mardi 26 octobre 2021
AccueilAutoOPEL CORSA GS Line La plus sportive des nouvelles Corsa

OPEL CORSA GS Line La plus sportive des nouvelles Corsa

Publié le

La 6ème génération de l’Opel Corsa vient d’être présentée, avec une gamme complète à partir de 14 600 euros et intégrant même une version 100 % électrique.

Monaco Hebdo a testé sa version essence 130 chevaux, nommée GS Line, affichée à 22 100 euros.

Opel est presque le plus ancien des constructeurs allemands, produisant des automobiles depuis 1899. Absorbé par l’américain General Motors en 1929, Opel AG est sous tutelle française depuis son acquisition par Peugeot SA fin 2017. Malgré une bonne réputation de qualité et de robustesse, Opel a souffert de la fin de l’ère General Motors qui avait mis à la disette sa filiale européenne et freiné certains renouvellements produits. Mais tout change avec l’arrivée de PSA et un plan d’investissement costaud, destiné à mettre la nouvelle filiale allemande du groupe français sur la voie d’une croissance profitable.

Généreuse

Heureusement, tout change, la toute nouvelle Corsa est très réussie. Reprenant à son compte l’architecture technologique CMP de la toute jeune Peugeot 208, elle mise autant sur son physique favorable que sur ses qualités réelles, le tout pour un prix compétitif. Est-elle moins chère que sa cousine 208 ? Oui, les tarifs affichés sont 800 à 1 500 euros plus bas à équipement égal. Et, sans revendiquer le sex-appeal de la française, elle offre des qualités très proches. Les dimensions sont très voisines de ses concurrentes avec une longueur de 4,06 mètres. Tout comme la 208… Les stylistes d’Opel ont bien travaillé en offrant à la nouvelle Corsa une belle élégance, discrète (trop discrète ?), tout en soignant l’aérodynamique, ce qui est bénéfique pour le rendement énergétique. A l’intérieur, l’ambiance est plus “germanique” que dans sa cousine Peugeot 208 : comprenez plus sobre et plus classique, moins futuriste que les dernières productions sochaliennes. En effet, la rationalité l’emporte : planche de bord sobre et épurée, qualité soignée, ajustements précis. L’écran tactile, de 7 à 10 pouces selon la finition, est bien placé, légèrement orienté vers le conducteur. Chez Opel, on a conservé des boutons de commandes, que pour notre part nous trouvons plus faciles à utiliser que les touches d’écran entièrement digitales. Sur notre finition GS Line, nous avons droit à une présentation plus sportive, comprenez avec des inserts rouges et des sièges alvéolés spécifiques. Côté équipement, cette nouvelle Corsa est généreuse ; on trouve, selon le niveau de finition, l’aide active au maintien de voie, le système de freinage d’urgence fonctionnant avec radar, le système de surveillance latérale à capteurs et la caméra de recul panoramique à 180 degrés. Le système d’infodivertissement est compatible avec Apple CarPlay et Android Auto. Pour la première fois sur un modèle de ce segment, Opel propose en option les phares Intellilux Matrix, qui permettent de rouler en feux de route sans éblouir les autres conducteurs, grâce à un allumage sélectif des LED. Cette technologie révolutionnaire de l’éclairage, apparue pour la première fois en 2012 sur la coûteuse Audi A8, s’est démocratisée et il faut saluer sa présence maintenant avec cette option abordable (550 euros) dans le segment des citadines compactes.

Incisif

Ne cherchez pas les anciens moteurs : Opel reprend pour sa nouvelle Corsa les même blocs que la 208, à savoir un 3 cylindres 1.2 essence disponible en 75 chevaux, 100 chevaux et 130 chevaux (EAT 8 uniquement). Un 4 cylindres diesel 1.5 est disponible avec 102 chevaux (en boîte manuelle 6 ou EAT8). Au printemps, la Corsa existera aussi en version 100 % électrique, baptisée « Corsa-e », au tarif de 30 650 euros. C’est en Provence, sur les routes escarpées des Alpilles que nous avons pris le volant de notre Corsa dans la version la plus haut gamme, GS Line 1.2 Turbo 130 chevaux, accouplée à la boîte automatique à 8 rapports EAT8, et affichée à 22 100 euros. La Corsa est agile et efficace, elle réagit parfaitement aux changements d’appuis, le train avant est incisif, bien aidé par le châssis, merci PSA. Le freinage est efficace, même en appui, et le mordant efficient. Le confort est d’un très bon niveau, quel que soit le revêtement de la route. Le progrès par rapport à la précédente Corsa est réellement énorme, et la Corsa rejoint ainsi ce qu’il se fait de mieux dans la catégorie.

Publié le

Monaco Hebdo