dimanche 28 février 2021
Accueil Actualités La Suzuki Ignis se plie en quatre

La Suzuki Ignis se plie en quatre

Publié le

L’Ignis revient sur le marché, avec un look de baroudeuse, une nouvelle motorisation essence, et microhybride. 

Monaco Hebdo a testé son originale version Allgrip à quatre roues motrices. L’Ignis s’affiche entre 14 540 et 18 810 euros.

La citadine du constructeur japonais Suzuki n’a reçu son nom définitif qu’à partir de 2003. Mais c’est en 2015 qu’elle a adopté une carrosserie originale et moderne. Malgré son look réussi, la petite Suzuki est restée confidentielle en France, en marge des citadines européennes. Alors, pour se faire mieux remarquer, l’Ignis renforce son look de baroudeuse et emprunte à sa sœur Jimny sa calandre au style des jeep américaines. Elle se dote de barres de toit et d’un pare-chocs en forme de pare-buffle. Le style se veut résolument orienté 4×4 avec en prime un côté trapu. D’ailleurs, l’Ignis se targue, comme la Fiat Panda, d’avoir à son catalogue une version à transmission intégrale Allgrip. Parée de ses nouvelles attributions, l’Ignis saura-t’elle conquérir les acheteurs ? 

suzuki ignis hybrid arriere
© Suzuki

Hybridation légère

La Suzuki Ignis se dote d’une micro-hybridation venant compléter le bloc thermique 1,2 Dualjet de 83 chevaux. Cette hybridation « légère » ne fonctionne pas comme celle de Toyota (autonomie électrique 2 ou 3 kilomètres), et encore moins comme les hybrides rechargeables (autonomie entre 30 et 50 kilomètres). L’alterno-démarreur de 12 volts n’est là que pour donner un petit coup de fouet au moteur thermique. En aucun cas vous ne pourrez manœuvrer ou faire les premiers mètres en tout électrique comme le font les Yaris et Clio. Le système récupère l’énergie dépensée lors des phases de décélérations pour la restituer lors des phases de décollage, il privilégie donc les trajets en ville qui sont une succession de phases de freinage et de redémarrage. Cette unique motorisation micro-hybride est disponible en version 2 roues motrices, en boîte mécanique ou CVT, et aussi dans l’originale version Allgrip à quatre roues motrices (et boîte manuelle uniquement), idéale en hiver sur les routes glissantes de l’arrière-pays. Mais n’en attendez pas une voiture nerveuse : elle peine dans les relances, peu aidée par une boîte aux rapports trop longs. Le phénomène est surtout sensible sur les voies rapides. En ville, au contraire, l’Ignis Allgrip est agile et agréable, bien aidée par un rayon de braquage court, et sa consommation reste raisonnable. Heureusement car le petit réservoir de 30 litres limitera un peu votre autonomie.

suzuki ignis hybrid intérieur
© Suzuki

Bien équipée

Côté espace, avec ses 3,70 mètres de long (entre les 3,62 d’une Twingo et les environ 4 mètres des Clio et 208), la citadine 5 portes joue dans la cour du petit poucet. Elle propose cependant une garde au toit assez haute qui permet aux passagers arrière d’être à l’aise. La version de base a une banquette trois places, mais les versions Privilège et Pack disposent de deux sièges, coulissants, bien pratiques pour augmenter le volume du coffre, mais limitant le nombre de passagers à quatre… Dans l’habitacle, la présentation est sympathique, même si les plastiques durs gâchent un peu l’ambiance. La planche de bord a été revue avec en prime de nouveaux compteurs très lisibles sur fond blanc. L’écran tactile est placé au milieu, il est facile d’accès pour le conducteur. Il est bien sûr compatible Apple Carplay et Android Auto. Climatisation automatique, système anti-collision (un peu trop prévenant…), caméra de recul et ouverture sans clé complètent la dotation de la version Pack. Sympathique, originale et bien équipée, l’Ignis affiche des tarifs d’accès dans la fourchette haute de ses concurrentes Twingo,108, Picanto ou Panda. Mais sa version Allgrip est intéressante pour nos montagnards. L’Ignis fera valoir une bonne valeur de revente : ce qui est rare et original se revend généralement mieux. Ce sera encore plus vrai pour sa variante Allgrip.

Note globale : 3 sur 5

Les plus :

  • Style original 
  • Version 4 roues motrices
  • Rayon de braquage
  • Bon équipement

Les moins :

  • Manque de nervosité
  • Petit réservoir 
  • Prix un peu élevés 

Publié le

Les plus lus

Prince Albert II de Monaco interview

Albert II : « Cette période de crise sanitaire est un signal...

Dans une longue interview accordée à Monaco Hebdo, le prince Albert II s’est exprimé sur les sujets qui font l’actualité de la principauté.

Tomoko Nagao et Robi Walters à Monaco

Le Ford Puma revient dans la course

Monaco Hebdo