vendredi 14 août 2020
Accueil Auto Seat, la jeune marque en grande forme !

Seat, la jeune marque en grande forme !

Publié le

Grosse offensive depuis 2017 chez le constructeur espagnol : trois nouveaux SUV, le renouvellement des best sellers Ibiza et maintenant Leon : il n’en fallait pas moins pour augmenter fortement les parts de marché de Seat. La quatrième génération de Leon vient d’être lancée, et Monaco Hebdo a pu essayer la version 1.5 e-TSI 150 chevaux micro-hybride. Elle est proposée à 29 900 euros.

Implantée à Barcelone depuis 1960, la firme espagnole a d’abord assemblé des Fiat italiennes sur un marché ibérique très fermé jusqu’à l’intégration dans l’Union européenne. Rachetée en 1982 par Volkswagen Group, elle s’est positionnée ensuite avec une gamme de petites et moyennes voitures au design latin et avec une bonne dose de rigueur germanique, les Ibiza et Leon étant de loin les deux modèles les plus vendus. Après des moments un peu difficiles dans les années 2000, le groupe Volkswagen a accordé des investissements lourds pour que sa filiale espagnole renoue avec le succès. Nouvelles équipes (avec à sa tête un certain Luca de Meo qui prend maintenant la tête du groupe Renault), grandes ambitions, grands moyens, et maintenant grand succès, avec une très belle progression sur tous les fronts — qualité, image, volumes. La gamme a été élargie avec trois nouveaux SUV (Ateca, Arona, Tarraco), et la nouvelle Leon arrive maintenant.

© Photo Seat

Intemporelle

Depuis 1999, la Leon est la ‘compacte’ de la gamme, comprenez une concurrente des Golf, 308 et Megane. La quatrième génération arrive, totalement renouvelée. Elle a un peu grandi, sa longueur passe à 4,37 m (+11 cm) et son design a été très soigné : style latin, courbes sensuelles, certains y verront des airs de Mazda 3 ou Volvo V40. La nouvelle Leon est vraiment réussie : suffisamment originale pour plaire à son public, et en même temps classique pour être intemporelle. A l’intérieur aussi, il y a du changement grâce au passage au numérique. L’aspect est très moderne, la finition est de très belle qualité, et n’a pas grand-chose à envier aux concurrentes plus coûteuses que sont les premiums allemandes Audi A3 ou BMW Série 1. L’ergonomie des commandes est facile, même si les nouveaux écrans et le système multimedia demandent, ici comme ailleurs, un temps d’adaptation. Le levier de vitesse en forme de joystick fait aussi son petit effet. L’habitabilité est très convenable, le coffre aussi, avec un volume de 380 litres, inchangé par rapport à l’ancien modèle. Sur la route, la nouvelle Leon a un comportement dynamique. Sans être aussi incisive qu’une Peugeot 308, elle est très agréable à conduire. Les suspensions filtrent correctement les inégalités, même si les grandes roues ne sont pas les meilleures alliées du confort. La gamme dispose d’un choix de cinq motorisations, dont deux diesel 2 litres TDI de 110 et 150 chevaux.

© Photo Seat

Pourquoi dépenser plus ?

Côté essence, c’est un trois cylindres de 110 chevaux (que nous n’avons pas essayé cette fois-ci mais qui avait été convaincant sur l’ancienne génération et sur d’autres modèles du groupe Volkswagen), ou un quatre cylindres 1,5 litres de 150 chevaux, disponible également en micro hybride. Celui-ci se nomme e-TSI, il est associé à une boîte automatique double embrayage DSG. Mais quel est l’intérêt d’opter pour une micro hybride ? Ce système, qui intègre un circuit électrique 48 V et l’alterno-démarreur, permet d’obtenir un gain de puissance à l’accélération. Et surtout il limite la consommation de carburant en ville. Pour faire baisser encore davantage cette consommation, le moteur est doté d’un système de désactivation de cylindres, dans le cas présent deux maximum. Un mode roue-libre s’enclenche à la décélération. Bardée de technologie, cette Leon met en avant ses atouts, gérés électroniquement sans que le conducteur n’intervienne. Ce moteur est très agréable, sans être une « bombe » (les versions Cupra arriveront !). Quatre niveaux de finition sont proposés : Référence à partir de 21 370 euros, Style (mieux équipée pour 2 300 euros de plus), Xcellence (un peu luxueuse) et FR (au look sportif). Le rapport prix/équipements est très bon, un des meilleurs de la catégorie. Une version Sportstourer, assimilable à un break, allongée de 27 cm au bénéfice du coffre (617 litres au lieu de 380), est proposée pour 1 500 euros de plus. En conclusion, Seat frappe fort avec cette nouvelle Leon : belle, moderne, efficace, sans vrai défaut et très compétitive dans sa catégorie.

Note globale : 3,5/5

Les Plus

Ligne et intérieur réussis

Moteur souple et sobre

Agrément de conduite

Rapport qualité/prix

Les Moins

Système multimédia pas assez intuitif

Un peu plus encombrante 

Publié le

Les plus lus

Retour sur les rings pour Christ Esabe

0
Après cinq mois d’interruption en raison du coronavirus, la pratique des sports de combat est de nouveau autorisée en France.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!