jeudi 9 décembre 2021
AccueilAutoSkoda Enyaq IV : Dans la cour des grands

Skoda Enyaq IV : Dans la cour des grands

Publié le

C’est tout nouveau pour Skoda : voici un SUV électrique familial, spacieux et confortable. Avec 537 kilomètres d’autonomie pour la version 80, l’Enyaq vise haut, et souhaite conquérir de nouvelles parts de marché français, avec un prix qui débute à 47 770 euros.

Le constructeur tchèque se lance dans la course âprement disputée des SUV électriques. Il faut dire que les délais pour passer du SUV thermique à celui qui sera entièrement électrique deviennent de plus en plus courts. La date butoir a été fixée à l’année 2030. D’ici là, tous les constructeurs mettent les bouchées doubles pour respecter cette échéance qui sera fatale pour le thermique. Dans cette optique, Skoda propose donc un SUV 100 % électrique qui, concrètement, montre les ambitions du tchèque dans le monde de l’électro mobilité. Il faut dire que la marque de l’Europe de l’Est créée en 1895 a subi quelques transformations dont la plus récente a été son rachat par le groupe Volkswagen en 1991. Depuis cette date, l’évolution a été très importante.

© Photo Skoda

Familial pour séduire

Skoda, qui n’était aux yeux de la plupart d’entre nous qu’une marque bas de gamme presque inconnue, s’est métamorphosée depuis le début des années 1990. Avec des modèles comme la Fabia, l’Octavia ou la Superb, le succès est au rendez-vous. Les modèles sont modernes, fiables, bien équipés et surtout il y a la qualité allemande du groupe VW qui redore le blason de la marque tchèque. Skoda se vend bien en Europe et multiplie les modèles. La marque tchèque a su trouver sa place au sein du groupe VW, et son style. Désormais, elle trace son chemin et suit les nouvelles tendances et les nouvelles normes qui imposent un passage vers l’électrique. Le nouveau SUV Enyaq souhaite mettre en avant le côté familial du modèle. Ce nouveau modèle s’accompagne d’un arsenal offensif pour conquérir le marché français. Les points de vente vont être multipliés pour espérer atteindre un volume de vente de 3 000 voitures en 2021. À l’horizon 2025, la marque s’est fixée comme objectif : 3,6 % de part de marché. Mais quels sont les atouts pour que ce SUV tout nouveau puisse conquérir le marché hexagonal ? Le principal, qui en fait un SUV intéressant pour les grandes familles, c’est son gabarit. Il atteint les 4,65 mètres de long pour 1,62 mètre de haut, avec un coffre de 585 litres.

© Photo Skoda

Du style et des rangements

Côté design, il a une vraie signature stylistique avec une face avant dynamique, soulignée par une bande lumineuse, une poupe qui est moins personnalisée et qui s’apparente à l’esprit du groupe VW. À l’intérieur, la sobriété est de mise. Seul l’écran central se détache sur la planche de bord. Avec ses 13 pouces, la tablette centrale est imposante. Elle est disponible à partir de la finition 60. Ce sera un 10 pouces pour la finition 50. On notera un écran digital face au conducteur assez petit de 5,3 pouces qui paraît bien étriqué face à la tablette. Le point fort de cet habitacle, et qui est l’une des spécialités de Skoda, ce sont ses nombreux rangements souvent volumineux et le fameux parapluie qui vient s’encastrer dans la porte du conducteur. Dès que le conducteur entre dans le véhicule, ce dernier le reconnaît et enclenche les réglages prédéfinis par ce même conducteur. Une fois la position D enclenchée, le SUV file sans bruit grâce à ses 204 chevaux disponibles sur la finition 80. Pour les finitions inférieures 50 et 60, il faudra de se contenter de 150 et 180 chevaux délivrés par un seul moteur électrique placé sur le train arrière. L’autonomie varie en fonction de la finition, elle va de 362 à 537 kilomètres. Dans tous les cas, la vitesse est bridée à 160 km/h. Deux nouvelles versions arriveront sur le marché à la fin de l’année, un Enyaq quatre roues motrices et un modèle RS qui pourra atteindre les 180 km/h. En conduite, le poids de 2,3 tonnes ne se fait pas trop sentir seulement sur les phases de freinage un peu soutenues. Le poids n’entraîne pas de roulis excessif et la tenue de route est très correcte. Même si le Enyaq n’est pas un boulet de canon, surtout lors des reprises, il est très à l’aise lorsque l’allure est régulière. Côté concurrence, les combattants sont rares, à part l’ID4 qui partage sa plate-forme avec l’Enyaq. Spacieuse, facile à conduire, économique, dotée d’un design contemporain, l’Enyaq a sa place parmi les SUV familiaux.

Note globale : 3/5

Les plus

  • Espace à bord
  • Coffre 
  • Finition

Les moins

  • Poids 
  • Dynamisme
  • Info divertissement lent

Publié le

Monaco Hebdo