samedi 15 août 2020
Accueil Auto Skoda Kamiq Le nouveau SUV compact

Skoda Kamiq Le nouveau SUV compact

Publié le

Après les Kodiaq et Karoq lancés récemment, c’est le plus compact Kamiq qui vient compléter la gamme de SUV du constructeur tchèque. Comme souvent chez Skoda, il se positionne entre deux segments, en tentant d’offrir l’habitabilité et les équipements du segment supérieur. La gamme démarre à 19 870 euros et Monaco Hebdo a pu rouler avec.

Skoda est en plein essor depuis plusieurs années. Après sa reprise en 1990 par Volkswagen Group, cette marque n’a cessé de progresser en élargissant sa gamme et en augmentant ses standards de qualité. Les volumes de vente ont suivi, Skoda est devenue la première marque importée en Allemagne et dans de nombreux pays d’Europe, devant Renault et Peugeot. En Chine aussi, Skoda marche fort avec une image en béton. Le maître-mot du succès de Skoda, c’est le sérieux (qui a dit trop sérieux ?), avec une qualité de fabrication très premium, une habitabilité du segment supérieur, et plein de petites astuces qui rendent la vie à bord plus facile.

© Photo Skoda

Espace et bienveillance

Le nouveau Kamiq saura-t’il répondre aux attentes de la clientèle Skoda ? D’un point de vue esthétique, il semble bien armé avec ses volumes bien équilibrés, et son air trapu et solide. Il est suffisamment original pour être remarqué et ne pas être confondu avec ses concurrents, mais sans les excès de fioritures de certains, ce qui lui permettra de préserver une certaine intemporalité. Techniquement proche des SEAT Arona et Volkswagen T-Cross, il est plus long d’une dizaine de centimètres. Avec 4,24 mètres, il est également plus long que ses rivaux français Citroën C3 Aircross (4,15 mètres) et Renault Captur (4,22 mètres). L’habitabilité du Kamiq est très satisfaisante, notamment aux places arrière, très généreuses. En revanche, le coffre, avec 400 litres, ne dépasse pas ses concurrents. Skoda nous avait habitués à mieux avec les immenses soutes des Octavia et Superb, et nous restons un peu sur notre faim. D’autant que la banquette n’est pas coulissante, contrairement à la plupart des rivaux. En revanche, les petites astuces typiques de la marque tchèque sont bien présentes : grattoir anti-givre dans la trappe à essence, poubelle dans la portière conducteur, entonnoir dans le couvercle du réservoir de lave-glace. Plus important encore, la qualité de présentation est très satisfaisante, comme toujours chez Skoda. Sans chichi, certes, mais l’ambiance est très agréable. La planche de bord intègre une dalle numérique de 9,2 pouces. En face du conducteur, l’instrumentation est 100 % numérique. Quatre niveaux de finition sont proposés : Active, Ambition, Business et Style.

© Photo Skoda

Rassurant et homogène

Au volant, le Kamiq ne déroutera personne, surtout pas les possesseurs de ses rivaux techniques que sont les T-Cross et Arona. Il est à la fois rassurant et homogène. La version 1.0 TSI 95 chevaux constitue une entrée de gamme déjà très correcte. Nous avons essayé la version 1.0 TSI 116 chevaux avec la boîte automatique double embrayage DSG. Ce moteur à trois cylindres s’en sort bien, les reprises sont franches, les changements de vitesses sont très agréables, même si le mode automatique est davantage réglé pour la consommation que pour la nervosité. Il suffit de sélectionner le mode sport, ou le mode manuel avec les palettes, pour avoir des sensations plus dynamiques. Mais dans ce cas au détriment de la sobriété : sur les petites routes sinueuses de l’arrière-pays et avec un pied droit sans doute un peu lourd, nous nous sommes surpris à atteindre des valeurs bien loin des 5 à 6 litres aux 100 km que vous obtiendrez en conduite économique. En conclusion, le Kamiq est une réussite. Il saura satisfaire les fidèles de Skoda comme les clients de conquête. Sans bouleverser le marché, ni écraser les ténors de la catégorie, il se montre très homogène, sans vrai défaut, avec un look séduisant et un bon rapport qualité/prix, à partir de 19 870 euros.

Note Globale : 3,5/5

Les Plus

Bien construit 

Spacieux

Comportement équilibré

Rapport qualité/prix

Les Moins

Pas de banquette coulissante

Publié le

Les plus lus

Bachir Néhar : « Je me suis engagé avec Vadim Vasilyev »

0
Figure emblématique et intendant de l’ASM depuis 2004, Bachir Néhar a décidé de quitter son club de cœur après 16 ans de bons et loyaux services.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!