dimanche 19 septembre 2021
AccueilAutoLe SUV Renault Arkana fait un carton plein

Le SUV Renault Arkana fait un carton plein

Publié le

Renault semble à la conquête d’une clientèle avide de nouveautés, sans être trop déstabilisée. Le Renault Arkana fait partie de cette catégorie de véhicule hybride qui coche les bonnes cases dans tous les domaines, pour un tarif débutant à 31 900 euros.

Monaco Hebdo a pu rouler avec. On vous raconte.

Avec son nouveau SUV baptisé Arkana, Renault s’implique un peu plus dans le monde de l’hybridation. Après des hésitations pour évaluer le futur de la marque sur l’hybride et l’électrique, la marque au losange s’investit désormais fortement dans l’hybridation pour, d’une part, ne pas se faire distancer par les concurrents et, d’autre part, proposer le plus rapidement possible des véhicules fiables à la fois hybrides, hybrides rechargeables et électriques. Renault avait déjà mis un pied dans le monde de l’électrique en produisant la Zoe, une citadine qui a rencontré son public. Mais il fallait surtout avancer sur l’hybridation. Avec l’apparition de l’Arkana à la fois hybride et thermique, Renault vient chatouiller les autres marques dans le cercle de plus en plus large de l’hybridation. Le crossover commercialisé en Europe repose sur une plateforme de Clio V. L’Arkana est produite en Corée du Sud par Samsung Motors. En Corée, elle porte le nom de Samsung XM3 et est arrivée sur le marché asiatique depuis l’année dernière. En Europe, on la retrouve sous le nom d’Arkana sauf pour certains pays de l’est où l’Arkana est vendue sous le nom de Mégane Conquest. Pour le marché russe, les choses sont encore différentes, car c’est sur une base de Dacia Duster II que l’Arkana sera vendue. L’Arkana fait partie des nouveaux produits lancés sous l’ère Luca de Meo, le nouveau big boss de Renault remplaçant depuis 2020 Carlos Ghosn. En France, l’Arkana est proposée en hybride simple. Un choix assumé qui correspond à la nouvelle définition de l’automobile : plus propre, plus silencieuse et qui doit se plier aux exigences des nouvelles normes européennes. D’ailleurs, dès les premières commandes, l’Arkana hybride rafle la mise, confortant Renault dans son idée de proposer de l’hybride.

© Photo Renault

Une conception soignée

La ligne fluide et dynamique n’est pas sans rappeler le style d’une BMW X4. À l’intérieur, l’espace est intéressant, car le volume du coffre n’est pas amputé par les batteries. Le choix assumé d’une hybridation simple permet de préserver le volume mais aussi de limiter à la hausse un tarif qui peut très vite s’envoler. La batterie est judicieusement placée sous le train arrière, permettant ainsi de préserver de l’espace habitable et notamment à l’arrière. Les passagers assis à l’arrière apprécieront aussi l’espace aux jambes et à la tête même si, de l’extérieur, le style plongeant de l’Arkana donne l’impression que les grands gabarits seront gênés en hauteur. À l’intérieur, pas de grandes révolutions, l’habitacle reprend celui du Captur Massive. On retrouve la dalle numérique placée au milieu de la planche de bord qui n’a, malheureusement pas reçu les modifications nécessaires pour être plus performante.

© Photo Renault

Un comportement rassurant

Sous le capot, le quatre cylindres 1,6 litre d’origine Nissan est secondé par deux moteurs électriques, alimentés par une batterie lithium-ion de 1,2 kWh. Le tout développe 145 chevaux envoyés aux roues avant par une boîte à crabots robotisée à la sauce Renault. Le mode B de la boîte de vitesses permet une régénération plus intense afin de récupérer de l’énergie plus rapidement. Sur la route, le surplus de poids d’une centaine de kilos par rapport à la version thermique ne se fait pas trop sentir sur le comportement de l’auto. D’ailleurs, les sensations de confort et de dynamisme sont très agréables. On notera tout de même une direction un peu floue pour une conduite un peu soutenue. La bonne surprise se situe sur la jauge à essence. Après un parcours mixte de ville et de campagne, l’Arkana reste sobre et consomme environ 5,5 l aux 100 kilomètres, une consommation similaire à celle d’une auto diesel. Avec le SUV coupé Arkana, Renault semble seul sur un créneau porteur et qui attire encore peu de marques. Il aura tout de même en face de lui le CH-R Toyota mais qui est plus court. L’Audi Q3 Sportback hybride pourrait faire l’affaire, mais il est proposé en hybride rechargeable. Il faut se tourner du côté du Ford Kuga et Tucson Hyundai qui sont plus chers. L’Arkana a donc un boulevard devant lui pour conquérir une clientèle à la recherche de performance, de volume et de style affirmé.

Note globale : 3/5

Les plus

  • Tarif intéressant
  • Habitabilité
  • Moteur économique

Les moins

  • Une dalle numérique lente 
  • Direction un peu floue

Publié le

Monaco Hebdo