mardi 19 octobre 2021
AccueilAutoHyundai Ioniq 5 Le nouveau supersonique

Hyundai Ioniq 5
Le nouveau supersonique

Publié le

Moderne, affûté, le Ioniq 5 électrique annonce la couleur. Ce nouveau SUV étrenne une nouvelle étape dans la course à l’électrification chez le constructeur Hyundai, pour un tarif qui débute à 59 900 euros. Monaco Hebdo l’a testé pour vous.

La Ioniq 5, 100 % électrique, vient compléter une gamme destinée essentiellement à l’énergie électrique. Chez Hyundai, les Ioniq sont devenues une marque depuis 2020. Cependant, la Ioniq est apparue sur le marché en 2016. Elle est révélée au grand jour au salon de Détroit après avoir été remarquée par le public. Mais, depuis 2020, la Ioniq fait bande à part au sein du groupe Hyundai. Les véhicules badgés Ioniq sont 100 % électriques. Seul un chiffre distingue les différents modèles. D’ores et déjà, les modèles 6 et 7, respectivement grande berline et grand SUV, sont annoncés pour compléter cette gamme qui, au fil des années, va prendre de l’ampleur. La nouvelle génération de Ioniq 5 met un point d’honneur à proposer un véhicule que l’on pourrait qualifier de futuriste. Conçue sur la même base que la Kia EV6, la ligne générale est très contemporaine et tranche véritablement avec les autres modèles. Les lignes sont tendues, la face avant et arrière présente une signature optique très particulière qui se remarque dans le flux de la circulation. C’est en quelque sorte une nouvelle ère Ioniq pour Hyundai qui met en avant le côté contemporain de l’auto.

© Photo Hyundai

De 170 à 300 chevaux

Sous ses airs de SUV compact, elle ne fait pas moins de 4,64 mètres et de 1,65 mètre de haut, lorgnant ainsi sur les 5008 Peugeot et voulant se frotter au grand frère, le Tucson. Cependant, on remarquera un empattement important de 3 mètres qui pousse les roues dans chaque coin de l’auto. Le véhicule est trapu, donnant l’impression d’une voiture racée. Sous le capot se cache un moteur électrique de 58 ou 72,6 kWh pour des puissances allant de 170 à 300 chevaux. Suivant la puissance choisie, l’autonomie n’est pas la même. Elle affiche 384 kilomètres en cycle urbain pour la version la moins puissante et 460 kilomètres avec le moteur de 306 chevaux. Entre les deux, vient se glisser une version de 218 chevaux qui peut parcourir 481 kilomètres. Cette dernière version semble être le meilleur compromis, car il faut bien calculer son trajet en fonction des bornes disponibles. En revanche, la Ioniq adopte la plateforme technique de 800 V qui équipe également la Taycan de Porsche. Elle permet de réduire le temps de charge et ainsi, il faut seulement 18 minutes pour passer de 10 à 80 % de charge. Les bornes de 350 kW qui permettent un tel exploit ne sont pas légion sur les routes de France. On se contente le plus souvent de bornes de 50 kW et le conducteur devra alors faire une longue pause et prendre son mal en patience. Dans l’habitacle, le tableau de bord moderne est flanqué de deux écrans, façon Cosmos 1999, pour ceux qui connaissent la série américaine des années 70. Le confort est appréciable et il suffit d’une légère pression sur le bouton démarrage pour que l’auto se mette en état de marche.

© Photo Hyundai

Silence et volupté

Après quelques tours de roue, on remarque que la voiture est très silencieuse. L’auto est équipée d’un double vitrage qui isole les occupants des bruits extérieurs. La Ioniq 5 est dynamique dès le démarrage. Les accélérations sont franches et on oublie très vite le poids des batteries. Elles se rappellent à notre bon souvenir lorsque l’auto avale les virages. Le roulis s’intensifie, montrant les limites de l’amortissement face au poids des batteries. La direction est précise, mais il faudra faire attention à un rayon de braquage très limité. À l’intérieur, les passagers pourront voyager dans des sièges confortables. L’espace à bord est intéressant et les passagers de l’arrière bénéficient eux aussi du volume dû à l’empattement généreux. Le coffre peut accueillir sans problème de nombreux bagages avec ses 527 litres qui peut aller jusqu’à 1 587 litres une fois les sièges arrière rabattus. Moderne, volumineux, efficace, la Ioniq 5 devra affronter certains concurrents comme le Skoda Enyaq iV, la VW ID 4 ou encore le Ford Mustang Mach-E. C’est en revanche son style qui fera la différence.

Note globale : 3/5

Les plus

  • Style contemporain
  • L’habitabilité
  • Equipements
  • Temps de charge

Les moins

  • Roulis 
  • Tarif

Publié le

Monaco Hebdo