vendredi 26 février 2021
Accueil Auto Fiesta, une Ford à la fête

Fiesta, une Ford à la fête

Publié le

La 8ème génération de Fiesta déborde d’énergie, grâce à un moteur thermique secondé par une hybridation légère mHEV.

La bombinette qui se veut écolo démarre à 22 750 euros. Est-ce le renouveau des citadines sportives ?

On pensait que les bombinettes avaient disparu du catalogue de la plupart des constructeurs automobiles. Depuis l’apparition des normes anti-pollution, les GT et les supercars avaient le monopole de la puissance. Elles peuvent se permettre de grever le prix de leur modèle de plusieurs milliers d’euros dûs au malus écologique sans que les clients ne fassent la grimace. Mais pour les constructeurs généralistes, il était plus facile de faire l’impasse sur les modèles dits « sportifs » du type GTI. Mais avec l’hybridation légère, voilà le retour d’une citadine qui montre ses muscles et qui n’hésite pas à mettre en avant ses performances. Ford vise bien entendu une clientèle qui avait été le témoin malheureux de la disparition des modèles sportifs sur l’ensemble des marques automobiles. L’heure est à l’écologie, à la diminution de la consommation, le tout agrémenté de limitations toujours plus draconiennes. Il s’en est fallu de peu que les petites sportives soient définitivement reléguées dans les musées. Le constructeur américain a, semble-t-il, fait un rapide calcul. Il ne lui a pas échappé qu’aujourd’hui, les citadines dominent le marché en totalisant 60 % de parts. Même si les SUV se taillent une belle part du gâteau, il reste de la place. Ford a donc choisi de se faufiler dans ce créneau en proposant une Fiesta en hybridation légère qui ne développe pas moins de 155 chevaux. Sous les traits d’une 8ème génération, elle a un beau palmarès derrière elle depuis son arrivée sur le marché en 1976. D’ailleurs, Ford peut se targuer d’avoir écoulé plus de 8 000 Fiesta durant le premier semestre 2020. Sur le créneau des citadines survitaminées, la route est dégagée. Peugeot, Renault et Audi ont jeté l’éponge. Les designers ont mis l’accent sur un design accrocheur. Certains y verront l’ombre ou la silhouette d’une Aston Martin. La calandre large et basse est dotée d’optiques effilées. Proposée dans un format trois portes, l’auto accentue son côté sportif et la finition ST renforce l’image haut de gamme. Par ailleurs, Ford s’est appliqué pour améliorer la qualité de fabrication.

© Photo Ford

Un style sportif

Pour parfaire le look, la Fiesta est dotée de jantes en alliage 17 pouces, une suspension sport, un becquet de toit et des vitres surteintées. Tous les composants d’une sportive sont bien présents. Il ne reste plus qu’à vérifier si l’auto tient ses promesses sur la route. Sous le capot, le trois cylindres 1.0 Ecoboost de 155 chevaux qui équipe également le Puma, est épaulé par alterno-démarreur de 11,5 kW, relié à une petite batterie de 48V. Il récupère l’énergie libérée lors des freinages. Cette énergie est alors renvoyée dans la pédale d’accélération apportant ainsi un surcroît de puissance. À chaque accélération, le moteur thermique devient moins gourmand en carburant tout en gardant de la puissance. Les rejets de CO2 sont moins importants tout comme la consommation moyenne.

© Photo Ford

Du boost avant tout

Derrière le volant, les sensations de vitesse sont réelles. Et dès les bas régimes, l’Ecoboost 155 mHEV ne fait pas dans la dentelle. On sent directement le coup de fouet donné par l’électrification. Le châssis est également à la hauteur, ce qui permet de jouer avec l’auto. Un petit bémol cependant : un étagement de boîte de vitesses qui reste long. Cependant, les passagers apprécieront la tenue de route dans un confort très appréciable. Le conducteur devra surveiller néanmoins sa consommation qui risque de s’envoler avec des chiffres qui tournent autour des 7 l aux 100 kilomètres loin des 5,1 l/100 km annoncés par le constructeur. Finalement, malgré cette hybridation légère, la Fiesta EcoBoost 155 mHEV a tout d’une petite GTI. C’est un bon compromis face à la version ST plus nerveuse, mais plus chère : comptez 6 000 euros de plus.

Note globale 3/5

Les plus

  • Un look sportif
  • Tarif alléchant
  • Conduite dynamique

Les moins

  • Une consommation en hausse
  • Étagement de boîte 

Publié le

Les plus lus

Johanna Houdrouge

Johanna Houdrouge, nouvelle présidente des femmes chefs d’entreprises

Elle représente les femmes, expertes dans leur domaine, qui s’investissent dans la vie économique de la principauté avec l’envie de la développer.

Culture Sélection de février 2021

Monaco Hebdo