification massive pour pouvoir vendre ses modèles en Europe.

La petite sportive rentre dans le rang et propose désormais un moteur de 129 chevaux qui équipe également le S-Cross et le Vitara épaulé par un système SHVS 48V qui regroupe un alterno-démarreur, une batterie lithium-ion et un convertisseur. Le principe est simple : l’énergie est récupérée dans les phases de freinage, stockée puis redistribuée lors des phases de démarrage et d’accélération.

© Photo Suzuki

Moins de puissance, mais moins gourmande

La greffe « électrique » alourdit l’ensemble. La Swift prend au passage 50 kg supplémentaires et 11 chevaux rentrent définitivement à l’écurie. L’équation ainsi formulée met à mal les performances de l’auto. Elle ne perd pas moins d’une seconde sur le 0 à 100 km/h. Peut-on considérer cette perte de vitesse comme un défaut ? Pas vraiment, car dans cette nouvelle ère dédiée à l’électrique la puissance n’est plus la seule valeur à prendre en compte. Il faut surtout surveiller la jauge. Cette dernière se comporte très bien. La Swift Sport consomme 5,6 l/100 km, autrement dit 0,9 litre de moins que la version thermique. Un point positif qui correspond au cahier des charges des hybrides car en vérité, c’est bien ce que l’on demande à un véhicule hybride : une baisse de la consommation.

© Photo Suzuki

Un châssis équilibré

Le châssis a subi quelques modifications pour supporter d’une part la prise de poids et la nouvelle répartition des masses. Les suspensions ont été retravaillées pour compenser les kilos supplémentaires. L’auto réussit à garder un équilibre très rassurant. Bien installés dans le siège baquet, nous sommes prêts à une démonstration un tantinet sportive. Mais nos attentes ont été douchées. La spontanéité du moteur et le caractère dynamique de la version thermique de 140 chevaux se sont évanouis pour laisser la place à, certes, du couple en bas régime, mais surtout à un manque d’énergie lorsque l’aiguille titille la partie supérieure du compte-tours. On fera donc une croix sur les sensations au profit d’une conduite linéaire qui privilégie le couple. On se contentera d’un look plutôt sportif qui n’affiche pas son côté « hybride ». À l’intérieur, on retrouve un système multimédia vieillissant qui mériterait un coup de jeune. Il faudra chercher des qualités du côté de l’habitabilité et du volume du coffre de 265 litres. Sur le marché français elle aura fort à faire avec la concurrence, comme sa cousine coréenne la Kia Rio qui met en avant sa finition et la Ford Fiesta 1.0 Ecoboost 125 MHEV dont l’habitabilité et le dynamisme sont les points forts. Moins véloce mais plus sobre, cette Swift Sport ne sera pas une voiture dite de caractère mais plutôt économique et polyvalente. Elle passe du statut de GTI à celui de citadine homogène. Un changement dans l’air du temps. 

Note globale : 3/5

Les plus

  • Châssis équilibré
  • Consommation maîtrisée
  • Micro-hybridation réussie

Les moins

  • Un manque de caractère 
  • Tarif à la hausse

Publié le

Monaco Hebdo