jeudi 28 janvier 2021
Accueil Auto GLA 250 hybride rechargeable En route vers l’électrique

GLA 250 hybride rechargeable
En route vers l’électrique

Publié le

Mercedes met les bouchées doubles pour étendre sa gamme hybride rechargeable. Après les breaks et les routières, place aux SUV compacts du type GLA, qui reçoivent l’hybride rechargeable seconde génération, pour un ticket d’entrée à 50 100 euros.

Mercedes a lancé sa nouvelle gamme hybride rechargeable qui ne concerne pas moins de 15 modèles différents. La marque à l’étoile souhaite donc mettre en avant les avantages de l’hybride, autrement dit une faible consommation liée à une autonomie aussi importante que celle qui existe pour les moteurs thermiques. Tout comme beaucoup de marques, l’hybride fait briller l’étoile allemande. Il faut dire que les ventes ont explosé depuis quelques mois. En effet, depuis le mois d’octobre, un virage s’est amorcé dans le monde de l’hybride rechargeable. Les ventes ont dépassé celles des voitures électriques. Les voitures branchées représentent 12 % des immatriculations totales au cours du mois d’octobre. Cette progression, qui s’était déjà amorcée les mois précédents, n’a pas échappé au constructeur allemand ni même aux autres marques qui scrutent le marché et ses frémissements « électriques ». La marque à l’étoile a entamé cette révolution sur plusieurs modèles comme les classes A et B en 2019 en mariant des moteurs essence et diesel. Tout naturellement, c’est au tour des CLA Shooting Brake, CLA Coupé et GLA de se transformer pour se décliner en version hybride rechargeable sous le nom de EQ Power. D’ici 2030, Mercedes compte vendre 50 % de modèles électrifiés. Les avantages d’une politique d’électrification sont nombreux pour le constructeur. L’un des principaux, c’est la baisse des émissions de CO2. Cette diminution ouvre le chemin vers les avantages fiscaux — évidemment sous certaines conditions en Europe — pour atteindre soit les bonus fiscaux, soit l’exonération de TVS (en France). Pour ne pas se laisser distancer par la concurrence comme le VW Tiguan hybride, le BMW X1 ou encore le Q3, Mercedes a donc décidé d’ouvrir son offre de véhicule hybride rechargeable et de lancer son GLA 250e.

© Photo Mercedes-Benz

Modes de conduite adaptée

Pour être à la mode, les designers ont commencé à revoir l’habillage du GLA. La première génération de GLA avait plutôt une allure de berline haute sur pattes. La seconde subit quelques modifications pour devenir un SUV compact et dynamique. Il hérite du 4 cylindres 1,3 turbo essence et d’un moteur électrique de 75 kW qui prend place dans une boîte à double embrayage à huit rapports, issue de ses sœurs les Classe A et CLA. Au total, le GLA dispose de 218 chevaux répartis sur les roues avant. Selon les chiffres avancés par Mercedes, le GLA offre une autonomie en 100 % électrique de 50 kilomètres en cycle mixte et presque 78 kilomètres en gérant au mieux les batteries en cycle urbain. Pour réussir une telle performance, il faudra rouler en mode éco et laisser de côté les cinq autres modes proposés par le constructeur. Autre point fort de ce GLA, c’est son mode Electric, autrement dit 100 % électrique qui gère trois niveaux de régénération avec en prime une vitesse limitée à 140 km/h pour conserver du « jus ». Lorsque les batteries sont à plat, le bloc thermique prend le relais pour mouvoir les 1 775 kg du véhicule. On pourrait alors s’attendre à une surconsommation en carburant, mais il faut compter un litre supplémentaire aux 100 kilomètres. La consommation passe alors de 5,6 litres aux 100 kilomètres à 6,5 litres. Il faudra cependant s’habituer à un manque d’agilité dans les virages ; les 300 supplémentaires par rapport à un GLA thermique se font sentir. Il faudra également s’adapter à la pédale de frein un peu tendre au toucher puis ferme dans un second temps. A l’intérieur, pas de surprise car le GLA hybride reprend les finitions des versions thermiques : Progressive-Line et AMG-Line. Facile à conduire grâce à ses différents modes, bien fini et équipé, le GLA hybride rechargeable compte bien devancer son principal concurrent, le BMW X1.

Note Globale : 3/5

Les plus

Une ligne moderne

Espace généreux à l’arrière

Equipements

Les moins

Dynamisme en retrait

Tarif élevé

Autonomie full électrique (en condition réelle)

Publié le

Les plus lus

Jean-Christophe Maillot, chorégraphe et directeur des Ballets de Monte-Carlo

Jean-Christophe Maillot : « Nous misons plus sur la visibilité que sur...

Les Ballets de Monte-Carlo ont lancé leur plateforme de streaming, BMC stream, pour assister à certaines représentations à distance.

Fiesta, une Ford à la fête

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!